On en sait un peu plus sur les détails du deal entre l’Etat togolais et IB Holding du Burkinabé Mahamadou Bonkoungou. Ce dernier a racheté 90% des parts de la Banque togolaise pour le commerce et l’industrie (BTCI), l’une des deux banques publiques restantes l’été dernier, consacrant son entrée sur le marché bancaire togolais.

En effet, dans un arrêté portant autorisations de modification de la structure de l’actionnariat et le changement de la dénomination sociale de la banque (en IB Bank Togo), le ministre des Finances, Sani Yaya, indique que le nouvel actionnaire majoritaire s’est engagé à mettre à la disposition du groupe, un montant de 10 milliards de FCFA sous forme de compte courant d’actionnaire bloqué.

« Les dirigeants de IB Holding doivent finaliser, au plus tard le 31 décembre 2021, les deux augmentations de capital de la BTCI annoncées pour un montant total de 20 milliards FCFA, pour le porter de 7 à 27 milliards FCFA, parachever le processus de transfert des participations à la holding, notamment IB Burkina au plus tard le 30 juin 2022, et ouvrir le capital de IB Holding à d’autres investisseurs disposant de capacité financière nécessaire pour accompagner sa stratégie », lit-on dans l’arrêté signé le 11 novembre 2021, et diffusé un mois plus tard (le 13 décembre).

Sixième banque

Par ailleurs, indique-t-on, les dirigeants de la banque doivent renforcer les fonds propres de l’établissement, à l’effet de le mettre en conformité avec les normes prudentielles à fin juin 2022. La pièce manquante du puzzle reste le montant du deal officiellement annoncé depuis le 11 août par autorités togolaises.

Agréée depuis 1974, la BTCI revendique un total bilan de 264 milliards de FCFA au 31 décembre 2020, contre 216 milliards un an plus tôt. C’est la 6e banque sur le marché en terme d’actifs après Orabank, Ecobank, Coris bank, Banque Atlantique et l’Union togolaise de banque (UTB).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here