L’éditorial de Jean-Michel Meyer

0

JM-MeyerLa riche promesse des classes moyennes

Qui aura la sagesse de patienter ? Aujourd’hui, les marchés financiers s’inquiètent et perdent confiance. Dévissage de plusieurs monnaies de pays émergents, croissance en baisse de la Chine annoncée par Pékin le 22 janvier, agitation sociale en Turquie et regain de confiance dans les économies du nord : il n’en fallait pas plus pour faire douter les marchés financiers. Et les capitaux occidentaux de regagner leurs économies plus prometteuses et surtout bien plus sûres que celles du Sud.

Et pourtant, dans moins de dix ans, 200 millions de ménages disposeront, dans les pays émergents, de revenus annuels supérieurs à 35 000 dollars, soit précisément 25 889 euros. Des données mises en évidence par le cabinet d’audit Ernst & Young dans son rapport annuel, avec l’étude réalisée tous les ans sur les 25 marchés à croissance rapide.

Rien que la classe moyenne chinoise triplera son nombre actuel pour s’approcher des 80 millions d’individus. De leur côté, le Brésil et l’Argentine compteront plus de 15 millions de familles disposant de ce niveau de revenus, tandis que le Mexique, la Turquie et l’Inde en abriteront plus de 10 millions chacun.

Ensemble, poursuit Ernst & Young, les classes moyennes des pays émergents dépasseront en nombre celles des Etats-Unis. Le cabinet y voit un motif d’espoir et de transformation des modèles de consommation. Cette émergence très forte de consommateurs nouveaux devrait élargir la consommation de biens durables et de services, mais aussi accroître la demande dans le domaine de la santé, de l’éducation et des services financiers.

A partir de 10 000 dollars de revenus annuels par famille, insiste le cabinet, la demande de biens de consommation durables monte en flèche. «Il y a dix ans, notent les auteurs de l’étude, 28% des Thaïlandais avaient un pouvoir d’achat supérieur à cette somme. Ils sont aujourd’hui 40%. Et les ventes de réfrigérateurs ont doublé pendant cette période. En 2013, 40% des ménages indonésiens étaient à ce niveau de revenus annuels. Ils seront 60% en 2022, du fait d’une démographie favorable et de l’urbanisation. »

Une tendance qui entraînera une urbanisation rapide qui mettra les services publics et les infrastructures de transport sous tension. « Les entreprises désireuses de s’implanter dans ces pays ou d’y entretenir des relations commerciales ne doivent pas prétexter des incertitudes de court terme pour rester l’arme au pied. Elles doivent simplement regarder un peu plus loin que l’année 2014 », insiste Ernst & Young.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here