Les droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI stimuleront la reprise des pays à faible revenu (S&P)

0
De Kristalina Georgieva à Christine Lagarde a

Le plan du Fonds monétaire international (FMI) d’augmenter les droits de tirage spéciaux (DTS) de 650 milliards de dollars cette année renforcerait l’adéquation des réserves, et donc la qualité du crédit, des pays souverains à faible revenu sur les marchés émergents, déclare S&P Global Ratings dans un rapport publié le 22 juin 2021.

« Notre analyse de l’adéquation des réserves des souverains que nous notons à ‘B+’ ou moins, avec un PIB moyen par habitant de 4 714 $, a révélé que la création de ces nouveaux DTS rétablirait pleinement l’adéquation des réserves pour cinq des 44 souverains des marchés émergents de cette catégorie — La Zambie, la Jordanie, le Salvador, le Bénin et le Togo », a déclaré Sam Tilleray, analyste chez S&P Global Ratings.

Cependant, si les États membres du FMI à revenu élevé réorientaient 42 % de leur part de l’allocation de DTS de 650 milliards de dollars, cela rétablirait entièrement l’adéquation des réserves des 44 pays à faible revenu inclus dans l’enquête S&P, avec des avantages significatifs pour la  croissance.

«Dans ce scénario de réallocation des DTS des pays riches vers les pays à faible revenu, les positions extérieures deviendraient plus résilientes, entraînant une potentielle pression à la hausse sur les notations souveraines », a déclaré M. Tilleray. « Même ainsi, dans la catégorie des notations ‘B+’ et inférieures, la contrainte de notation clé est généralement d’ordre institutionnel, réduisant la perspective de revalorisations pures et simples à la suite de réaffectations de DTS. »

L’agence de notation estime  qu’environ 61 % des nouveaux DTS reviendront aux souverains des marchés développés, en raison des quotes-parts relativement plus élevées des pays riches. Bien que cela ait probablement un impact important sur la solvabilité des marchés développés, le prêt ultérieur de ces ressources aux pays à faible revenu pourrait contribuer à renforcer les liquidités extérieures pour les États les plus pauvres du monde. L’allocation a également des implications pour les économies à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et même supérieure, dont la plupart ont vu leurs volants de réserve s’éroder en raison de la pandémie de COVID-19.

Les 44 souverains à faible revenu représentent un tiers de tous les souverains notés et 4 % du PIB mondial, mais leurs réserves représentent un peu plus de 2 % des réserves mondiales. Il ne s’agit pas seulement d’une contrainte externe, mais également d’une contrainte budgétaire étant donné que la majorité des pays souverains notés « B+ » et moins n’ont pas le statut de monnaie de réserve, la flexibilité monétaire et les marchés de capitaux intérieurs profonds qui ont permis à leurs homologues des économies avancées de financer une politique budgétaire contracyclique complète en  réponse au COVID-19. Cela explique en partie pourquoi la croissance dans les économies à revenu élevé s’accélère grâce au soutien budgétaire et aux vaccinations, mais ne stagne que dans les économies à revenu faible et intermédiaire inférieur aux prises avec des épidémies localisées persistantes du virus, sans les moyens de soutenir les ménages et entreprises. Le rapport  S&P présente un graphique radar soulignant comment les nouvelles allocations de DTS affecteraient l’adéquation des réserves des 23 souverains qui échoueront, selon les estimations de l’agence,  à un test d’adéquation des réserves en 2021.

Pour rappel, les droits de tirage spéciaux sont des avoirs de réserve portant intérêt contrôlés par le FMI. Ils sont rattachés à un panier de cinq devises de réserve comprenant le dollar américain, l’euro, le yen japonais, la livre sterling et le yuan chinois. La pondération a été fixée pour la dernière fois en 2015, lorsque le yuan chinois a été ajouté. Le FMI utilise le DTS comme unité de compte, par exemple en libelléant ses prêts en DTS (bien que les commentateurs citent souvent un montant converti en dollars américains). Les pays peuvent vendre leurs avoirs en DTS à d’autres membres du FMI pour les cinq devises susmentionnées. Les États-Unis, ainsi que 31 autres membres du FMI, ont conclu des accords volontaires pour acheter ces DTS aux pays souhaitant vendre. En cas d’échec de ces accords volontaires, il existe également un mécanisme par lequel le FMI peut désigner un membre ayant de fortes positions extérieures pour vendre des devises de réserve contre des DTS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here