CEMAC : la BEAC veut limiter les risques d’octroi des crédits bancaires

0

La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) projette de mettre sur pied, un Bureau d’informations sur le crédit (BIC) en vue de réduire les risques dans l’octroi des crédits bancaires. Dans cette perspective, l’Institution d’émission monétaire de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) a lancé un avis de pré-qualification pour la sélection d’un partenaire technique et stratégique pour la mise en place de cette structure.

Ledit partenaire travaillera en collaboration avec la BEAC, la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) et les acteurs de l’écosystème bancaire d’Afrique centrale pour mettre sur pied une banque de données qui servira de catalogue pour les utilisateurs puisque le BIC indique la Banque centrale est « une société agréée dont l’activité principale est la production et la commercialisation des synthèses d’informations et des données sur l’identification et les antécédents financiers des agents économiques sollicitant des prêts ».

La mise en place du BIC constitue un double avantage d’une part pour le public qui aura une meilleure visibilité sur les risques prudentielles des banques et tous les autres établissements financiers et d’autre part pour les banques qui auront une idée plus précise sur la solvabilité de ses clients. En d’autres termes, ce bureau fournira un éventail d’informations dont chacune des parties s’en servira pour demander ou octroyer le crédit.

D’après les analystes, « avec une meilleure information sur les profils des emprunteurs, les banques pourraient être en mesure de mieux évaluer les risques de non-remboursement, et ainsi augmenter leur stock de prêts à l’économie ». Un travail  à réaliser avant la fin de l’année 2020, où il sera notamment question de passer en revue les 60 établissements de crédit constitués de 51 banques et 9 établissements financiers sans oublier 864 Etablissements de microfinance (EMF) ainsi que les établissements de paiement. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here