La revanche du Maroc

8

Par Adama Gaye.


MVIMali
Visite du Roi Mohammed VI au Mali en février 2014. Le Maroc est premier investisseur dans ce pays sahélien aux prises avec une forte instabilité le long de sa frontière avec l’Algérie.

 

Le 27 ème sommet de l’Union africaine (UA), il y a dix jours, à Kigali a, au moins, contribué à montrer combien les lignes de la bataille doctrinaire sont en train de bouger sur le continent comme le prouve la percée du Maroc pendant ce rendez-vous.

Personne ne s’est offusqué de sa volonté de revenir dans l’organisation panafricaine pour retrouver sa place de membre qu’il avait pourtant quittée en 1984 au milieu des quolibets quand l’Afrique entière semblait avoir pris fait et cause pour la République arabe Sahraouie démocratique (RASD).

Ce fut au terme de débats houleux que le continent africain pencha, à l’époque, en faveur de l’autodétermination du peuple Sahraoui. C’était l’apothéose pour le Front Polisario, porte-drapeau de la cause Sahraouie, qui avait gagné la bataille diplomatique sur une monarchie chérifienne que certains critiquaient pour ses violations des droits de l’homme et ses aventures adultérines pour se rapprocher d’une Union Européenne située à 14 kms de ses côtes.

L’humiliation marocaine faisait mal à ceux qui savent le rôle joué par Rabat dans la construction communautaire africain, en animant, à l’aube des indépendances, le mouvement le plus déterminé à la réaliser avec le groupe de Casablanca, qu’il aida à voir le jour pour revendiquer une union africaine immédiate. En revanche, les adeptes d’une intégration africaine par cercles concentriques, graduelle, rassemblés dans le camp des non-progressistes, sous la bannière du Groupe de Monrovia, alliés contre-nature avec des forces progressistes, avaient de quoi se délecter du revers subi a posteriori par une nation à laquelle ils reprochèrent de n’être que territorialement sur le continent mais avec une ambition culturelle arabe et une géopolitique alors centrée sur l’Europe.

Sa défaite était rendue plus amère parce qu’elle signait le triomphe de sa rivale, une Algérie portée par ses ressources en hydrocarbures qui s’achetaient au prix fort et par sa diplomatie révolutionnaire longtemps conduite de main de maître par une figure de proue de la lutte pour l’instauration, au milieu des années 70, d’un nouvel ordre économique mondial. Ce visage poupin était celui d’Abdel Aziz Bouteflika, fringant ministre des Affaires étrangères de ce pays nageant dans une légitimité née de sa victoire contre le colonialisme français.

Le succès du Maroc à Kigali intervient au moment où plombée par la drastique chute des prix du pétrole et du gaz, l’Algérie n’est plus que l’ombre d’elle-même. Comme l’est son célèbre ministre d’alors devenu, depuis, le Président Bouteflika, un homme réduit à se mouvoir en chaise roulante, symbole caricatural de la mauvaise fortune de son pays.

Au surplus, le discours de gauche que l’Algérie incarnait a, entre-temps, pris des rides au profit du libéralisme devenu le leitmotiv dans la gouvernance des Etats. Surfant sur cette vague, le Maroc s’est posé en avocat d’un capitalisme dynamique. Sa diplomatie africaine tous azimuts, illustrée par la création de Casablanca City Center, hub financier africain de premier ordre, a fait le reste. Ses champions industriels et commerciaux sont allés à la conquête du continent alors que sa compagnie aérienne nationale traverse ses cieux. C’est le triomphe d’une vision stratégiquement panafricanisée, y compris au moyen de grandes rencontres diplomatiques centrées sur l’Afrique.

Le Maroc a même réussi le tour de force d’être choisi comme siège du plus important fonds Africain: Africa50. Bluffée, l’Algérie, qui peine à se départir de sa réputation de pays associé au terrorisme, est larguée…Celle-ci a dormi sur ses lauriers alors que Rabat a tiré les leçons du passé pour aller reconquérir les coeurs et esprits africains.

Il a fallu l’intelligence, la finesse, l’opportunisme d’un Mohammed VI, son jeune roi, pour retourner la situation. Ses visites à travers l’Afrique, ses discours et ses capacités de rédemption ont fait oublier qu’il y a deux ans les marocains, face à la menace Ebola, avaient refusé d’organiser la coupe d’Afrique des nations de football.

Deux autres faits ont pesé dans la balance : l’image de ces dirigeants Sahraouis qui se sont tellement embourgeoisés dans les grands hôtels qu’ils en ont perdu leur crédibilité, et le fait que les mouvements irrédentistes africains ont été catastrophiques. Comment à cet égard ne pas penser que les deux derniers Etats africains nés de sécessions, à savoir le Sud-Soudan, en guerre civile, et l’Érythrée, dictature dure, sont les meilleures justifications de l’appel pour des formes de fédéralisme avec grande autonomie que le Maroc propose comme solution à la question du Sahara.

A cette aune, les forces centrifuges n’ont plus la cote avec les risques d’expansion des menaces terroristes asymétriques, de désordre, qu’elles portent en germe. Les Sahraouis le savent, qui sentent le vent tourner.

Le Maroc, en profitera-t-il, pour transformer l’essai? Il devra se montrer plus convaincant qu’il ne l’a été, en particulier à l’Onu, où le principe de l’autodétermination des peuples demeure inscrit dans du marbre depuis que sur les côtes de Terre-Neuve, au Canada, Churchill et Roosevelt, l’avaient édicté, en 1941 dans le Traité de l’Atlantique.

Sa douce victoire à Kigali est néanmoins le signe que son monarque actuel peut rêver de venger son père, HassanII, de sa défaite d’il y a 32 ans…

8 Commentaires

    • Le journalisme de Pacotilles…
      Il est écrit dans l’a propos de ce torchon noir sur blanc “Nous aspirons à la neutralité, mais nous assumons notre subjectivité” ce qui équivaut à une charte d’un journal qui se respecte ?
      Chercher la contradiction de cet adage chez Mr Adama Gaye (pseudo journaliste et cireur de pompes d’une monarchie vieillissante à la solde de…)
      A bon entendeur !

      • Spirit,
        Vous avez tout à fait le droit d’opposer votre avis à la chronique de Adama Gaye, mais pas de l’insulter. A moins que vous ne soyez seul détenteur de la Vérité et de la juste opinion. Ce sont les avis pluriels qui font avancer la société.
        Respectueusement
        Adama Wade

  1. Rires…L’insulte serait-elle l’expression de l’incapacité de celui ou celle qui la sert à argumenter calmement?
    Je n’ai jamais été au service de qui que ce soit, ni du Maroc, ni de l’Algérie. Ni encore du Polisario.
    Mais qu’on se le tienne pour dit, le temps des menaces pour imposer une doxa au profit des gauchisants, qui se sont décrédibilisés depuis, en révélant leur vraie nature, ce temps est révolu.
    Je suis un homme libre; libre penseur, qui s’exprime librement.
    Qui ne doit rien à personne. Sauf à Dieu. A mes efforts. Et à mes parents.
    Insultez, insultez, il en restera toujours quelque chose -votre désarroi.
    Prenez un verre d’eau et relisez calmement le texte.
    PS: Une coquille m’a fait écrire 24ème Sommet, c’est 27ème sommet, le reste sans changement.
    Adama Gaye

  2. Cet article dénote encore une fois que ce type de journaliste ne s’est toujours pas affranchi du dictat de certains cabinets et d’ailleurs intéressé..
    en effet, aucune analyse de fond? alors, qu’il il suffit de se rapporter au dernier communiqué de l’U.A de Kigali, qui certifie que le Maroc n’a pas eu droit ni à la parole et encore moins fait l’objet d’un point de l’ordre du jour de ce sommet alors M. pseudo journaliste, avalez votre salive et qu’il n’en vous déplaise l’Algérie reste le 2eme financeur de cette organisation après l’Afrique du sud.. je rappelle aussi que c’est elle qui a effacé les dettes que lui devait bon nombre de pays africains dans les années 2000, alors, svp soyez un peu reconnaissant! on ne mord pas la main qui vous a nourrit…un peu de gratitude!

  3. Ce que beaucoup d’africains ignorent ou ne veulent simplement pas entendre, c’est que le Maroc (avec peut être l’Ethiopie) est un des rares pays à exister en tant qu’état centralisé avec des frontières avant la venue du colonialisme. Et ce qu’ignorent beaucoup d’africains c’est quand on dit que les Arabes sont arrivé jusqu’à la ville de Poitiers (France), sans dire que ce sont les Marocains qui ont colonisé l’Espagne et une partie du Sud de la France. Le Maroc est resté en Espagne pendant presque 4 siècles (après le passage des arabes d’orient pendant 3 siècles) avant d’être chassé par la coalition de plusieurs pays de l’époque dont le royaume d’Aragon (Nord d’Espagne) + La France.
    Par conséquent et vue le danger que représentait le Maroc dans le subconscient des européens du Sud + sa situation géographique stratégique et trop proche de l’Europe, faisait de lui l’ennemie à abattre coûte que coûte. La France n’a pu colonisé le Maroc qu’en s’aidant de l’Espagne. Donc le Maroc a été attaqué de tous les côtés. De l’Est, depuis l’Algérie (déjà colonisé par la France depuis 82 ans) par les français, et du nord par l’Espagne et de l’Ouest ainsi qu’au sud par les bateaux français et espagnols. L’empire du Maroc qui n’a jamais été colonisé avant, alors que l’ensemble de pays arabes étaient sous domination turc ottomane, était surnommé par les européens (entre le 15è et le 19ème siècle) par l’Empire invincible. Car même les ottomans à leur apogée n’ont pu mettre pieds au Maroc. Ce qui n’était pas le cas ni de l’Egypte, ni de l’Algérie ni de la Tunisie ni de la Libye.
    Et ce sont ces raisons qui ont poussé les colonisateurs de diviser le Maroc en 4 partie afin de l’affaiblir. Le Nord du Maroc pour l’Espagne, le Centre pour la France, le Sud (Sahara occidental) pour l’Espagne et l’extrême sud (actuellement Mauritanie) pour la France. La ville de Tanger se situant juste en face du détroit de Gibraltar étant considérée comme vitale pour l’ensemble des grandes nations de l’époque (début du 20ème siècle) a été partagé par 7 pays européen + la Russie Tsariste + les USA en 1912.
    Aucun pays en Afrique n’a connu un tel acharnement pour le diviser et le charcuter. La France considérant l’Algérie comme étant un département français a annexée tout le Sahara oriental marocain à l’Algérie française. Et c’est pour cette raison et afin que l’Algérie ne rende jamais ce Sahara oriental (et je ne parle pas du Sahara occidental) au Maroc, elle a crée ce conflit de Sahara occidental.
    Ce qu’ignorent presque tous les africains, c’est qu’en dehors du Sahara occidental, le Maroc a eu son indépendance en 5 temps :
    – 2 mars 1956 : le sultan et le gouvernement français annoncent officiellement l’indépendance du Maroc (déclaration commune franco-marocaine).
    – 7 avril 1956 : Le sultan et le général Franco mettent fin au protectorat espagnol sur le nord du pays (déclaration commune hispano-marocaine).
    – 29 octobre 1956 : la zone de Tanger, qui était soumise à un statut international particulier, est elle aussi réintégrée au Maroc
    – 1958 Guerre d’Ifni contre le colonisateur espagnol qui s’est soldé par la récupération de la province de Tarfaya (Ex-Cap Juby). Voir Wikipédia :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tarfaya
    – 1969 – Libération de Sidi Ifni : Le territoire, dont la capitale était Sidi Ifni, a été décolonisé en 1969 pour être intégré au Maroc. Voire Wikipédia :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ifni
    – Vient s’ajouter à ces 5 temps, le dernier qui en 1975 a permis au Maroc de récupérer son Sahara occidental.

    Dans le cas où vous avez des doutes lisez au moins Wikipedia que voici :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Maroc#Les_protectorats_fran.C3.A7ais_et_espagnols_.281912_-_1956.29

    Savez vous que la racine du mot Maroc et Mauritanie est la même. Les deux mots viennent du PEUPLE MAURE ou MAURESQUE.
    Pour ceux qui doutent que la Mauritanie et le Maroc ne faisait qu’un et que c’est le colonialisme qui a prôner la devise de “Diviser pour régner”, dans lequel les mauritaniens sont tombé. A ceux là je dis, ils n’ont qu’à lire ce que écrit Wikipédia à ce sujet :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Maroc#Le_royaume_de_Maur.C3.A9tanie

    Voici une carte datant de 1880 et qui montre l’étendu du Maroc, alors que l’Algrie et la Tunisie sont de petits pays en comparaison :
    https://www.wdl.org/fr/item/479/view/1/1/

    Et voici une carte datant de la fin du 19 ème siècle.Cette carte d’Ernest George Ravenstein (1834-1913) apparut dans le Magazine Géographique de Londres en 1876 nous donne des détails sur la géographie et la souveraineté du Maroc à cette époque.
    je vous invite a visiter cette adresse URL et a zoomer sur la où c’est écrit morocco (en haut) pour voir l’étendu du Royaume du Maroc. Et au Sud le Maroc s’arrête au fleuve Sénégal (Donc pas de Mauritanie).
    https://www.wdl.org/fr/item/479/view/1/1/

    je me permet de vous rappeler que l’Algérie qui a été colonisé par les français en 1830 donc avant la réalisation de cette carte ,et que cette carte est réalisé par un anglais c’est à dire une personne neutre.

    • Bravo. Je suis Francais et je suis tout à fait d’accord avec votre commentaire.
      Mon pays la France et Espsgne ont affaibli le Maroc pour pouvoir coloniser l’algerie.
      Le Maroc existe pendant 12 siècles et les Francais respectent ce grand pays avec une grande histoire .

  4. Un article similaire à ceux que pondent certains journaleux “la voix de son maître” tels que F.Mnebhi, Z.Alami, pour ne citer que ces deux.
    Ni maître ni esclave!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here