Shelter-Afrique renoue avec la rentabilité pour signifier un redressement réussi

0

·       Le résultat global total a augmenté à 196 millions de shillings (1,85 M USD) en 2020, contre une perte de 134 millions de shillings (1,26 M USD) enregistrée en 2019, soit une augmentation de 247 % en glissement annuel.  

·       La société a terminé l’année avec une position de liquidité élevée, avec un solde de trésorerie de Ksh 4,9 milliards, ce qui donne un fort ratio de liquidité de 27%, 12% points au-dessus de la limite prudentielle de 15%.

 La société panafricaine de financement du développement du logement Shelter Afrique a renoué avec la rentabilité, comme l’indiquent ses résultats pour 2020. 

Le résultat global total de la société a augmenté à 196 millions de shillings (1,85 million de dollars américains) en 2020, contre une perte globale totale de 134 millions de shillings (1,26 million de dollars américains) enregistrée en 2019, soit une augmentation de 247 % en glissement annuel, malgré l’arrivée de la pandémie de COVID-19 au premier trimestre 2020.

S’adressant à la presse à Nairobi, le président de Shelter-Afrique, Dr Steve Mainda, a déclaré que la stratégie de redressement mise en place en 2016 a finalement porté ses fruits et que la société était désormais financièrement viable.

« Entre 2016-2018, la Société a réduit ses activités et, dans le processus, a subi un programme de restructuration qui a abouti à l’artisanat du Plan stratégique 2019-2023. Le Plan stratégique s’est concentré sur trois objectifs stratégiques clés (OS), qui sont soutenus par des objectifs stratégiques clés consistant à atteindre la viabilité financière, à améliorer la valeur pour les actionnaires & l’impact sur le développement, et la viabilité organisationnelle. Je tiens à féliciter l’équipe compétente pour sa mise en œuvre judicieuse du plan de redressement, qui a permis d’atteindre les résultats souhaités avant l’heure« , a déclaré le Dr Mainda.

Dans le plan stratégique 2019-2023, la société avait prévu un retour à la viabilité financière d’ici 2020 et une viabilité financière globale et une rentabilité d’ici 2023.

« Le retour à la viabilité financière plus tôt que prévu, comme le signale la croissance du bénéfice et du revenu d’exploitation en 2020, est une indication que la stratégie de redressement a été efficace. Avec le solide pipeline de prêts de 89 milliards de shillings kényans (840 millions de dollars américains) à partir de 2021 et au-delà, la société est prête à déclarer des dividendes aux 46 actionnaires plus tôt », a déclaré le directeur général et chef de la direction de groupe Shelter- Afrique, Andrew Chimphondah.

Une forte liquidité

Au cours de la période considérée, la société a maintenu une position de liquidité solide avec un solde de trésorerie de 5,03 milliards de shillings (47,4 millions de dollars US), clôturant l’année avec un ratio de liquidité de 27 %, soit 12 points de pourcentage au-dessus de la limite prudentielle de 15 %.

Cette forte liquidité a été obtenue grâce à l’augmentation des recettes en capital provenant des actionnaires et au recouvrement réussi du portefeuille de prêts productifs. Un total de 1,775 milliard de shillings (16,65 millions de dollars) de nouvelles souscriptions de capital a été reçu des pays membres au cours de l’année.

Les emprunts ont diminué de 52 % pour atteindre 3,681 milliards KSh (34,71 M$ US) en 2020, contre 7,599 milliards KSh (71,65 M$ US) enregistrés en 2019.  L’impact de COVID-19 a également entraîné une réduction de 11 % de l’actif net des prêts, qui s’élève à 10,78 milliards KSh (101,66 M$ US), en raison de faibles décaissements causés par les contrôles de souscription rigoureux basés sur une augmentation des risques de crédit réévalués.

Le directeur général a toutefois souligné que l’étape financière importante enregistrée en 2020 a été la conclusion réussie de l’accord de restructuration de la dette (DRA) avec les huit prêteurs mondiaux. Cet accord a joué un rôle crucial dans l’accélération du retour à la rentabilité de la société, malgré l’impact de la pandémie de COVID-19, qui a plongé l’économie mondiale dans la récession, avec un taux de PIB estimé à 4,5 % en moyenne.

« En Mai 2020, nous avons signé un accord de restructuration de la dette (DRA) avec six institutions de financement du développement (IFD) et deux prêteurs de banques commerciales. Avec le retour complet à la rentabilité, nous sommes en bonne voie pour rembourser intégralement cette dette d’ici juin 2021, soit trois ans plus tôt que prévu », a déclaré M. Chimphondah.

Capital supplémentaire

S’exprimant lors de l’événement, le vice-président du conseil d’administration, M. Sekou Demba, a déclaré que la société examinait diverses options de levée de capitaux, y compris de nouveaux capitaux propres et des options d’emprunt par l’émission d’obligations en monnaie locale afin de développer et d’approfondir les marchés de capitaux africains.

« Nous avons intensifié les réceptions de souscription de capital de la part des actionnaires actuels et, parallèlement, nous mobilisons de nouveaux membres de classe « B » et « C ». D’ores et déjà, le Fonds de Solidarité Africain (FSA) devrait rejoindre l’actionnariat de classe « B » en juin 2021. Nous prévoyons également de lever de nouveaux financements par emprunt auprès des prêteurs actuels et des nouvelles IFD, y compris des facilités possibles auprès de la BOAD, de l’ICD, du Crédit Suisse et de la Trade Development Bank », a déclaré M. Demba.

M. Chimphondah a ajouté que la société prévoyait également d’émettre des obligations en monnaie locale pour un montant de 53 milliards de shillings (500 millions de dollars) dans le cadre du programme de billets ; 53 milliards de shillings (500 millions de dollars) prévus pour l’Afrique de l’Est par l’intermédiaire de la Capital Market Authority du Kenya ; et un minimum de 10,6 milliards de shillings (100 millions de dollars) en équivalent CFA pour la zone CFA.

Des perspectives positives

M. Chimphondah a déclaré qu’en dépit du COVID-19, la société voit d’énormes possibilités de fournir des unités de logement abordables à grande échelle et à faible coût sur tout le continent afin d’améliorer les normes d’assainissement, soutenues par une croissance saine des actifs de prêt pour réaliser le pipeline de plus de 89 milliards de shillings (840 millions de dollars). 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here