Auteur/autrice : Rédaction Financial Afrik

DAKAR, Sénégal, 22 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — L’Organisation de la Presse Africaine (APO) a salué lundi la nomination de M. Saïdou M. OUEDRAOGO à la fonction de Directeur de la Communication du Marketing et des Relations Publiques de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) (http://www.boad.org).

Photo de M. Saïdou M. OUEDRAOGO: http://www.photos.apo-opa.com/index.php?level=picture&id=586

L’APO a immédiatement exprimé « ses plus chaleureuses félicitations » au nouveau Directeur de la Communication de la BOAD.

« Je me réjouis d’autant plus de ce choix qu’il vient distinguer un ancien journaliste économique. (…) Je tiens à adresser tous mes vœux de succès à M. OUEDRAOGO et à l’assurer du plein soutien de l’Organisation de la Presse Africaine dans sa mission », a notamment déclaré le Secrétaire-Général de l’Organisation de la Presse Africaine (APO), Nicolas POMPIGNE-MOGNARD.

De nationalité burkinabé, Saïdou M. OUEDRAOGO est titulaire d’une Maîtrise de Lettres de l’Université de Ouagadougou.

Diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (France) en 1986, il intègre la rédaction du magazine Afrique-Elite, à Paris, avant de rejoindre la Télévision du Burkina en qualité de journaliste économique, poste qu’il occupera de 1988 à 1996.

En 1996, Saïdou M. OUEDRAOGO est nommé Directeur de la Communication de la Présidence du Burkina Faso.

Saïdou M. OUEDRAOGO est désigné Directeur du Patrimoine de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) en février 2009, avant d’être nommé Directeur de la Communication du Marketing et des Relations Publiques de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD).

La BOAD est l’institution commune de développement des finances des huit Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et le Togo.

Elle a pour but de promouvoir un développement équilibré de ses Etats membres et de favoriser l’intégration économique au sein de l’Afrique de l’Ouest en finançant des projets de développement prioritaires.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine.

Contact :

sec.sg@apo-opa.org

+41 22 534 96 97

Suite...

Tunis, 20 July 2013 (ECA) – In a joint declaration issued in Tunis, Tunisia, on 19 July 2013, African institutions endorsed the AfDB’s Africa50 Fund as Africa’s vehicle to facilitate large-scale mobilization of resources and to unlock international private financing with a view to addressing Africa’s infrastructure gap. During the meeting the heads of key African political, economic and finance institutions “pledged to work together towards building Africa50Fund”.

Suite...

TUNIS, Tunisie, 20 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) a approuvé, le 17 juillet 2013, au titre du Fonds africain de développement (FAD), un prêt de 22,56 millions de dollars EU, destiné à financer un projet de pistes communautaires au Sénégal. Ce projet vise à améliorer l’accès des populations rurales aux prestations socioéconomiques de base, ainsi qu’à augmenter les revenus et emplois ruraux. Au nombre des principales réalisations, sont prévues : i) le renforcement des capacités des communautés rurales (CR) dans la maitrise d’ouvrage des travaux ; ii) l’optimisation de 875 km de pistes, avec des infrastructures socioéconomiques associées ; et iii) l’entretien de 5 000 km de pistes réparties dans tout le pays, avec la mise en place d’un dispositif d’entretien durable permettant aux communautés rurales d’accéder aux ressources du Fonds d’entretien routier autonome (FERA), avec une dotation spéciale dédiée aux CR.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Au terme du projet, outre le désenclavement de 187 communautés rurales, 935 élus2 700 jeunes (dont 40% de femmes) ainsi que 126 agents (20% de femmes) des Agences régionales de développement (ARD) et des Services techniques déconcentrés seront formés à l’assistance à la maitrise d’ouvrage des travaux de pistes, et 2 000 emplois ruraux seront créés. Grâce au projet, les revenus devraient croître également de 20 % .

La Banque a financé une première phase, en appui au Programme national d’infrastructures rurales (PNIR), qui s’est achevée avec des résultats satisfaisants. Cette opération a donné lieu à 1 200 km de nouvelles pistes, qui ont permis d’améliorer les conditions de vie de quelque 1,5 million de personnes réparties dans 84 CR. Elle a été un levier important de renforcement du processus de la décentralisation et de la gouvernance locale, grâce à la maîtrise d’ouvrage des travaux confiée aux CR. Ces résultats justifient la poursuite du financement par la Banque d’une deuxième phase, qui permettra de de consolider les acquis de la première, de couvrir d’autres CR, et de désenclaver ainsi près de deux millions de personnes.

Le projet aidera à mettre à jour les informations sur le réseau de pistes non classées, grâce à la mise en place d’une banque de données ainsi qu’à la mise à niveau des responsables des CR en matière de maîtrise d’ouvrage des pistes rurales. Pour ce faire, les capacités des CR ou de leur regroupement en Groupement d’Intérêt Communautaire (GIC) seront renforcées, en vue d’améliorer leurs missions en matière de maîtrise d’ouvrage et de gestion de pistes rurales. Le projet donnera lieu à l’élaboration de manuels spécialisés sur la maitrise d’ouvrage et l’entretien des pistes, ainsi que d’outils ad hoc pour assurer le suivi et l’évaluation des impacts socioéconomiques et environnementaux, ainsi que la gestion – ou cogestion – des infrastructures de désenclavement. Leur large diffusion sera assurée au niveau des zones cibles.

Guichet concessionnel du Groupe de la BAD, le FAD contribuera à hauteur de 22,56 millions de dollars EU, assumant ainsi 33 % du coût total du projet. Les Fonds de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Le Fonds d’entretien routier autonome (FERA), les Communautés rurales et le gouvernement sénégalais couvriront le montant restant.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contact : COMU@AFDB.ORG ou Mamadou Abdoul KANE SNFO M.Kane@afdb.org

Suite...

TUNIS, Tunisie, 20 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Dans une déclaration commune publiée le 19 juillet 2013 à Tunis en Tunisie, les institutions africaines ont apporté leur soutien au Fonds Afrique50 de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org), la présentant comme le principal véhicule financier de l’Afrique pour mobiliser des ressources à grande échelle et attirer des financements privés internationaux pour résorber le déficit en infrastructure de l’Afrique.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

“Nous, Mme Nkosazana Dlamini -Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Dr Carlos Lopes, secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), M. Donald Kaberuka, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), les communautés économiques régionales, les institutions régionales de financement du développement et l’Agence de planification et de coordination du NEPAD, renforçons notre coopération dans la quête de nouveaux instruments innovants pour augmenter de manière significative les investissements dans l’infrastructure régionale et continentale en appui à la transformation de l’Afrique », note le communiqué.

Ils « ont accueilli le Fonds Afrique50 comme un nouveau véhicule, crédible et innovant, pour le financement de l’infrastructure en Afrique ». La rencontre de Tunis a salué l’initiative de la BAD, considérée comme « un véhicule primordial pour que la vision et les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Afrique en termes de projets d’infrastructure régionale structurante soient réalisés ».

Le Fonds Afrique50 sera innovant dans sa conception et dans sa structure. Il favorisera la levée de financements pour l’infrastructure à partir de sources aussi diverses que les réserves des Banques centrales, les fonds de pension africains, les fonds souverains africains, la diaspora, les grosses fortunes africaines, etc.

Le Fonds Afrique50, dont le principe avait été entériné par les ministres des Finances lors des Assemblées annuelles de la BAD en mai 2013 à Marrakech, est une initiative qui œuvrera en partenariat avec les institutions régionales pour financer des projets transformationnels.

Flexible, efficace et commercial, le Fonds Afrique50 mettra un accent particulier sur la nécessité d’acheminer les fonds mobilisés par ses différents instruments dans des projets susceptibles d’assurer un retour sur investissement raisonnable aux investisseurs.

Son action portera sur l’infrastructure transcontinentale dont les projets prioritaires du Programme pour le développement de l’infrastructure en Afrique.

A l’ouverture de la cérémonielle président Kaberuka a réaffirmé l’engagement de la BAD à accompagner les efforts des pays africains en matière de financement de projets d’infrastructures. « La Banque africaine de développement, du fait de son expérience et de son mandat jouera un rôle de leader, mais il s’agit d’un instrument collectif, » a-t-il indiqué.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Suite...

TUNIS, Tunisie, 18 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le président de la Banque africaine de développement (http://www.afdb.org), Donald Kaberuka, la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, et le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Carlos Lopes, donneront une conférence de presse demain jeudi 19 juillet 2013 à 13 h à l’hôtel Mövenpick de Gammarth à Tunis, dans le cadre de la « Table ronde de Tunis sur le financement des infrastructures ». La séance d’ouverture de la table ronde, à 11h30, est également ouverte à la presse.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

C’est la première fois qu’une table ronde réunit tous les dirigeants des institutions africaines impliquées dans la conception et le financement de l’infrastructure : institutions politiques (Union africaine), institutions de financement du développement (BAD, banques régionales : BOAD, DBSA, PTA Bank, BDEAC…) et communautés économiques régionales (UMA, UEMOA, CEDEAO…).

La table ronde de Tunis est importante à plusieurs égards. D’une part, il s’agit de la première visite à Tunis de la nouvelle présidente de la Commission de l’Union africaine, et d’autre part, cette rencontre offre un cadre aux dirigeants des institutions africaines d’examiner les meilleurs voies d’assurer le financement des 68 milliards de dollars nécessaires pour la transformation de l’Afrique à travers une infrastructure moderne d’ici à 2020. Résoudre le problème des infrastructures en Afrique devrait permettre de dynamiser la croissance sur le continent de 2% par an en moyenne.

La table ronde examinera également le « Fonds Afrique 50 » lancé par le président Donald Kaberuka. Cette initiative a été saluée et soutenue par les ministres des Finances lors des Assemblées annuelles du Groupe de la BAD en mai 2013 à Marrakech au Maroc.

Les journalistes désireux de couvrir la table ronde et la conférence de presse ou sollicitant des interviews sont priés d’envoyer un mail à Olivia Nadine Ndong Obiang, Chargée des Relations avec les Médias.

Contact : T. +216 71 10 15 84 / C. +216 95 99 97 70 / o.ndong-obiang@afdb.org.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’information : http://www.afdb.org

Suite...

TUNIS, Tunisie, 18 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (http://www.afdb.org) a approuvé le nouveau document de stratégie pays (DSP) de la République démocratique du Congo (RDC) pour la période 2013-2017. L’objectif principal de cette stratégie d’intervention de la Banque est d’aider la RDC à sortir de son état de fragilité en créant les conditions d’une croissance forte et inclusive, induite par un dynamisme accru des secteurs productifs de l’économie.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Au plan national, la priorité sera accordée au développement d’infrastructures durables susceptibles d’impulser la croissance économique, telles que l’énergie, le transport et les pistes rurales dans la zone centre définie autour de l’axe Ilebo-Tshikapa-Kananga-Mbuji-Mayi. Une attention particulière sera accordée à la contribution effective de ces infrastructures au renforcement du tissu communautaire et au développement des entreprises locales. Les infrastructures à réaliser seront conçues pour être résilientes à la variabilité et au changement climatique et pour renforcer les capacités d’adaptation des populations à ces phénomènes.

Le DSP apportera également un appui à la poursuite de réformes appropriées visant l’amélioration de la gouvernance centrale et sectorielle et l’assainissement du climat des affaires. L’objectif est d’améliorer la performance d’ensemble de l’économie et les capacités de l’administration publique à piloter l’économie et à induire une implication accrue du secteur privé dans la création de richesses et d’emplois.

Au plan régional, les choix stratégiques du DSP sont guidés par la situation privilégiée de la RDC en Afrique Centrale, notamment sa taille, sa frontière commune avec neuf autres pays et son immense potentiel naturel. Cette position comporte en effet des atouts exceptionnels au plan de l’intégration régionale, notamment en matière d’échanges commerciaux avec les pays de la région qui doivent être dynamisés et intensifiés.

Le DSP est articulé autour des deux piliers complémentaires suivants : le Développement d’infrastructures de soutien à l’investissement privé et à l’intégration régionale et le Renforcement des capacités de l’Etat en vue d’accroitre les recettes publiques et asseoir un cadre incitatif pour l’investissement privé. Les actions prévues sont conçues pour se renforcer mutuellement et pour accroitre l’effet de levier de l’assistance de la Banque. Le pilier infrastructure sera mis en œuvre pour assurer un effet d’entrainement sur la croissance de l’investissement privé dans les secteurs productifs de l’économie. Le deuxième sera consacré au renforcement des capacités de l’Etat à assurer une gouvernance économique améliorée et incitative pour l’investissement privé.

Pour la mise en œuvre de cette stratégie, la Banque compte mobiliser environ 860 millions de dollars américains au cours des cinq prochaines années.

La BAD a un Bureau national à Kinshasa depuis 2007.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’information : http://www.afdb.org

Contact:

Bureau National de la BAD à Kinshasa- RDC

294, Boulevard du 30 juin- Immeuble de la BCDC au 6ème étage

Représentant Résident, Valentin Zongo ; v.zongo@afdb.org

Tel: +243 815 560 291 ; Fax : +243 815 560 294

Suite...

Abuja, 15 July 2013 (ECA) – Nigeria and other resource-rich African countries must take advantage of current favourable prices of commodities to industrialize and diversify their economies so as to improve their economies, according to a senior official at the UN Economic Commission for Africa (ECA). The advice was given on July 11 at the launch of this year’s Economic Report on Africa in the Nigerian capital, Abuja. 

Suite...

TUNIS, Tunisie, 17 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) a approuvé, ce 17 juillet, une ligne de crédit (LdC) à moyen terme, d’un montant de 75 millions de dollars EU à Fidelity Bank Plc. Celle-ci est destinée à financer des projets sélectionnés dans des secteurs cruciaux pour le programme de transformation et la croissance économique du Nigéria, tels que les infrastructures, l’industrie manufacturière et les PME. Cette LdC sera complétée, dans la mesure du possible, de 75 millions de dollars EU supplémentaires abondés via la syndication menée par la BAD.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Banque locale érigée en banque universelle, Fidelity Bank Plc est opérationnelle depuis 2001. Comptant plus de 200 succursales réparties dans les six zones géopolitiques du Nigeria, elle est particulièrement bien placée pour mettre à profit les opportunités qui s’offrent dans différents secteurs et diversifier ses risques. En décembre 2012, le total des fonds propres de Fidelity s’élevait à 1,04 milliard de dollars EU. La banque est classée parmi les six premières banques du Nigeria en termes de fonds propres, et à la huitième place en ce qui concerne les dépôts et l’ensemble des actifs. La ligne de crédit complètera les autres efforts de mobilisation de ressources de Fidelity, grâce à la mobilisation de dépôts et aux lignes de financement octroyées par les institutions financières de développement (IFD) et les banques commerciales, et grâce aux profits générés par sa récente émission d’obligations.

La LdC de la BAD contribuera à combler le déficit de financement de Fidelity, en fournissant les liquidités qui lui sont nécessaires à plus long terme, pour répondre aux exigences de son portefeuille dans un contexte où le marché financier, qui a tendance à préférer plutôt les liquidités à court terme, prohibe l’accès à des prêts sur le moyen et long terme. Ce financement permettra à Fidelity de mieux servir et financer ses clients, d’accroître la durée des prêts pour des sous-projets, et d’augmenter son portefeuille de prêts, notamment dans les secteurs des infrastructures et de l’industrie manufacturière. 20 % des produits de la LdC cibleront les PME.

Cette LdC souligne l’impact positif des efforts de la Banque centrale du Nigéria, pour renforcer son cadre de supervision, stabiliser et instaurer la confiance dans le système financier local, tout en améliorant les flux de crédits et de liquidités. Cette LdC envoie un signal fort, confirmant la stabilité retrouvée du secteur financier du Nigeria, et le retour de la confiance dans le secteur bancaire du pays. Elle est aussi un symbole du rôle de partenaire que joue la BAD dans le soutien au secteur privé, en tant qu’acteur majeur dans la consolidation de l’économie nigériane. De plus, elle souligne aussi l’engagement de la BAD à soutenir ses pays membres régionaux et leurs gouvernements, dans le renforcement de leurs marchés financiers, la diversification de leurs économies et la modernisation de leurs infrastructures, en vue de favoriser la participation et une contribution plus importantes du secteur privé au développement économique.

Enfin, cette transaction contribuera à améliorer l’accès à des liquidités sur le plus long terme dans le secteur bancaire, à accroître les revenus du gouvernement, à substituer la production locale aux importations et à créer des emplois.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contacts :

Sabrina Hadjadj Aoul, chargée de communication, T. +216 71 10 26 21 / +216 98 70 98 43 / s.hadjadjaoul@afdb.org

Lilian Macharia, chargée principale d’investissement, T. +216 71 10 26 81 / l.macharia@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Suite...

TUNIS, Tunisie, 17 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Sous l’égide de l’Union africaine (UA), de la BAD (http://www.afdb.org) et de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), les dirigeants des principales organisations économiques africaines se réunissent à Tunis le 19 juillet 2013 dans le cadre d’une table ronde de haut niveau pour échanger sur le financement des infrastructures.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Les discussions porteront sur la recherche de voies et moyens pour des financements innovants afin de soutenir le développement de l’Afrique et ce, conformément à la vision des leaders africains de “transformer le continent sur les 50 prochaines années. ». C’est dans ce contexte que la réunion de Tunis vise à renforcer la collaboration de la BAD avec les communautés économiques régionales d’une part, et avec les institutions de financement du développement d’autre part.”

Les besoins financiers du cadre stratégique de la transformation de l’Afrique à travers une infrastructure moderne, le Programme pour le développement de l’infrastructure en Afrique, s’élèvent à 68 milliards USD d’ici à 2020. Le « Fonds Afrique 50 » lancé par le président Donald Kaberuka et qui a été salué et soutenu par les ministres des Finances lors des Assemblées annuelles de la BAD en mai 2013 à Marrakech, vise à résorber le déficit des financements des infrastructures sur le continent.

Désormais l’Afrique doit profiter de ses propres réservoirs de capitaux pour financer son développement. En se fondant sur son mandat et sa position avantageuse de catalyseur financier, la BAD s’est engagée à jouer un rôle de premier plan dans cet effort de mobilisation de ressources. er, à travers son « Fonds Afrique 50 », les fonds pour financer le déficit en infrastructures..

Alors que le financement de l’infrastructure régionale s’est fait de manière dispersée et par à-coups, le « Fonds Afrique 50 » ambitionne d’établir un cadre mieux coordonné et délibéré pour accroître les niveaux de financement requis pour accélérer l’agenda de transformation de l’Afrique. Il constitue l’un des moyens qui permettront à des financements innovants d’apporter une solution aux défis de l’Afrique en utilisant ses ressources propres.

Les récentes découvertes de pétrole et de gaz, ainsi que de nouveaux dépôts de minerais dans un certain nombre de pays africains, fournissent une source viable de financement pour le développement de l’infrastructure de l’Afrique, en grande partie à partir de ses ressources endogènes. Si les revenus en découlant sont bien gérés et bien utilisés, ils peuvent être investis dans l’infrastructure essentielle pour la transformation du continent et ainsi contribuer directement à la vision de l’Union africaine de 2063 d’une « Afrique intégrée, prospère et paisible, conduite par ses propres citoyens et représentant une force dynamique dans l’arène mondiale ».

Participeront à la table ronde Mme Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la CUA, M. Carlos Lopes, secrétaire exécutif de l’UNECA, M. Donald Kaberuka, président de la BAD, ainsi que les premiers responsables des communautés économiques régionales et des institutions régionales de financement du développement.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contacts : Chawki Chahed, chargé de communication principal, T. +216 71 10 27 02 / C. +216 98 70 31 68 / c.chahed@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’informations veuillez consulter le site de la BAD : http://www.afdb.org

Suite...

DUBAÏ, Émirats Arabes Unis, 17 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Dans une initiative stimulée par le développement économique continu, la croissance soutenue de la population et l’émergence de nouveaux consommateurs dans les secteurs industriels diversifiés, 3M Moyen-Orient et Afrique (http://www.3m.com) a annoncé une nouvelle structure pour ses opérations en Afrique.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/3m.png

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/walid-feghali.jpg (Walid Feghali, Managing Director 3M Africa)

Avec pour objectif d’améliorer sa couverture géographique sur le continent africain et accélérer la croissance future, les activités de 3M dans le continent africain ont été divisées en deux zones séparant 3M Afrique du Sud du reste des pays africains. 3M d’Afrique a été introduit comme une nouvelle région et il comprendra le Nord, l’Est, les pays d’Afrique Centrale et d’Afrique d’Ouest et qui incluent l’Égypte, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, les pays Francophones, le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo , la Zambie, l’Angola, le Nigeria et le Ghana.

La deuxième région de 3M sur le continent sera 3M Afrique du Sud et elle sera composée de l’Afrique du Sud et ses pays frontaliers communs qui sont la Namibie, le Botswana, le Zimbabwe et le Mozambique. La nouvelle structure a été parfaitement alignée avec la région générale du Moyen-Orient et Afrique, et qui sera dirigée par Walid Feghali, tandis que le directeur général de 3M Afrique pendant que Ismail Mapara dirigera 3M Afrique du Sud et d’autres pays qui incluent Madagascar, Botswana, Zimbabwe, Malawi, Lesotho, Seychelles, etc.

Dans ce sens, M. Feghali a dit: «Six des pays les plus dynamiques au monde se situent en Afrique et le continent a été une priorité pour nous. La restructuration de notre organisation en Afrique va nous aider à élargir notre présence, explorer de nouvelles possibilités et à renforcer les compétences locales afin d’augmenter la pénétration. Ce développement est un témoignage de l’engagement de 3M pour soutenir notre vaste réseau de clients dans les marchés du Moyen-Orient et d’Afrique « .

3M est présent en Afrique du Sud depuis plus de 40 ans, et depuis plus de 10 ans dans la région d’Afrique du Nord, alors que les opérations au Kenya et au Nigeria ont été établies en 2012 et au cours des années, 3M a établi une forte présence dans les domaines de soins sanitaires, la sécurité, la communication et les industries d’automobile, tandis que l’exploitation minière, pétrolière et gazière, la consommation et l’énergie sont les segments potentiels de croissance future. Plus de 400 personnes sont employées avec 3M à travers l’Afrique.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour 3M.

À propos de 3M

3M (http://www.3m.com) capture l’étincelle de nouvelles idées et les transforme en milliers de produits ingénieux. Notre culture de collaboration créative inspire un flux incessant de technologies puissantes qui améliorent la vie. 3M est la société d’innovation qui ne cesse jamais d’inventer. Avec 30 milliards de dollars de ventes, 3M emploie environ 88.000 personnes dans le monde et exerce ses activités dans plus de 70 pays. Pour de plus amples informations, visitez le site http://www.3m.com ou suivez @3MNews sur Twitter.

Pour tous renseignements pour le media, veuillez contacter:

Alexandra Awad

3M Gulf

T: + 971 4 3670777

aawad@mmm.com

Venicia Vessoaker

GolinHarris Dubai

T: + 971 4 3323308

vvessoaker@golinharris.com

Suite...

Addis Ababa, 15 July 2013 (ECA) – Co-published with Oxford University Press, this third edition of the African Governance Report  (AGR III) adopts a thematic approach with the focus on Elections and the Management of Diversity in Africa.  While Africa has recorded remarkable progress with the regularity of elections, the content and quality of those elections remains suspect in many countries. Elections have become conflict triggers with violence, tensions and acrimonies and sharp elite divisions trailing election outcomes. This constitutes a worrying trend in Africa’s democratic future.

Suite...

DURBAN, Afrique du Sud, 16 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le premier groupe de registres et bureaux d’enregistrement d’Internet a signé de nouveaux accords avec l’ICANN (http://www.icann.org), propulsant de nouveaux noms de domaine génériques de premier niveau (gTLD) dans la dernière ligne droite avant leur activation en ligne.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/icann.jpg

Photo : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/icann-durban-opening-ceremony.jpg (Le président et directeur général de l’ICANN, Fadi Chehadé, ouvre la 47e réunion publique de l’ICANN à Durban, en Afrique du Sud)

« Il s’agit d’un accomplissement exceptionnel », a déclaré Fadi Chehadé, président et directeur général de l’ICANN. « Nous entamons la dernière étape avant l’activation des TLD dans le serveur racine d’Internet. »

M. Chehadé a formulé ces commentaires lors de la signature officielle à l’occasion de la séance d’ouverture de la 47e réunion publique de l’ICANN à Durban, en Afrique du Sud.

Trois sociétés ont signé l’Accord de registre (AR) et cinq autres ont signé l’Accord d’accréditation des bureaux d’enregistrement (ABE), qui inclut des bureaux d’enregistrement du Sénégal, d’Australie, de France et des États-Unis.

Les registres opèrent des domaines de premier niveau. Les bureaux d’enregistrement sont les entités auprès desquelles les noms de domaine sont enregistrés.

Les trois registres ont déposé des demandes pour des noms de domaine de premier niveau utilisant des caractères linguistiques arabes, chinois et cyrilliques.

Au cours de son intervention, M. Chehadé a également rendu hommage à Nelson Mandela, l’ancien président de l’Afrique du Sud de renommée mondiale, qui est actuellement hospitalisé. M. Chehadé a affirmé que les philosophies de Mandela devraient servir de principes directeurs au sein de l’écosystème Internet.

« Nous devons réaliser que nous sommes intrinsèquement interdépendants et nous devons donc apprendre à être conciliants. L’Afrique, à l’instar de Madiba [le nom de clan de Mandela], définit cette vision », a expliqué M. Chehadé. « Nous devons conserver l’esprit de Madiba. »

Le Dr Elham Ibrahim, Commissaire de l’Union africaine chargé des infrastructures et de l’énergie, a expliqué aux participants : « Internet est l’un des plus grands cadeaux publiques du 20e siècle. »

« Les noms de domaine africains apporteront des avantages financiers, économiques et socioculturels au continent », a ajouté M. Ibrahim.

À propos de l’ICANN, le Dr Hamadoun Touré, secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications, a affirmé dans une allocution vidéo qu’il existe un besoin de définir un « objectif visant à travailler ensemble en cultivant une relation basée sur la collaboration et la coopération ».

« Dans un environnement en rapide évolution et en mouvement constant, il n’y a pas de solutions permanentes ni même à long terme », a expliqué M. Touré. « Ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera pas nécessairement demain. Nous devons ouvrir un dialogue continu. »

La réunion de Durban de l’ICANN se poursuivra jusqu’au jeudi 18 juillet.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet).

Pour télécharger des photos en haute résolution de la séance d’ouverture de l’ICANN, rendez-vous à l’adresse :

http://www.flickr.com/photos/icann/sets/72157634649384908

Pour en savoir plus sur l’Accord de registre, le groupe initial des signataires et les domaines de premier niveau concernés, rendez-vous à l’adresse : http://newgtlds.icann.org/en/announcements-and-media/announcement-15jul13-en

Pour lire un article de blog sur les accords rédigé par le président de la Division des domaines génériques, rendez-vous à l’adresse : http://blog.icann.org/2013/07/2013-raa-and-rya-signings-kick-off-icann-47-in-durban/

CONTACTS AUPRÈS DES MÉDIAS :

Brad White

Directeur des Affaires médias internationales de l’ICANN

Washington, D.C.

Tél. : +1 202.570.7118

brad.white@icann.org

Andrew Robertson

Relations publiques d’Edelman

Londres, Royaume-Uni

Tél. : + 44 (7811) 341 945

andrew.Robertson@edelman.com

James Cole

Coordinateur médias internationaux de l’ICANN

Washington, D.C.

Tél. : +1 202.570.7240

James.cole@icann.org

À propos de l’ICANN (http://www.icann.org) : L’ICANN se donne pour mission d’assurer le fonctionnement stable, sûr et unifié du réseau Internet sur le plan mondial. Pour contacter quelqu’un sur Internet, on doit saisir une adresse sur un ordinateur (un nom ou un chiffre). Cette adresse doit être unique, afin que les ordinateurs puissent s’identifier mutuellement. L’ICANN coordonne ces identifiants uniques à l’échelle planétaire. Sans une telle coordination, nous n’aurions pas de réseau internet mondial. L’ICANN a été fondée en 1998. Il s’agit d’un organisme à but non lucratif, avec des contributeurs du monde entier qui s’attachent à préserver la sécurité, la stabilité et l’interopérabilité du réseau Internet. L’organisme favorise la concurrence et développe des politiques en matière d’identifiants uniques sur Internet. L’ICANN ne contrôle pas les contenus présents sur Internet. Elle ne peut pas faire cesser les spams, et ne s’occupe pas de l’accès à Internet. Néanmoins, grâce au rôle de coordination qu’elle assume en ce qui concerne le système de noms de domaine sur Internet, l’ICANN exerce une influence importante sur l’expansion et l’évolution de ce réseau.Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.icann.org.

Suite...

Addis Ababa, 16 July 2013 (ECA)- The African Regional Review Meeting on the implementation of the Almaty Programme of Action kicked off this morning at the UN Conference Centre in Addis Ababa. The objectives of the 16-18 July 2013, among other things, are to assess progress in establishing efficient transit transport systems in Africa and formulate appropriate policy measures to overcome the special problems of landlocked developing countries.

Suite...

Addis Ababa, 16 July 2013: The African Union (AU) High-Level Panel for Egypt, established by the Chairperson of the Commission in response to the situation in that country, held its inaugural meeting today at the AU headquarters, in Addis Ababa. The meeting was attended by the three members of the Panel, namely former President of the Republic of Mali and former Chairperson of the AU Commission, Alpha Oumar Konare, Chair of the Panel; Gontebanye Festus Mogae, former President of the Republic of Botswana; and Dileita Dileita Mohamed, former Prime Minister of the Republic of Djibouti. The AU Commissioner for Peace…

Suite...

TUNIS, Tunisie, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA) et Donald Kaberuka, Président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) se réuniront à Tunis le 19 Juillet 2013 autour d’une table ronde axée sur les financements innovants visant à l’augmentation du financement de l’infrastructure sur le continent africain conformément à la vision de l’Afrique pour les 50 prochaines années.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Les leaders des principales organisations africaines impliquées dans l’élaboration et le financement de l’infrastructure sur le continent africain examineront le « Fonds Afrique 50 » adopté en mai dernier par le Conseil des Gouverneurs de la Banque Africaine de développement lors des Assemblées Annuelles du Groupe.

Ibrahim Assane Mayaki, directeur général de la Planification et de la Coordination du NEPAD, les secrétaires généraux de toutes les Communautés économiques régionales (CER) et les présidents ou directeurs généraux des institutions financières de développement sous régionales africaines (IFD) prendront également part à la rencontre.

Objet : L’accroissement du financement de l’infrastructure en Afrique conformément à la vision de l’Afrique pour les 50 prochaines années.

Date : Vendredi 19 juillet 2013

Heure : 10h30

Lieu : Hôtel Mövenpick, Gammarth – Tunis

Contact : Olivia Ndong Obiang, o.ndong-obiang@afdb.org

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 29 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’informations veuillez consulter le site de la BAD : www.afdb.org

Suite...

DAKAR, Sénégal, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, a aujourd’hui annoncé l’octroi d’un prêt de 30 millions d’euros à l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar afin de financer une partie de son plan de rénovation, ainsi que l’acquisition de nouvel équipement et la rénovation de ses bâtiments. Ces investissements permettront à l’ASECNA de continuer à améliorer la qualité de ses services et de maintenir ses excellents résultats en matière de sécurité.

L’ASECNA est présente dans 17 pays d’Afrique de l’Ouest et centrale ainsi qu’à Madagascar. L’agence prévoit d’acquérir un nouvel équipement de navigation aéroportuaire, des infrastructures énergétiques et de communication, et de rénover les bâtiments de tour de contrôle dans la majeure partie de ces pays.

« Cet accord marque le début d’une coopération entre l’ASECNA et IFC en vue de soutenir le développement d’un secteur de l’aviation sûr en Afrique subsaharienne. IFC s’engage à encourager l’augmentation des investissements dans les infrastructures, essentiels à la poursuite du développement économique de l’Afrique », a affirmé Vincent Gouarne, directeur chargé des infrastructures et des ressources naturelles pour le département Industrie mondiale d’IFC

L’ASECNA a été créée en 1959 à la suite d’un accord entre les anciennes colonies françaises en Afrique. L’agence se compose de 18 pays membres (le Bénin, la Guinée Bissau, le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, les Comores, le Congo, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale, la France, le Gabon, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo). L’ASCENA est chargée de la conception, de la mise en œuvre et de la gestion des structures et services liés à la transmission de messages et d’informations sur le trafic, du contrôle du trafic aérien, de la prévision et de la communicationd’informations météorologiques, des itinéraires, de l’approche et de l’atterrissage des appareils dans les aéroports des pays membres africains.

Suite...

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — A l’issue d’un second tour de négociation tenu à Moroni du 3 au 5 juillet 2013, les délégations de l’Union des Comores et de la Commission européenne ont paraphé un nouveau protocole d’accord de pêche.

M. Mohamed Halifa, Délégué en charge de l’Agriculture et de la Pêche auprès de la

Vice-présidence en charge du Ministère de la Production, de l’Environnement, de l’Energie, de l’Industrie et de l’Artisanat était à la tête de la délégation comorienne.

Les négociations et les discussions se sont déroulées dans une atmosphère très constructive qui reflète la richesse du dialogue qui lie l’Union européenne et l’Union des Comores au niveau bilatéral, comme au niveau régional et international.

M. Emmanuel Berck (Chef adjoint de l’Unité Accords Bilatéraux et Contrôle dans les

Eaux internationales de la Direction Générale des Affaires Maritimes et de la Pêche /

Commission européenne) a souligné que ces accords, qui promeuvent une pêche responsable et durable, sont négociés dans un souci d’équité et d’amélioration de la gouvernance du secteur.

Le nouveau protocole, qui prendra effet au 1er janvier 2014 à l’expiration du protocole actuel, couvre une période de 3 ans. Il permettra à la flotte européenne de poursuivre – dans la continuité – ses activités dans la zone de pêche de l’Union des Comores et au pays de bénéficier d’un appui à la mise en oeuvre de la politique de développement du secteur de la pêche.

Le protocole octroie à l’Union européenne des droits annuels de pêche en thonidés et autres grandes espèces migratrices pour 42 senneurs et 20 palangriers sur base d’un tonnage de référence de 6.000 tonnes. Il permet également la continuité du suivi scientifique de ces ressources migratrices à travers l’Océan Indien.

En retour, les Comores recevront une redevance annuelle de 600 000 EUR, dont

300 000 EUR sont affectés à mettre en oeuvre la politique de développement du secteur de la pêche.

L’appui sectoriel de l’Union européenne doit permettre d’appuyer le développement de l’industrie de la pêche aux Comores, le renforcement des capacités techniques et humaines de l’administration comorienne avec en perspective l’amélioration de la gouvernance du secteur.

En plus de la contribution financière de l’Union européenne, les armateurs européens vont également accroitre significativement leur propre contribution financière – basée sur les captures, en conformité avec les orientations de la réforme de la politique commune de la pêche de l’UE, qui appelle les industriels européens à assumer et payer un tarif équitable et proportionné pour les ressources qu’ils exploitent.

Ce protocole va également renforcer la coopération entre les deux parties, particulièrement en matière de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Le contrôle et la surveillance des pêches seront améliorés grâce à l’introduction à terme du système de transmission électronique des captures – dit ERS (Electronic Reporting System), qui renforcera la fiabilité des déclarations de captures et alimentera en données exactes les mécanismes scientifiques d’évaluation des ressources en poissons.

En dernier lieu, les deux parties se sont engagées à respecter à la lettre toutes les recommandations formulées par la Commission Thonière de l’Océan Indien (CTOI) et à renforcer leur coopération avec cette institution.

Suite...

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Les efforts pour l’accélération du processus d’intégration régionale au sein de l’espace Ouest africain ont franchi un nouveau pas, avec la réunion tripartite entrela Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),L’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (L’UEMOA), et le Groupe de la Banque mondiale. Au terme de deux jours de concertations, du 11 au 12 Juillet 2013 dans la capitale ivoirienne, les trois institutions ont décidé de renforcer leur coopération en vue d’impulserle développement intégré de l’Afrique de l’Ouest qui regroupe plus de 300 millions d’habitants.

«Les bonnes perspectives économiques que connaissent la plupart des Etats de cette région ainsi que l’existence d’un potentiel de ressources naturelles et une population jeune constituent de réellesopportunités. Cependant, il existe des défis majeurs,la zone souffrant notamment du faible degré de fiabilité des systèmes de transport, d’électricité, conjugués à l’existence de nombreux obstacles au mouvement des biens, capitaux et personnes au sein de la sous-région» estime Mme Marie-Françoise Marie Nelly, Directrice des Operations de la Banque mondiale pour le Nigeria et coordonnatrice des programmes régionaux pour l’Afrique de l’Ouest. A cela s’ajoutentlesproblèmes de développement et de sécuritétransfrontalière, notamment dans la bande sahélo-saharienne qui nécessitent un leadership et une volonté politique des dirigeants de la CEDEAO.A l’ouverture de leurs travaux, les participants ont suivi un message vidéo du Vice-Président de la Banque mondiale pour la Région Afrique, MakhtarDiop, les exhortant à œuvrer pour une accélération de la mise en œuvre de l’agenda sous régional afin de répondre aux attentes des populations en matière de développement.

«Il y a eu beaucoup d’efforts qui ont été faits dans le domaine de l’intégration, en dépit des nombreuses contraintes. Il va falloir maintenant accélérer le processus,à travers des projets transformateurs et prioritaires pour notre région articulés notamment autour de la sécurité et la stabilité ; la libre circulation des biens et des personnes, l’amélioration des infrastructures telles que l’énergie etle transport, la relance de l’agriculture et le développement des capacités» a déclaré de son côté Mr.KadréDesiréOuedraogo, Président de la Commission de la CEDEAO.

Le Représentant du Président de la Commission de l’UEMOA, Mr.Christophe Joseph Dabiré, Commissaire en charge du département du marché régional, du Commerce, de la Concurrence et de la Coopération a pour sa part indiqué que son institution devra davantage s’impliquer dans la résolution des crises politiques et sécuritaires qui compromettent l’avenir de la sous-région.

A l’issue de leurs travaux les parties prenantes ont salué les avancées enregistrées puis convenu d’intensifier leurs efforts dans six grandes thématiques à savoir : l’énergie, l’agriculture et le commerce, le Transport d’une manière globale, la question sécuritaire au Sahel, le Climat des Affaires et les Centres d’Excellence. La réunion a en particulier abouti à des conclusions spécifiques suivantes :

Au titre du Transport aérien, les participants, préoccupés par les contraintes liées auxcoûts et à la connectivité ont relevé la nécessité de la mise en œuvre par les Etats des reformes déjà prises au niveau régional.

Concernantl’Energie,ils ont souligné la nécessité delibérer le potentiel de production énergétique de certains Etats membres et d’améliorer la performance des sociétés de distribution.

Pour leSahel, la réunion a souligné la nécessité d’une coordination des différentes approches et intervenions de développement dans le Sahel par les institutions régionales.

S’agissant de l’Agriculture, l’urgence dans la mise en œuvre de politiques agricoles régionales favorisant la compétitionet l’intégration des marchés a été relevée.

Au titre de l’Environnementdes Affaires et facilitation duCommerce, les participants ont, pour favoriser un marché intra-africain, recommandé une forte volonté politique pour lever les barrières et entraves au mouvement des biens.

Pour ce qui est desCentres d’Excellences, la réunion suggère de veiller à une cohérence entre le projet de la Banque mondiale des Centres d’Excellence africains et le programme de l’UEMOA.

.

La réunion d’Abidjan s’inscrit dans le cadre de l’appui à la mise en œuvre de la stratégie régionale de réduction de la pauvreté conjointement élaborée par la CEDEAO et l’UEMOA en 2006 et la vision 2020 de la CEDEAO aspirant à ériger un espace sans frontière, paisible et prospère.

Le Plan d’action pour la région ouest africaine qui définit les prioritésés et programmes d’intervention de la Banque.

Les interventions de la Banque pour la région ouest africaine sont consignées dans un plan d’action en cohérence avec les piliers stratégiques de la Stratégie d’Aide à l’Intégration Régionale (RIAS) pour l’Afrique subsaharienne adoptée en 2008.

Pour rappel, l’appui de la BM à l’intégrationrégionales’articule autour des 3 piliers du RIAS : infrastructure régionale; coopération institutionnelle pour l’intégrationrégionale;biens publics régionaux. Depuis 2001, la Banque mondiale a investi près de 1.8 milliards USD dans des projets et opérations sous-régionales en Afrique de l’Ouest, ce qui a permis de lever des co-financements auprèsd’autres bailleurs et secteurs privés.

Suite...

MSF calls on the international community to respond to urgent medical and humanitarian needs. Geneva, 9 July 2013 – Three months after Seleka forces seized power in Central African Republic (CAR), the country is in the grip of a humanitarian emergency while the international community looks on with indifference, warned the international medical organisation Médecins Sans Frontières/Doctors Without Borders (MSF) today.

Suite...

Berlin, 9 July 2013 – More than one person in two thinks corruption has worsened in the last two years, according to the world’s largest public opinion survey on corruption from Transparency International, but survey participants also firmly believe they can make a difference and have the will to take action against graft.

Suite...

London, 08 July 2013 (ECA) – A lively discussion took place in London on the 1st of July after the Economic Commission for Africa (ECA) launched the 2013 Economic Report on Africa (ERA). Diplomatic officials, entrepreneurs, business leaders, academics and members of Africa’s diaspora community welcomed ECA’s conclusions and recommendations and actively demonstrated an ever increasing hunger for and participation in the recent impressive economic growth witnessed in Africa. 

Suite...

The Department of Trade and Industry (the dti) recently launched the 2013 – 2016 Industrial Policy Action Plan which aims to prevent industrial decline, support the growth and diversification of South Africa’s manufacturing sector, as well as reduce the over-reliance on commodity exports.

Suite...

Today, the European Commission announced €27 million of financial support to help improve the renewable energy policy in Nigeria. Currently, a large part of the Nigerian population lacks access to energy or relies on polluting fuels such as fuel wood and charcoal with severe consequences for health and the environment.

Suite...

Hyatt Kilimanjaro Dar es Salaam, Tanzania 7:30 P.M. EAT PRESIDENT OBAMA:  Thank you.  (Applause.)  Please have a seat.  I apologize that we were a little bit late, but some of your colleagues had many things to say, and they were all extremely valuable.  And I wanted to spend at least as much time listening as I was speaking.

Suite...

Bamako, 26th June 2013: The First Conference of the Parties to the Convention of Bamako took place from June 24 – 26, 2013. Adopted in 1991 by in Mali, the Convention of Bamako is in response to article 11 of the Basel Convention which encourages bilateral, multilateral and regional Cooperation between countries. It came into force in force in 1998. 29 States have signed and 24 have ratified the Convention.

Suite...

Bamako, 01 July 2013: In accordance with the United Nations Security Council Resolution 2100 (April 2013), the African-led International Support Mission in Mali (AFISMA) today transferred its authority to the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), in a colourful ceremony in Bamako, Mali.

Suite...

CGF Bourse reiterates its buying rate on Ecobank, and have revised it’s target price up to XOF 65,68,  in response to Ecobank’s stellar performance in 2012. For the research and analytic department of the Dakar based Broket, « There is ample evidence that Ecobank has emerged stronger from a critical phase, successfully integrating two significant acquisitions that have lent it scale in the key geographies of Nigeria and Ghana. The benefits accruing from the expanded scale have started to crystallize, evident from the momentum in turnover and earnings growth ».

Suite...

Addis-Ababa, 1 July 2013. Heads of State and Government of African Union Member States, together with representatives of international organizations, civil society organizations, private sector, cooperatives, farmers, youths, academia and other partners have unanimously adopted a Declaration to end hunger in Africa by 2025.

Suite...

Will be  the  Brasilian’s experience  in fighting hunger  easy to cross Atlantic Ocean ?  In a ten years, the south america’s giant came end to hunger by an original politic combining  affecting a part of state budget to  the poor’s families, giving seeds to a farmers as well as  helping them to get a social protection, to send their children to school…  

Suite...

In line with recent market developments and trade finance supports, ICC is proposing to develop further its market intelligence function to become the No.1 reputable and reliable provider of key analysis for the industry.

Suite...

The ceremony of transfer of authority from the African-led International Support Mission in Mali (AFISMA) to the United Nations Multidimensional Integrated Mission in Mali (MINUSMA) will take place on Monday 01 July 2013 from 08:00 a.m.to 9:30 a.m. at the International Conference Center in Bamako.

Suite...

While global FDI fell by 18 percent last year, Africa bucked the trend with inflows increasing 5 percent to $50 billion, as countries like Mozambique, Tanzania and Uganda reaped the benefits of new discoveries of oil and gas, according to the 2013 World Investment Report published by theUnited Nations Conference on Trade and Development.

Suite...

The World Bank’s Board of Executive Directors today approved a US$300 million loan for the Third Access to Finance for Small and Medium Enterprises (SMEs)project for Turkey. The project’s main development objective is to broaden and deepen the access of Turkish small and medium enterprises to medium- and long-term finance, specifically through lease financing.

Suite...

Ecobank Ghana limited was named the country’s the Best Bank for the Year 2012 at the Ghana Banking Awards organised Saturday night in Accra. At a well-attended ceremony themed ‘Promoting Ethics, Integrity and Compliance in the Financial Services Industry’, the bank was crowned the best bank among its peers by the Corporate Initiative Ghana, the body that organises the annual Ghana Banking awards. The award is given to the bank with the highest weighted scores for customer survey, financial performance and other industry criteria.

Suite...

 Ten years after its establishment, the Africa Peer Review Mechanism, has received acclaim for its contribution to sustainable growth and development in the continent. In remarks made at the opening of the APRM’s 10th anniversary Colloquium, Mr. Carlos Lopes, Executive Secretary of the UN Economic Commission for Africa described the APRM as a homegrown governance mechanism that has consolidated Africa’s ownership of its development agenda.

Suite...

The managing director of ARM Cement Pradeep Paunrana has for the first time bought additional shares in the Nairobi bourse-listed firm since he inherited an 18 per cent stake in 2011. Filings with the Capital Markets Authority (CMA) show that Paunrana’s stake increased to 18.2 per cent in March, pushing the worth of his direct stake to Sh5.81 billion. He bought nearly half a million shares currently worth Sh29.5 million within the three months to March.

Suite...

 Morocco will launch automatic price adjustment for some basic goods in the next two weeks, its first step towards reforming subsidies, its general affairs minister told Reuters. « We will activate automatic price adjustment in the next two weeks – before Ramadan – for whole energy products and sugar, except cooking gas, » General Affairs and Governance Minister Mohamed Najib Boulif said in an interview late on Thursday.

Suite...

The Nigerian authorities embarked  on june 19th on their Eurobond roadshow in London which will continue in Germany and the US in coming days. While the government had announced in the recent past that the roadshow would take place this month, the key question was whether it would still go ahead after the correction in the emerging market debt space in late May/June. 

Suite...

Orascom Telecom said that it is conducting talks over the terms and conditions to renew the licence of its Zimbabwean unit, Telecel. Responding to Egyptian Exchange (EGX) inquiries, Orascom said that Telecel Zimbabwe is not part of company’s consolidated financial resultsand represents a very tiny percentage of the group’s total revenues. On 31 May, the Zimbabwean government announced that it would not renew the licence unless Telecel turned over a majority of its shares to local shareholders. Orascom owns 60 percent of Telecel. The 15-year licence issued to Telecel, which has 2.6 million subscribers, expires next month.

Suite...

At the ongoing African Airlines Association’s Suppliers and Stakeholders Conference (ASASC), four service providers to the aviation industry were last night presented with Awards by AFRAA for exceptional and exemplary service delivery to the aviation industry. The winners were SITA, Servair, EgyptAir Training and NAHCOaviance.

Suite...