A la UnePourquoi Blaise Compaoré pourrait être gracié après son procès

Pourquoi Blaise Compaoré pourrait être gracié après son procès

-

Alors que le procès lié à l’assassinat de Thomas Sankara doit débuter le 11 octobre, l’Exécutif Burkinabè cherche la meilleure solution possible pour éviter la prison à l’ancien président en exil à Abidjan depuis 2014. Révélations. Le Tribunal militaire de Ouagadougou doit ouvrir, le 11 octobre, le procès des assassins supposés de Thomas Sankara, leader révolutionnaire emblématique du pays qui régna à la tête du Conseil national de la révolution (CNR) d’aout 1983 jusqu’à son assassinat avec douze de ses collaborateurs, le 15 octobre 1987, dans l’enceinte du Conseil de l’Entente au centre d’Ouagadougou. Attendu depuis des décennies, ce procès


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis
Alexandre Varel
Journaliste d’investigation, spécialiste de l’Afrique et des Affaires économiques entre l’Europe et l’Afrique. Réseaux d’affaires, jeux des acteurs, Paris, Abidjan et Afrique francophone.

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X