Muhammadu Buhari

Le Naira dopé par la nationaliste politique 100%, le Cédi recule face au dollar, le Rand touche le fond, la Livre égyptienne de marbre, le Shilling Kenyan sans réserves, le Shilling Ougandais boit le café, le Shilling Tanzanien porté par le tabac et le coton. Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier non bancaire en devises en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.

L’Afrique attend les engagements de la COP26


Alors que le monde s’engage à mettre fin à la déforestation, à réduire les émissions de méthane et à éliminer progressivement le charbon, l’Afrique attend une action spécifique de la COP26 pour atténuer les risques dans la région la plus vulnérable du monde. Les dirigeants africains ont attiré l’attention sur l’impact déjà ressenti des précipitations imprévisibles, ainsi que sur les multiples conséquences de la hausse des températures et du niveau de la mer. Le président kenyan Uhuru Kenyatta a averti cette semaine que le changement climatique pourrait entraîner une contraction du PIB africain de 30 % d’ici 2050. Les promesses des pays riches de fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique aux pays en développement pour atténuer les impacts du changement climatique n’ont pas encore été honorées. Tous les yeux sont rivés sur la dernière semaine de la COP26. Michael Nderitu, Chief Risk Officer, AZA.


Les perspectives du Naira s’améliorent avec la politique «100%»

Le Naira s’est renforcé par rapport au dollar cette semaine, s’élevant à 565 contre 571 à la fin de la semaine dernière, alors que la demande en billets verts s’est amenuisée. Entre-temps, l’accumulation récente des réserves de change de la banque centrale s’est essoufflée après que la moyenne mobile sur 30 jours ait chuté à 41,8 milliards de dollars, soit une baisse d’environ 38 millions de dollars. La banque centrale a également défini les critères de son programme «100 for 100 Policy on Production and Productivity » (Politique sur la production et la productivité) qui fournira des devises aux projets susceptibles de stimuler la croissance économique et la création d’emplois. Les critères stipulent que 50 % des matières premières doivent provenir de sources locales et que 80 % des emplois créés doivent être destinés aux Nigérians. Nous nous attendons à ce que le Naira continue de se raffermir à mesure que l’offre du dollar se redressera face à la faiblesse de la demande.


La pression exercée sur le CEDI sera allégée par le soutien au taux de change de la banque centrale


Le Cedi s’est légèrement déprécié par rapport au dollar cette semaine, passant de 6,103 à la clôture de la semaine dernière à 6,085. La pression renouvelée s’inscrit dans le contexte de la hausse de l’inflation, causée par la préférence des consommateurs pour les biens importés. Nous nous attendons à ce que le Cedi reste sous pression au cours de la semaine à venir, bien que les enchères à terme des taux de change de la Banque du Ghana devraient aider à maintenir le trading autour du niveau 6.1.

Réduction graduelle de la Fed afin de peser sur le Rand


Le Rand s’est affaibli à son plus bas niveau depuis mars cette semaine, se dépréciant à 15,48 contre 15,23 à la fin de la semaine dernière après une forte hausse des prix intérieurs du carburant. Cette pression sur le coût de la vie a ébranlé la confiance des investisseurs en prévision de la période des Fêtes, et les plans de la Réserve fédérale américaine visant à commencer à réduire son programme de relance économique plus tard ce mois-ci ont encore ébranlé la confiance des investisseurs. Bien que la Fed ait déclaré que son plan de réduction des achats d’obligations n’est pas un signal que les hausses de taux sont imminentes, offrant potentiellement un certain répit pour le Rand, nous nous attendons à ce que le Rand reste sous pression à court terme.

La livre égyptienne reste stable alors que les réserves de change augmentent


La livre égyptienne est restée inchangée par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 15,70/15,76. La banque centrale a déclaré que ses réserves nettes de change ont augmenté à 40,8 milliards de dollars à la fin d’octobre, soit une augmentation d’environ 29 millions de dollars. Ces réserves ont aidé l’économie à rester stable et à couvrir les besoins du marché égyptien des changes. Les États-Unis ont annoncé cette semaine qu’ils accorderaient à l’Égypte 125 millions de dollars par l’intermédiaire de leur unité de l’USAID pour soutenir le développement économique du pays. Dans ce contexte, nous nous attendons à une livre stable au cours des sept prochains jours. Murega Mungai, Trading Desk Manager, AZA.

La faiblesse du Shilling kenyan devrait persister

Le Shilling a continué de perdre du terrain par rapport au dollar, se dépréciant à 111,80/112,20 par rapport à 111,0/111,20 à la fin de la semaine dernière, malgré une demande accrue pour le billet vert. La baisse des prix à la consommation a empêché une baisse plus marquée, l’inflation ayant reculé à 6,5 % en octobre par rapport à 6,9 % le mois précédent. Les réserves de change du Kenya sont tombées légèrement à un peu moins de 9,2 milliards de dollars par rapport à une semaine plus tôt, bien qu’elles soient encore suffisantes pour 5,61 mois de couverture des importations. Nous nous attendons à voir plus de pression sur le Shilling au cours de la semaine à venir.

Les exportations de café maintiendront le Shilling ougandais


Le Shilling a tenu bon contre le dollar cette semaine, se négociant à 3550/3560, les exportations de café et les rentrées de fonds correspondant à la demande des entreprises pour le billet vert. L’Ouganda est maintenant classé au deuxième rang des fournisseurs de café en Italie, qui est le deuxième importateur de grains de café vert en Europe. Nous prévoyons que le Shilling restera stable au cours des sept prochains jours.

Le Shilling tanzanien prêt pour de nouveaux gains

Le Shilling s’est raffermi par rapport au dollar, s’élevant à 2296/2306 par rapport à 2300/2310 à la fin de la semaine dernière, au milieu d’un optimisme plus large pour les perspectives économiques de la Tanzanie alors qu’elle se remet des répercussions de la pandémie de coronavirus. La Banque africaine de développement a déclaré qu’elle s’attend à ce que le PIB du pays augmente de 2,8 % cette année avant de croître de 4,9 % et de 6,3 % en 2022 et 2023 respectivement. La Banque mondiale devrait également fournir davantage de fonds pour financer des projets de développement liés à l’éducation et aux infrastructures. Nous nous attendons à ce que le Shilling reste soutenu au cours de la semaine à venir, soutenu par les exportations agricoles telles que le coton et le tabac et les entrées d’investisseurs suite à sa vente aux enchères excessive d’obligations du Trésor à 15 ans la semaine dernière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here