LeadersInvité SpécialInterview exclusive avec Mark Suzman, PDG de la Fondation...

Interview exclusive avec Mark Suzman, PDG de la Fondation Bill et Melinda Gates

-

« Pour construire des systèmes de santé plus forts et plus résilients, les pays africains doivent faire des investissements à long terme »

La pandémie de Covid-19 a provoqué un arrêt de l’activité économique dans un grand nombre de pays, ralentissant ainsi l’économie mondiale. En Afrique, comme dans le reste du monde d’ailleurs, la situation s’est soldée par un ralentissement du développement et un accroissement considérable du taux de chômage.

Plus touché durant la troisième vague avec le variant Delta, le continent a dû se montrer résilient face à la crise. Au cœur de cette riposte, la Fondation Bill & Melinda Gates avec des engagements financiers pour soutenir, entre autres, la réponse d’urgence du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique). Rencontre avec Mark Suzman, le PDG de la fondation, qui revient sur le sujet et évoque des pistes pour soutenir la résilience.


Comment analysez-vous l’état actuel de la pandémie de Covid-19 en Afrique face au variant Delta qui semble plus toucher le continent ?

Nous assistons, à travers l’Afrique, à une augmentation du nombre de cas variant Delta de Covid-19 dans les pays qui n’ont pas un accès adéquat aux vaccins nécessaires. Jusqu’à ce que ces vaccins soient facilement disponibles, nous devons tous travailler ensemble pour parvenir à ralentir la propagation de la maladie et sauver autant de vies que possible en augmentant l’accès à d’autres interventions, telles que l’oxygène médical, les équipements de protection individuelle (EPI), la dexaméthasone et les tests.

En réponse à ces poussées, la Fondation Gates fournit 20 millions de dollars pour soutenir la réponse d’urgence du CDC Afrique. Ces fonds renforceront les infrastructures nécessaires pour aider les équipes à intervenir dans les zones à fort taux d’infection et à fournir des EPI et des traitements. Cette aide s’ajoute aux 11 millions de dollars que nous avons déjà fournis pour soutenir la réponse du CDC Afrique au Covid-19, et aux plus de 50 millions de dollars que nous avons fournis aux efforts de réponse à la pandémie sur l’ensemble du continent. En fait, une grande partie des plus de 1,9 milliard dollars que nous avons engagés dans la lutte contre cette pandémie contribue à protéger les populations des pays à revenu faible et intermédiaire, y compris en Afrique.

Il est évident que la pandémie n’a pas seulement un impact sur la santé. D’ici l’année prochaine, 90 % des économies à revenu élevé devraient pouvoir retrouver les niveaux de revenu par habitant d’avant la pandémie, tandis que seulement un tiers des pays à revenu faible et intermédiaire devraient parvenir à ce résultat. Sur l’ensemble du continent, nous avons été témoins d’un ralentissement du développement à cause de la pandémie, avec les progrès en matière de réduction de la pauvreté, de vaccination des enfants et d’amélioration de l’accès à l’éducation qui stagnent et reculent.

En même temps, nous avons d’excellentes raisons d’être optimistes, même face à des circonstances extraordinairement difficiles. À travers l’Afrique, d’innombrables organisations, individus et communautés ont fait preuve d’efforts incroyables pour innover, s’adapter et construire des systèmes résilients en réponse à la pandémie. En ce qui concerne les indicateurs de développement tels que la vaccination systématique des enfants, nous avons pu éviter bon nombre des pires scénarios que nous craignions il y a un an. Au Sénégal, par exemple, les communautés ont pu trouver des moyens de poursuivre la vaccination systématique des enfants pendant la pandémie, notamment en envoyant des agents de santé communautaires de porte à porte pour administrer des vaccins vitaux aux enfants directement à domicile.

Quelle stratégie la Fondation a-t-elle mise en place pour participer à la lutte contre la Covid-19 en Afrique ?

L’approche adoptée par notre fondation pour lutter contre la Covid-19 a évolué au cours des 18 derniers mois à mesure que la menace a évolué. Nous continuons de soutenir les gouvernements et les organisations qui mènent le travail pour répondre aux épidémies immédiates, donner accès à des outils vitaux, maintenir les services de santé essentiels et faire face aux impacts sociaux et économiques plus larges. Grâce à nos partenaires présents sur le continent, nous soutenons également les efforts visant à trouver des solutions durables à long terme pour lutter contre les causes profondes de l’inégalité d’accès aux vaccins et garantir que les vaccins peuvent être distribués équitablement.  

Nous avons vu au cours de l’année écoulée que l’accès aux vaccins contre la Covid-19 dans le monde est étroitement corrélé à une forte capacité régionale de R&D sur les vaccins. Alors que l’Afrique abrite 17 % de la population mondiale, elle possède moins de 1 % des capacités mondiales de fabrication de vaccins. Et ces différences ne sont pas seulement géographiques, elles ont un impact sur les personnes pouvant être vaccinées.

Il est essentiel de remédier à ces inégalités, à la fois dans la lutte contre la Covid-19 et toute épidémie future. Pour aider à combler cet écart, nous croyons en la valeur d’effectuer des investissements à long terme maintenant et en l’importance des pays africains qui investissent dans la construction d’un écosystème régional durable de développement et de fabrication de vaccins. C’est pourquoi nous soutenons la vision du CDC Afrique et de l’Union africaine de développer la capacité pour parvenir à fabriquer 60 % des besoins annuels en vaccins du continent d’ici 2040. Et nous sommes encouragés par les efforts récents fournis par les dirigeants et partenaires africains comme l’Union africaine, CDC Afrique et OMS Afrique, pour augmenter la fabrication de vaccins.

Aujourd’hui, l’écrasante majorité des pays africains ne disposent de doses de vaccin que pour 10 % de leur population. L’initiative Covax pourra-t-elle apporter une réponse significative à cette insuffisance de vaccins Covid ?

Nous pensons que Covax est l’une des nombreuses initiatives importantes qui sont essentielles pour parvenir à atténuer le faible approvisionnement en vaccins sur le continent et fournir des vaccins au plus grand nombre de personnes le plus rapidement possible. Le Partenariat pour la fabrication de vaccins en Afrique, qui a été récemment lancé par l’Union africaine, CDC Afrique et OMS Afrique, a également le potentiel de réduire considérablement l’offre insuffisante de vaccins. En outre, la plateforme africaine des fournitures médicales (AMSP) permet aux 55 gouvernements africains d’accéder aux fournitures médicales en lien avec la Covid-19, de rationaliser la logistique et de consolider le pouvoir d’achat pour des articles comme les kits de test Lumira et des traitements comme la dexaméthasone. Cependant, tout en répondant à la crise présente, nous devons également travailler à améliorer la situation à long terme pour les pays africains. Cela signifie créer un écosystème régional de développement et de fabrication de vaccins durable, et nous continuerons à soutenir des partenaires comme le CDC Afrique et l’Union africaine dans leur travail essentiel à ce sujet.

Malgré tout, l’Afrique a su montrer une certaine résilience « inattendue » face à la pandémie. Comment l’expliquez-vous ?

Cette pandémie a bouleversé la vie et les moyens de subsistance de tout le monde, partout. Cependant, nous avons également vu un travail incroyable de la part de personnes, d’organisations et de pays pour trouver de nouvelles solutions à de nouveaux problèmes, tout en veillant à ce que les progrès récents sur des questions critiques telles que la prévention du paludisme ne soient pas perdus. Au Bénin, par exemple, pays où le paludisme est la principale cause de décès, un nouveau système de distribution numérisé a été rapidement développé pour les moustiquaires imprégnées d’insecticide. Le Bénin a réussi à distribuer 7,6 millions de moustiquaires dans les foyers à travers le pays en seulement 20 jours, le tout au milieu d’une pandémie. Les pays africains peuvent tirer des leçons de succès comme celui-ci pour accélérer non seulement leur rétablissement en cas de pandémie, mais également leurs progrès vers la réalisation des objectifs de développement durable (ou objectifs mondiaux) des Nations Unies. Les jeunes en Afrique se sont également mobilisés de manière incroyable pour contribuer à la riposte à la pandémie au sein de leurs communautés. À titre d’exemple, les jeunes de la Kenya Malaria Youth Army travaillent pour renforcer les efforts communautaires pour lutter contre le paludisme, faire progresser la santé maternelle et infantile et faire progresser l’accès aux soins de santé universels. Même dans des circonstances extrêmement difficiles, des progrès sont possibles.

La pandémie de Covid-19 a fait constater l’état plus que fragile du système sanitaire des pays africains. Quelles sont les urgences pour pallier ce déficit ?

Pour construire des systèmes de santé plus forts et plus résilients, les pays africains doivent faire des investissements à long terme – avec le soutien de donateurs – pour se prémunir à la fois contre les maladies actuelles et les futures pandémies. L’Afrique a déjà connu un certain succès en investissant dans ses systèmes de santé ces dernières années. Les efforts historiques pour éradiquer la polio sauvage au Nigeria ont créé l’infrastructure qui a permis au pays de gérer plus facilement sa réponse à la pandémie et de distribuer les vaccins contre le Covid-19. Ces investissements ont également façonné la manière dont le monde a réagi à la pandémie. Grâce à des années de renforcement des capacités de séquençage génomique en Afrique, le Dr Penny Moore d’Afrique du Sud a été l’un des premiers scientifiques à identifier le variant Bêta et à découvrir qu’elle pouvait contourner le système immunitaire. Les investissements dans l’innovation scientifique ont également aidé les pays africains à utiliser les données locales pour mieux comprendre les maladies. Par exemple, en 2019, le CDC Afrique a créé une nouvelle initiative pour analyser et apprendre des virus comme Ebola et la fièvre jaune ; initiative qui a ensuite joué un rôle déterminant dans la compréhension du COVID-19 lors de sa première apparition. Il est encourageant de constater que nous voyons également déjà des pays africains s’engager à mettre en place des systèmes de santé plus solides. La majorité des pays de la Région Afrique de l’OMS se sont engagés à identifier les lacunes critiques de leurs systèmes de santé d’ici 2023 et à utiliser des approches plus innovantes pour y remédier.

L’Afrique peinera certainement à se relever des effets néfastes de la Covid-19 sur son économie. Quelle est votre stratégie pour venir en aide aux plus pauvres ?

La pandémie a eu un impact disproportionné sur les pays à revenu faible et intermédiaire, y compris de nombreux pays africains, et a été dévastatrice pour des millions de familles et de communautés. Ceux qui sont les plus vulnérables ont été les plus durement touchés et seront probablement les plus lents à s’en remettre. 31 millions de personnes supplémentaires dans le monde sont tombées dans l’extrême pauvreté à cause de la pandémie de COVID-19. Bien que les hommes soient 70 % plus susceptibles de mourir du COVID-19, les femmes continuent d’être touchées de manière disproportionnée par les impacts économiques et sociaux de la pandémie : cette année, l’emploi des femmes dans le monde devrait rester à 13 millions d’emplois en dessous du niveau de 2019 — tandis que l’emploi des hommes devrait largement revenir aux taux d’avant la pandémie. L’égalité des sexes est essentielle à tout programme de relance qui cherche à accroître la résilience, l’égalité et la durabilité à long terme, et nous devons insister pour placer ce travail au centre des efforts de réponse économique au niveau mondial. À la Fondation Gates, nous travaillons également en étroite collaboration avec nos partenaires et les gouvernements locaux pour aider à minimiser les impacts sociétaux et économiques de la pandémie. Cela comprend l’atténuation de l’insécurité alimentaire, le renforcement du travail sur l’équité entre les sexes et le soutien aux populations économiquement vulnérables. Nous avons pris l’engagement de travailler avec les pays africains dans les mois et les années à venir pour accélérer la lutte contre la pauvreté.

Amadjiguéne Ndoye
journaliste économique, titulaire d’un Master II en Communication et Journalisme de l'Institut Supérieur des Sciences de l’Information et de la Communication de Dakar (ISSIC). Grande amatrice de lecture et de musique. Féministe dans l'âme et passionnée de mode.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X