British International Investment (BII),  institution britannique de financement du développement, a annoncé, jeudi 23 juin, qu’elle va s’associer avec  Scatec, fournisseur de solutions d’énergie renouvelable  et  Norfund,  institution norvégienne de financement du développement, pour  investir jusqu’à 200 millions USD dans des projets hydroélectriques en Afrique.

Dans son communiqué, l’institution a indiqué qu’elle va rejoindre Norfund, dans  sa joint-venture (JV) avec  Scatec ASA pour fournir des capitaux au secteur hydroélectrique africain. Selon la même source , il s’agit notamment de la centrale hydroélectrique Ruzizi III de 205 mégawatts (MW) prévue pour fournir de l’électricité au Rwanda, au Burundi et à la République démocratique du Congo, de la centrale hydroélectrique Volobe de 120 MW à Madagascar et du projet Mpatamanga de 350 MW au Malawi, entre autres.

BII estime que dans une décennie, l’électricité propre fournie par les nouveaux actifs de la JV pourrait soutenir la création d’au moins 180000 emplois supplémentaires. Il permettra également d’éviter au moins l’émission de 270000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an. Et plus de 3 millions de foyers auront accès à l’électricité.

« Cet investissement est une  étape importante pour l’Afrique car elle permettra à des millions d’individus d’avoir de l’électricité mais également contribuera énormément à l’objectif de transition énergétique du continent  », a déclaré Vicky Ford,  ministre britannique pour l’Afrique

Pour rappel, la BII s’est engagée à investir entre 1,5 et 2 milliards de livres sterling par an dans les infrastructures vertes, la technologie et d’autres secteurs. L’organisation  compte améliorer  la vie des populations vivant en Afrique, en Asie et des Caraïbes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here