Pétition pour l’Ouganda (communiqué)

1

Suspension des aides financières d’une partie du  monde occidental à l’Ouganda

 

“Contre l’arbitraire, je m’engage et je signe la pétition”

 

La Banque mondiale a reporté le jeudi 27 février 2014, le versement d’un prêt de 90  millions de dollars (66 millions d’euros) à l’Ouganda après l’adoption par ce pays d’une  loi réprimant l’homosexualité, a annoncé le porte-parole de la Banque mondiale,  Monsieur David Theis. Le prêt, qui devait être approuvé jeudi, visait à améliorer le système
de santé en Ouganda.  Plusieurs pays occidentaux, dont les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et la Norvège
ont aussi annoncé le gel d’une partie de leur aide bilatérale.

L’Ouganda a réagi  officiellement jeudi en assurant que l’Occident pouvait «garder son aide» et que le pays  pourrait «continuer à se développer» sans son soutien.
Le Cabinet GMCCONSEILS www.gmcconseils.com, fidèle à sa ligne panafricaine, lance  la présente pétition, pour susciter un vaste mouvement de soutien à un pays frère de  notre Continent qui commence à montrer la voie à suivre pour assurer notre  développement.
Nous Africains, conscients de la nécessité de repenser autrement le développement de  notre Continent et soucieux de promouvoir à l’échelle mondiale un climat de paix et de  sécurité fondé sur des rapports mutuellement bénéfiques:

 

1- encourageons le Gouvernement et le Peuple Ougandais à maintenir ce cap
salutaire ;
2- exhortons la Banque Mondiale à rester une Institution neutre et soucieuse du
développement du Continent Africain;
3- invitons les pays occidentaux à arrêter de s’ingérer dans les affaires intérieures
des Etats africains;
4- recommandons aux pays occidentaux d’accepter que nous sommes dans un
monde multipolaire et multiculturel où, toutes les valeurs de civilisation, sont utiles
au développement de l’humanité ;
5- lançons un appel à l’Union africaine et au-delà à tous les pays africains pris
individuellement, à tous les Etats frères et à toutes les organisations
internationales préoccupées par le développement du Continent africain pour
qu’ils exhortent la Banque Mondiale, à jouer son rôle de financier multilatéral de
manière transparente, et dans l’équité. A défaut de solution durable, nous leur
recommandons, de bien vouloir, sans tarder, trouver des solutions au gap de
financement de l’OUGANDA consécutif au retrait des pays occidentaux.
Fait à Dakar le 03 mars 2014

GMC

Cabinet d’études, de conseil, de recherche de financement et de recouvrement

1 COMMENTAIRE

  1. Il est vrai que les pays occidentaux ont une fâcheuse tendance à l’ingérence. Mais tous les moyens sont bons pour éviter un génocide de toute minorité quelle que soit la minorité, homosexuelle comprise, l’apartheid a ete combattu avec de l’ingérence occidentale, si ceux qui ont la chance de vivre dans des pays libres ne réagissent pas, ce sont les barbares dictatoriaux qui auront les mains totalement libres et ça c’est intolérable, ici l’horreur n’est pas un manque de financement mais bien un massacre de personne sous prétexte de leur tendance sexuelle ça ne regarde qu’eux-mêmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here