Cameroun : la compagnie d’assurance Chanas sous pression de la CRCA

2

 

Jacqueline Casalegno

Le dossier de Chanas sera l’un des gros menus de la prochaine session de la CRCA (Commission régionale de contrôle des assurances) prévue pour la fin mars à Dakar. Parmi les éventualités, un carton rouge au conseil d’administration ou encore, cas extrême, le placement de la compagnie sous administration provisoire. Le fait que l’un des administrateurs de Chanas soit également vice-président du Groupe Ecobank risque de peser lourd à l’arrivée, note-t-on dans les milieux financiers africains.

Présidente et fondatrice du groupe, Jacqueline Casalegno,88 ans, a vu ses actions détenues dans la compagnie placées sous séquestre suite à une décision de justice. Un jugement devrait avoir lieu en mars, mais la justice camerounaise peut en décider autrement.
Madame la présidente n’a pas répondu aux injonctions de la CIMA et va de ce fait être convoqué à Dakar pour la quatrième fois après Lomé, Malabo et Abidjan. (à Libreville, le SG de Chanas avait réussi l’exploit de faire oublier Chanas ). La question que l’on est en
droit se poser est la suivante : que fait le conseil d’administration ? Peut-on laisser un dirigeant, même fondateur, tuer une société ?
Doit-on limiter l’âge des dirigeants pour l’exercice des fonctions exécutives ? En Europe, Jacqueline Casalegno serait sans doute sous
curatelle.

2 Commentaires

  1. Je suis étudiant à la faculté d’agronomie et des sciences agricoles de l’université de dschang. Je souhaiterai être informé sur une compagnie d’assurance qui pourrai m’encadrer sur mon projet d’assurance agricole.
    merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here