Le ministère des Transports et des Infrastructures malien, à travers un communiqué de presse publié lundi 10 janvier, informe l’opinion publique de la fermeture effective des frontières terrestres et aériennes du pays avec les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Dans son communiqué, le ministre Dembélé Madina Sissoko signale que cette mesure est prise conformément aux instructions du gouvernement de la République du Mali, en réponse aux sanctions prononcées contre le pays par les Cédéao et l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) à l’issue des sommets extraordinaires tenus le 9 janvier 2022 à Accra sur le chronogramme de la transition proposée par Bamako.

Pour sa part, le colonel Lassina Togola, PDG des Aéroports du Mali, a indiqué, dans une note, que « les vols des compagnies non Cédéao continueront à desservir les aéroports du pays. Cependant, quelques perturbations pourront être observées pour ces compagnies aériennes qui entrent par les pays de la Cédéao pour des raisons techniques d’organisation des routes aériennes. C’est le cas des vols d’Air France d’aujourd’hui. Je vous assure que toutes les dispositions sont prises pour traiter les passagers et les aéronefs conformément aux instructions des plus hautes autorités. Je vous invite à ne pas céder aux tentatives de désinformation qui n’ont d’autres buts que de saper l’esprit des populations et de ternir l’image de notre pays. Je répète encore que les vols d’Air France à destination du Mali ne sont pas suspendus, surtout les vols sur l’axe Paris-Bamako », a-t-il précisé.

Contactée par Financial Afrik, une source gouvernementale révèle que « pour l’instant, la France à travers la compagnie Air France n’a pas pris de décision en soutien à l’application des sanctions de la Cédéao ». En ce qui concerne le côté de la Côte d’Ivoire, précise notre source, « Abidjan a pris des mesures pour annuler les vols d’Air Côte d’Ivoire vers le Mali. Aussi, le Sénégal a-t-il annulé tous ses vols d’Air Sénégal vers le Mali ».

Notons que le département en charge des transports terrestre et aérienne rappelle que la mesure concerne uniquement les pays membres de la Cédéao, conformément au principe de réciprocité, et affirme compter « sur le sens civique et l’engagement patriotique des opérateurs et des usagers des transports, pour contribuer à relever le défi de l’affirmation de l’Etat souverain du Mali ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here