A la UneGuinée - Côte d'Ivoire: discorde autour de l'origine de...

Guinée – Côte d’Ivoire: discorde autour de l’origine de la souche Ébola ?

-

Depuis la confirmation le 14 août 2021 chez une guinéenne en provenance de Labé, en moyenne Guinée, suite à des analyses cliniques de la maladie à virus Ébola (Mve), les deux pays voisins avaient entrepris conjointement des mesures urgentes pour circonscrire la maladie et empêcher la survenue d’une nouvelle épidémie. La Guinée a même expédié 5000 doses du vaccin Ébola à son voisin ivoirien et dépêché plusieurs experts afin de lui conseiller dans la conduite de la prise en charge et de la vaccination.

Malgré la précaution prise par les autorités ivoiriennes de boucler momentanément leur frontière terrestre avec la Guinée, l’heure était plutôt à la synergie d’intervention. Jusque-là, il était officiellement admis de manière tacite que l’origine de la maladie Ébola détectée à Abidjan provenait de la Guinée. Ce, jusqu’au moment où le directeur général de l’Agence nationale pour la sécurité sanitaire (ANSS) de la Guinée a émis des doutes sur la fiabilité des résultats cliniques du diagnostic de « la patiente zéro » en soins à Abidjan et sur l’origine réelle de la souche virale Ébola qu’elle a contractée.

En effet, le DG de l’ANSS Guinée, dans une sortie médiatique en date du 19 août 2021, a laissé entendre que des investigations menées en Côte d’Ivoire et en Guinée par ses équipes de terrain le laissent perplexe. « À l’analyse des rapports des deux investigations, il y a eu beaucoup d’interrogations : la préfecture de Labé qui a été le lieu de départ de la jeune fille n’a jamais enregistré de cas d’Ébola durant les trois épidémies survenues en Guinée. Aussi, aucun contact n’a développé la maladie jusqu’à maintenant. Dans sa famille à Labé, il n’y a pas eu de cas suspect. L’équipe qui est partie assister nos collègues ivoiriens dans la prise en charge en Côte d’Ivoire qui est arrivée depuis le 16 août, n’a pas pu avoir accès à notre sœur qui a été isolée. Le refus de l’accès à cette malade a augmenté le niveau de réserve des autorités sanitaires de la Guinée », souligne-t-il.

Forcément plus expérimentée en matière de gestion de crise sanitaire liée à Ébola et confiant de ses acquis en la matière, le ministre guinéen de la santé, Remy Lamah, a adressé un courrier officiel au gouvernement ivoirien pour lui demander une reconfirmation du diagnostic effectué par les Ivoiriens par l’Institut Pasteur de Dakar ou à défaut par un autre laboratoire pour s’assurer que « la patiente zéro » en isolement à Abidjan est bel et bien atteinte de la souche guinéenne de la MVE. Les autorités sanitaires guinéennes ont même sollicité à maintes reprises que la Côte d’Ivoire leur envoie des échantillons des prélèvements sur « la patiente zéro ». Toutes ces sollicitations sont restées vaines, selon les autorités sanitaires guinéennes.

Les Ivoiriens opposent à ces exigences guinéennes une fin de non-recevoir pour le moment, estimant qu’ils ne peuvent pas s’être trompés sur le diagnostic établi. « Les autorités guinéennes doutent du diagnostic clinique, moi je ne doute pas de mon analyse, je suis infectiologue et clinicien, on ne peut pas se tromper dans la présentation clinique. La malade a tous les symptômes détectés lors de l’épidémie qui a frappé la Guinée, le Libéria, et la Sierra Leone de 2013 à 2015 », a martelé Serge Eholié, le porte-parole du ministère ivoirien de la Santé et chef de service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Treichville.

Retour à la source, à Labé en moyenne Guinée

À 1500 km de là, dans la région de Labé et plus précisément dans le village d’où serait partie  » la patiente zéro de côte d’ivoire », le constat de la direction régionale de la santé de Labé (DRS) sur lequel s’appuie principalement l’ANSS Guinée pour émettre des doutes sur le diagnostic des Ivoiriens, intrigue plus d’un. « Depuis plus de 12 jours, aucun des contacts n’a développé un signe. C’est pour cela qu’on est en train de s’interroger sur la véracité de ce cas (patient zéro) parce que la façon dont on a connu Ébola dans les temps, ce n’est pas comme ça que ça se développe. Avant, les contacts directs étaient toujours malades. Dans notre jargon, il y a ce qu’on appelle des faux positifs et des faux négatifs. Est-ce que ce n’est pas un faux positif ? Si au bout de 21 jours, aucun contact ne développe la maladie y compris le convoyeur qui est resté avec elle jusqu’au niveau de l’hôpital, où la dame a été reçue. Peut-être qu’on va revoir encore de quelle forme d’Ébola la dame est atteinte”, explique le DRS de Labé.

Des données et observations qui indiquent tout de même le contraire de la conclusion faite par le porte-parole du ministère ivoirien de la santé et tendent à crédibiliser l’hypothèse guinéenne, en attendant que la partie ivoirienne accepte un arbitrage tiers afin de recommencer le diagnostic ou de faire analyser les échantillons de prélèvement par un laboratoire neutre, selon le principe sanitaire de « reconfirmation » conforme au processus des analyses biomédicales en matière virale.

L’ANSS Guinée s’est par ailleurs attelée, selon ses responsables, à retracer le parcours de la jeune fille de Labé jusqu’à la frontière ivoirienne en passant par la région forestière, et conclut finalement que la patiente n’est pas entrée en contact avec des (anciens) malades d’Ébola au cours de son périple, ce qui selon eux, conforte un peu plus les raisons de ces réserves.

La divergence entre les deux voisins sur l’origine du virus pourrait éventuellement être résolue avec l’assistance de l’Organisation mondial de la santé (OMS) très impliquée dans la lutte contre la résurgence de la fièvre hémorragique à virus Ébola en Guinée.

Mamadou Aliou Diallo
Je suis Mamadou Aliou Diallo, journaliste- Blogueur, Web activiste et acteur de la société civile (ONG). Diplômé de l'ISMGB (Institut supérieur des Mines et Géologie de Boké) avec une licence en Génie Traitement- Métallurgie; Formation en Communication et journalisme à JMJ-Communication, Administrateur du site Guinée économie et signe pour le site d'informations en ligne Guineeconakry.info (GCI), un site distingué à plusieurs reprises, meilleur site internet Guinéen, cité et référencé par plusieurs médias internationaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X