Bénin : Sébastien Ajavon (encore) lourdement condamné

0
Sébastien Ajavon, homme d'affaires et opposant béninois

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme du Bénin (CRIET) a condamné Sébastien Germain Ajavon ce mardi 2 mars à 5 ans d’emprisonnement ferme, et à 2,4 millions de F CFA d’amende pour usage de fausse attestation et escroquerie dans une nouvelle affaire.

Au-delà de ces peines, l’homme d’affaire – qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international – est également condamné à payer à l’État béninois à titre de dommage et intérêt, environ 81 milliards de F CFA pour préjudices subis par l’administration fiscale, et 60 millions de F CFA pour les autres préjudices non fiscaux.

D’après la presse locale, cette nouvelle affaire remonte au temps du régime de l’ancien président Yayi Boni. « L’Etat béninois a porté plainte contre l’ex-roi de la volaille au Bénin en mars 2013 pour tentative d’escroquerie en TVA, faux et usage de faux. En première instance, l’Etat béninois a essuyé un revers. Non content du verdict du tribunal de première instance, l’Etat béninois a fait appel. Mais sans attendre le procès en appel, les deux parties décident d’un accord et l’Etat béninois retire sa plainte. L’affaire est alors classée sans suite. Mais en 2020, l’affaire refait surface à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme en mai 2020 », relève Banouto, un site d’information local.

Il s’agit de la deuxième condamnation depuis 2018. Sébastien Ajavon, ancien allié du président Patrice Talon, avait déjà été condamné le 18 octobre 2018 par la CRIET – une juridiction installée en août 2018 – à 20 ans de prison et à 5 millions de FCFA d’amende pour trafic de drogue. Mais l’homme d’affaires béninois avait saisi la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) qui, en novembre 2019, lui a donné raison en condamnant l’Etat du Bénin à lui payer 36 milliards de F FCA au titre des préjudices économiques et moraux causés à l’opposant politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here