A la UneL’hebdo des devises africaines (avec AZA)

L’hebdo des devises africaines (avec AZA)

-

Le Naira danse sur un baril de pétrole, le Cedi secouru par un pompier nommé Bank Of Ghana, le Rand raffole de l’or, la Livre égyptienne dans le vert, le Shilling Kenya bousculé par les importateurs, le Shilling Ougandais sous pression, le Shilling Tanzanien dans les bonnes grâces du FMI. Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier non bancaire de devises en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.

La BAD garantit des prêts PME à hauteur de 7 milliards de dollars


La Banque africaine de développement (BAD) a présenté des plans pour soutenir la croissance de la zone de libre-échange du continent en garantissant des prêts d’une valeur de 7 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années pour aider les entreprises à vendre leurs produits à travers l’Afrique. Cela fait suite à l’engagement pris plus tôt cette année par Afreximbank de débloquer 40 milliards de dollars pour stimuler le commerce intra-africain au cours de la même période. Ce type de soutien financier est absolument nécessaire pour stimuler la croissance économique dans les pays signataires de la Zone de libre-échange continentale africaine, en particulier pour aider les petites et moyennes entreprises qui cherchent à se remettre des répercussions de la pandémie de coronavirus.

Michael Nderitu
Chief Risk Officer, AZA



Le cours record du petroledepuis sept ans pour pétrole soutien le naira


Le Naira s’est déprécié par rapport au dollar cette semaine, glissant à 573 sur le marché non officiel contre 570 à la clôture de vendredi dernier. Cette faiblesse survient alors même que les réserves de change du Nigeria continuent de croître, pour atteindre 38,4 milliards de dollars à la fin de la semaine dernière, selon les données de la Banque centrale du Nigeria sur les réserves moyennes mobiles de 30 jours. Plus tôt cette semaine, le vice-président du pays, Yemi Osinbajo, a appelé la banque centrale à « laisser le Naira refléter le plus possible le marché pour stimuler l’offre », déclarant que la monnaie est artificiellement surévaluée, ce qui décourage les entrées de capitaux étrangers. C’est un contraste frappant avec le point de vue du président Muhammadu Buhari, qui s’est constamment élevé contre une dévaluation du naira. Comme les prix du pétrole ont atteint un sommet en sept ans et continuent de stimuler les recettes d’exportation du pays, nous nous attendons à ce que le Naira trouve un plateau autour de 570.


La Banque du Ghana renforce son soutien au Cedi


Le Cedi s’est légèrement déprécié par rapport au dollar cette semaine à 6,065 contre 6,053 à la clôture de la semaine dernière. Ce léger affaiblissement s’est produit malgré les décaissements de tranche prévus pour la facilité de prêt de 1,5 milliard de dollars pour le cacao, la moitié de ce financement devant toucher le compte du Ghana Cocoa Board ce mois-ci. La banque centrale du pays continue de soutenir le marché par le biais de ses adjudications bimensuelles de taux de change à terme; au cours du dernier trimestre seulement, elle a vendu 300 millions de dollars dans le cadre de ses adjudications bimensuelles, soit environ le double du volume du trimestre précédent. On s’attend à un soutien accru à mesure que la demande en devises augmentera au cours de la prochaine saison des Fêtes, et nous prévoyons que cela aidera à renforcer le Cedi au cours des prochains mois.




Les prix des matières premières en hausse Rand


Le Rand s’est apprécié par rapport au dollar cette semaine, se négociant plus fermement à 14,81 contre 14,94 à la clôture de vendredi dernier, stimulé par une hausse des prix des matières premières, y compris des exportations clés comme l’or et le platine. La baisse des taux de rendement des bons du Trésor américain a également ravivé l’appétit pour les devises des marchés émergents de façon plus générale, aidant le Rand à se rétablir d’un creux de 15,07 au début de la semaine, lorsque le pays était pris par les préoccupations liées à l’inflation. Nous nous attendons à ce que les prix plus élevés des produits de base aident à soutenir la devise au cours de la semaine à venir.




Des rentrées de capitaux verts pour maintenir la Livre égyptienne


La Livre égyptienne est restée inchangée par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 15,65/15,75. Selon le FMI, l’économie devrait croître de 3,3 % cette année, en hausse par rapport à ses prévisions précédentes de 2,5 % en avril. Le FMI prévoit que la croissance du PIB atteindra 5,2 % l’an prochain et 5,8 % d’ici 2026. L’Égypte a signé ce mois-ci des prêts d’une valeur de 2 milliards de dollars pour aider à financer des projets verts dans le pays; on s’attend également à ce qu’elle émette davantage d’obligations vertes souveraines, qui sont devenues la première nation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord à vendre de telles dettes l’an dernier. Nous nous attendons à voir une Livre stable cette semaine avec le soutien des entrées d’investisseurs.

Murega Mungai
Trading Desk Manager, AZA


La pression sur le Shilling kenyan persiste


Le Shilling s’est légèrement déprécié cette semaine, se négociant à 110,85 / 111,15 par rapport à 110,55 / 110,85 à la fin de la semaine dernière, au milieu de la demande accrue en dollars des importateurs. Cette semaine, l’agence de notation panafricaine Agusto & Co. a confirmé la note du Kenya à B+, qualifiant sa situation de dette de «risque modérément élevé». L’agence prévoit que l’économie du pays connaîtra une croissance de 3,8 % cette année, ce qui est nettement inférieur à l’estimation du FMI pour la croissance de 5,6 % du PIB. Les réserves de change du Kenya se sont élevées à un peu moins de 9,4 milliards de dollars la semaine dernière, soit 5,73 mois de couverture des importations. Nous prévoyons que le Shilling demeurera sous pression au cours des sept prochains jours en raison de la hausse des prix du pétrole et de la demande soutenue des importateurs en dollars.

Le Shilling ougandais se prépare à une nouvelle baisse


Le Shilling est passé de 3555/3565 à 3590/3600 à la fin de la semaine dernière, alors que la demande interbancaire en dollars augmentait. Un effort de la banque centrale d’Ouganda pour soutenir la monnaie en vendant des dollars sur le marché n’a pas été suffisant pour arrêter la chute. La banque centrale a également tenu cette semaine une adjudication de bons du Trésor de 200 milliards de dollars avec des échéances de 91 jours, 182 jours et 364 jours. Nous nous attendons à ce que le Shilling demeure sous pression à court terme en raison de la demande accrue pour le billet vert.

Perspectives du Shilling tanzanien soutenues par les liquidités du FMI


Le Shilling s’est échangé contre le dollar cette semaine à 2300/2310, principalement amorti par les entrées dans le pays. Le FMI a publié cette semaine le prêt de secours de 576 millions de dollars dans le cadre de la COVID-19 qu’il a approuvé pour la Tanzanie au début du mois dernier. Les fonds serviront à mettre en œuvre des projets de développement dans des secteurs comme l’éducation, l’eau, la santé et le tourisme qui ont été touchés par la pandémie de coronavirus. Le FMI prévoit que la croissance du PIB de la Tanzanie atteindra 4 % cette année et 5,1 % en 2022. Nous nous attendons à ce que le Shilling soit soutenu à court terme par les entrées d’investisseurs et les exportations agricoles, notamment le café.

Terry Karanja

Treasury Associate, AZA

Rédactionhttps://financialafrik.com
Financial Afrik se propose de délivrer l’information financière stratégique aux cadres et dirigeants, à travers une newsletter quotidienne et un site web qui couvre toute la finance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X