Par Guy Gweth. 30 ans ont suffi à la sortir du sous-développement. Rien que pour cet exploit, la Chine continue de susciter l’admiration des décideurs africains. Mais le regard de Pékin sur l’Afrique a muté, aiguisé par des intérêts immédiats. Après l’avènement de la République populaire de Chine, en 1949, c’est la conférence de Bandung, six ans plus tard, qui donne du sens au regard que portera Pékin sur le continent africain. Avec pour moteur idéologique le non-alignement, il s’agira, dès le milieu des années 50, d’organiser une opposition au colonialisme et de promouvoir la coopération économique et culturelle sud-sud,


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis