La Banque mondiale prévoit une légère reprise de l’économie en Afrique subsaharienne

0

4941676_3_b651_le-president-de-la-banque-mondiale-au-siege-d_dc8bbbd46749b1331c38b7fcd33722be

La croissance économique en Afrique subsaharienne est en train de rebondir en 2017, après avoir enregistré en 2016, son plus bas niveau depuis plus de deux décennies. C’est ce qu’on retient de la nouvelle édition d’Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui prévoit des taux de 2,6 % en 2017, 3,2%  en 2018 et 3,5% en 2019.

La croissance de l’Afrique subsaharienne devrait passer à 3,2 % en 2018 et atteindre 3,5 % en 2019, selon la Banque mondiale
La croissance de l’Afrique subsaharienne devrait passer à 3,2 % en 2018 et atteindre 3,5 % en 2019, selon la Banque mondiale

« Cette reprise reste néanmoins faible, et la croissance économique ne devrait se situer que légèrement au-dessus de la croissance démographique, soit un rythme qui entrave les efforts en faveur de l’emploi et de la réduction de la pauvreté », précise un communiqué de l’institution.

Porté essentiellement par l’amélioration des prix des matières premières, la reprise de la croissance mondiale et des conditions intérieures favorables, ce léger rebond de la croissance de l’économie en Afrique subsaharienne est à l’image de celles du Nigéria, de l’Afrique du Sud et de l’Angola, qui représentent à elles seules 60% du PIB  de la région. Les 3 principales économies connaissent en effet, un redressement lent, « en raison d’un ajustement insuffisant par rapport à la baisse des prix des matières premières et à l’incertitude des politiques ».

En Afrique du Sud, la croissance devrait remonter et passer de 0,6 % en 2017 à 1,1 % en 2018, avant d’atteindre 2 % en 2019, contre 1,2 % en Angola cette année, et 1,5 % prévu en 2019.  Quant au Nigeria, elle devrait augmenter et passer de 1,2 % en 2015 à 2,5 % en 2018-2019, croissance favorisée par une reprise progressive de la production pétrolière et une augmentation des dépenses budgétaires.

Croissance disparate 

Même si des pays comme la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Kenya, le Mali, le Rwanda, le Sénégal et la Tanzanie montrent une résilience économique, portée par une demande intérieure, avec des taux annuels supérieurs à 5,4 % entre 2015 et 2017, les perspectives ne sont pas aussi bonnes pour les économies atteintes par la chute vertigineuse du cours du pétrole.

Taxonomie des pays d’Afrique subsaharienne : croissance du PIB en 2015-2017 par rapport à celle de 1995-2008 (Source : banque mondiale)
Taxonomie des pays d’Afrique subsaharienne : croissance du PIB en 2015-2017 par rapport à celle de 1995-2008 (Source : banque mondiale)

En effet, « la  croissance demeurera atone dans les pays exportateurs de pétrole, alors qu’elle devrait repartir modestement dans les pays exportateurs de métaux », indique le rapport Pulse qui consacre par ailleurs une section spéciale à l’analyse des performances de la région en matière d’infrastructure dans divers secteurs. C’est notamment le cas de plusieurs pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), qui sont confrontés à des difficultés économiques.

Toutefois, poursuit le rapport, la croissance du PIB dans les pays dont les économies sont moins tributaires des matières premières devrait rester forte, soutenue par les investissements dans les infrastructures, des secteurs de services résilients et le redressement de la production agricole.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here