Par Rodrigue Fenelon Massala Kengue, grand reporter.


Exim Bank China s’apprête à saisir le principal aéroport ougandais, l’aéroport international d’Entebbe, célèbre pour le film «Raid sur Entebbe», pour non-remboursement d’un prêt de 207 millions de dollars. Ce litige est né des conditionnalités d’un prêt contracté auprès de la banque Chinoise et adossé à l’aéroport ougandais.

Selon les  informations, cet accord stipule qu’en cas de non-remboursement, l’aéroport international d’Entebbe et d’autres actifs ougandais seront saisis. Et par conséquent , tous  les actifs mentionnés en garanties dans l’accord de prêt seraient repris par des prêteurs chinois lors d’un arbitrage de prêt si le gouvernement ougandais ne respectait pas son engagement.  Kampala est dans la situation technique de défaut par rapport à ces engagements.

Selon les informations en notre possession, le président Yoweri Museveni (photo) avait dépêché une délégation à Pékin dans l’espoir de renégocier les clauses  du contrat, mais en vain.

Le gouvernement ougandais, représenté à l’époque par le ministère des Finances et l’Autorité de l’aviation civile, avait signé le 17 novembre 2015 un accord avec l’Export-Import Bank of China (Exim Bank) pour un emprunt de 207 millions de dollars à 2% de taux de décaissement ; d’une durée de 20 ans, dont sept ans d’amortissement différé.

Selon le contrat, l’Ouganda a pratiquement « cédé » son aéroport le plus important à la Chine en  levant  l’immunité internationale dans les accords qu’il a signés pour garantir les prêts, exposant ainsi l’aéroport international d’Entebbe à la prise de contrôle, sans protection internationale . Avec l’échec de la mission à négocier les clauses de l’accord initial, initié par le gouvernement ougandais, ce dernier se retrouve dos au mur.

Ainsi, les prêteurs chinois, l’Export-Import Bank of China, connue sous le nom d’Exim Bank, vont saisir l’aéroport international d’Entebbe et d’autres actifs ougandais pour défaut de remboursement de dette.

La décision a été prise à Pékin  malgré la demande de reechelonnement demandé par Kampala à son partenaire chinois .

La semaine dernière, le ministre ougandais des finances, Matia Kasaija, a présenté ses excuses au Parlement pour la « mauvaise gestion du prêt de 207 millions de dollars » accordé pour l’agrandissement de l’aéroport international d’Entebbe.

L’aéroport international d’Entebbe est le seul aéroport international de l’Ouganda et accueille plus de 1,9 million de passagers par an.

   Cette situation lève une partie du voile des accords de prêts signés entre les Etats Africains et Pékin,généralement caché au peuple par les gouvernements qui vont jusqu’à hypothéquer des patrimoines et à contrario détournement les prêts. L’ouganda semble ne pas être le seul pays dans cette situation selon nos sources. D’autres pays africains sont en ligne de mire.

Rodrigue Fenelon Massala

3 Commentaires

  1. La Chine est un prêteur COHERENT!!
    Les chefs d’etats africains depuis leur INDÉPENDANCE donc 70 ans..empruntent des centaines de milliards au pays du monde.
    A terme ils sont incapables de rembourser.
    Et leurs dettes annulées sont transformées en dons..encore et encore! LA CHINE qui possède la plus grande armée du monde+aviation moderne et marine impressionnante.
    La Chine va re coloniser l’Afrique pour se rembourser de ses prêts.. non honorés !
    C est Normal !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here