A la UneHistorique: le G7 décide de soutenir l'émission des...

Historique: le G7 décide de soutenir l’émission des DTS pour les pays en développement (commentaires de Vera Songwe)

-

La décision était largement commentée le 19 mars 2021 à Addis-Abeba, en marge de la réunion du Comité d’experts de la Conférence des ministres africains sous l’égide de la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Les ministres des Finances du G7, réunis virtuellement, ce vendredi, ont entériné la décision de permettre aux pays en développement d’émettre des DTS pour mieux répondre à la crise du Covid-19. « L’accord décisif conclu entre les membres du G7 ouvre la voie à une action cruciale et concertée pour soutenir les pays à faible revenu du monde, garantissant qu’aucun pays ne soit laissé pour compte dans la relance économique mondiale suite au Coronavirus », a déclaré le Chancelier de l’Échiquier du Royaume-Uni, Rishi Sunak. Le Royaume-Uni assure actuellement la présidence du G7

Les ministres africains des finances qui se réunissent la semaine prochaine se prononceront sûrement sur cette opportunité longtemps en discussion au sein du FMI et du G7. En attendant, la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, a salué la décision des ministres des finances du G7. « Il s’agit, aujourd’hui, d’une étape très importante et stratégique en ce qui concerne le droit d’émettre à nouveau des Droits de tirage spéciaux par les ministres des finances du G7. Les DTS sont notre chance d’accomplir quelque chose de transformationnel pour un grand nombre d’économies frontières. Nous sommes reconnaissants pour le leadership dont ont fait preuve les ministres du G7 », a déclaré Mme Songwe, qui a été à l’avant-garde du plaidoyer pour que les institutions financières internationales et autres fournissent plus de liquidités pour permettre aux pays africains de mieux reconstruire l’avenir après la COVID-19.

Et l’économiste camerounaise de préciser: «nous devons maintenant travailler sur des mécanismes de rétrocession afin de pouvoir étendre les DTS aux pays qui en ont le plus besoin. Un financement supplémentaire pour le Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et la croissance du FMI à partir des DTS est bien entendu essentiel pour les pays à faible revenu. Nous devons fournir des vaccins aux pays et également soutenir la relance avec des instruments d’accès au marché qui font appel au secteur privé, comme la Facilité de liquidité et de viabilité ». Aux yeux de la secrétaire générale exécutive de la CEA, « les DTS nous permettent d’avoir une vision plus large. Il y a maintenant un réel élan pour une action collective lors des réunions du printemps du FMI et de la Banque mondiale ainsi que pour la réunion des ministres africains des finances organisée par la CEA et qui se déroule la semaine prochaine ».

Dans le cadre des discussions sur les DTS, il a été convenu que le G7 travaillerait avec le FMI pour progresser dans le renforcement de la transparence et de la responsabilité concernant l’utilisation des DTS et pour explorer comment les pays pourraient recycler volontairement leurs avoirs en DTS dans le but de soutenir davantage les pays à faible revenu. Le G7 a convenu que le FMI devrait élaborer séparément certaines options sur la façon dont cela pourrait être fait, sans retarder l’accord sur une nouvelle allocation générale, selon une déclaration publiée par le Chancelier britannique du Trésor.

Créés par le FMI en 1969, les DTS jouent un rôle influent dans la finance mondiale et aident les gouvernements à protéger leurs réserves financières contre les fluctuations monétaires mondiales. Ils sont également utilisés comme base des prêts des principales facilités de crédit de crise du FMI, l’institution les utilisant pour calculer ses prêts aux pays dans le besoin et pour fixer les taux d’intérêt sur les prêts.

Dans son approche adoptée depuis la survenance de la pandémie Covid-19, la CEA plaide en faveur de la prolongation de l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) jusqu’à la fin de 2021 afin de garantir que les pays disposent de suffisamment de liquidités pour répondre et entamer la relance en libérant des ressources pour payer les vaccins indispensables et atténuer les chocs des pays à faible revenu. La facilité de liquidité et de viabilité est un autre moyen important d’aider les pays africains à accroître leurs liquidités. En 2009, 240 milliards de dollars de DTS avaient été accordés aux pays membres du FMI en réponse à la crise financière mondiale pour injecter des liquidités sur le marché.

Adama WADE
Directeur de publication de Financial Afrik. Dans la presse économique africaine depuis 17 ans, Adama Wade a eu à exercer au Maroc dans plusieurs rédactions. Capitaine au Long Cours de la Marine Marchande et titulaire d'un Master en Communication des Organisations, Adama Wade a publié un essai, «Le mythe de Tarzan», qui décrit le complexe géopolitique de l’Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X