LeadersCommuniqués de presseRapport sur les tendances économiques de 2021 en Afrique...

Rapport sur les tendances économiques de 2021 en Afrique et au Moyen Orient

-

Mastercard Global Outlook 2021 souligne la transition permanente vers le numérique et l’opportunité de stimuler l’inclusion financière au Moyen-Orient et en Afrique

  • L’opportunité de disruption pour les fintechs est élevée en Afrique, la numérisation permettant l’inclusion financière dans les marchés émergents.
  • Le rapport du Mastercard Economics Institute estime que 20 à 30 % de la flambée des dépenses de commerce électronique liée à la COVID sera une caractéristique permanente pour les dépenses de détail globales.
  • Les populations jeunes et informées de la région MEA (Moyen Orient Afrique) sont essentielles pour les perspectives de croissance à long terme, mais le chômage des jeunes constitue une menace pour les perspectives de croissance.

Le Mastercard Economics Institute a publié Economy 2021 – un rapport sur les perspectives mondiales fournissant une analyse détaillée de l’impact économique de la      COVID-19, y compris des changements permanents dans les habitudes de dépenses des consommateurs numériques, la croissance des services bancaires en ligne, la perturbation des technologies financières et les opportunités de stimuler l’inclusion financière.

Parmi les principales tendances analysées, le passage brusque à l’utilisation des plates-formes numériques, motivé par le changement de comportement des consommateurs, les restrictions de mobilité et la nécessité de générer des revenus commerciaux au-delà des emplacements physiques. Le Mastercard Economics Institute, qui a été lancé l’année dernière pour analyser les tendances macroéconomiques à travers le prisme du consommateur, a publié le rapport pour aider les gouvernements et les entreprises de toutes tailles à trouver la voie à suivre après une année 2020 exténuante et transformatrice.

Le commerce électronique est là pour rester

En ce qui concerne la flambée des dépenses dans le commerce électronique, le Mastercard Economics Institute estime un facteur de rigidité permanent de 20 à 30 % dans les dépenses de détail globales, un facteur clé alors que les entreprises envisagent d’intensifier leurs efforts de transformation numérique. Ce changement a également été mis en évidence dans une récente étude sur le commerce électronique de Mastercard, qui a révélé que 73 % des consommateurs au Moyen-Orient et en Afrique (MEA) faisaient davantage leurs achats en ligne qu’avant la pandémie.

Selon Economy 2021, alors que le commerce électronique est le remède des entreprises contre la pandémie, son adoption par les générations plus âgées, une commodité accrue et des coûts réduits pour les consommateurs contribueront à la croissance continue de la demande numérique en 2021.

Au Nigéria, SME-in-a-Box, une nouvelle solution de paiement à faible coût, permet aux propriétaires de petites entreprises de mettre leur entreprise en ligne et d’accepter une gamme de paiements numériques de leurs clients. De plus, NetPlusDotCom et Innovectives ont déjà intégré 1,4 million de plus de micros et petites entreprises nigérianes avec des outils de paiement numériques tels que Mastercard QR, les codes USSD et sans contact pour faire progresser leurs activités. Mastercard s’est également associée à Selcom pour conduire les transactions numériques en Tanzanie.

La numérisation est essentielle pour faire progresser l’inclusion financière

Dans le cadre de la transformation numérique accélérée, le rapport note également que la poursuite de la numérisation dans la zone MEA est essentielle pour faire progresser l’inclusion financière. Cela est particulièrement pertinent dans des régions comme l’Afrique de l’Est, où les recherches du FMI ont révélé que même là où l’inclusion financière par le biais des services bancaires traditionnels était en déclin, un accès élargi aux outils et services numériques augmentait l’inclusion financière. Cette tendance devrait se poursuivre en 2021, en particulier dans les économies les plus avancées sur le plan numérique comme le Ghana, le Kenya et l’Ouganda.

Selon Economy 2021, la nécessité d’amener la population dans l’économie numérique d’abord grâce à des solutions bancaires en ligne est primordiale pour assurer la croissance des générations à venir. La disruption de la Fintech dans les services bancaires en ligne devrait en être un facteur clé, en particulier dans les économies d’Afrique de l’Est. La création d’entreprises physiques devrait encore baisser en 2021 au profit de la création d’entreprises en ligne et de l’adoption d’initiatives qui relient les données de vente d’un commerçant à l’accès au capital.

Un autre aspect de la promotion de l’inclusion financière mis en évidence par Economy 2021 consiste à tirer parti des technologies de pointe pour connecter les consommateurs aux petites entreprises et aux micro-commerçants. À mesure que l’innovation numérique s’améliore et que l’accès à Internet augmente, les solutions de paiement numérique telles que le sans contact, les numéros de carte virtuelle et les codes de réponse rapide offrent plus de possibilités que jamais.

Mastercard a travaillé pour combler le fossé de l’inclusion financière grâce à un large éventail d’efforts, y compris des partenariats avec des opérateurs de réseaux mobiles, des travaux en cours sur des solutions de décaissement des fonds publics, la numérisation des salaires des travailleurs du secteur privé, des solutions pour les travailleurs à la demande, l’intensification des efforts avec les opérateurs de télécommunications via leur plateformes et leurs portefeuilles numériques.

L’avenir est jeune

Un facteur clé de succès, pour les économies régionales, lorsqu’il s’agit de tirer parti de la croissance du commerce électronique et de faire progresser l’inclusion financière, est la population jeune et à croissance rapide de la zone MEA. L’Afrique abrite 19 des 20 pays les plus jeunes du monde. Alors que  des millions de jeunes consommateurs deviennent de primo-utilisateurs du mobile, la GSMA prévoit que l’Afrique subsaharienne dépassera un taux de pénétration de 50 % d’abonnés mobiles uniques d’ici 2025.

Outre les avantages que présente cette démographie, Economy 2021 présente également les risques associés tels que l’augmentation du chômage des jeunes. Le rapport note que le lien entre le désœuvrement, le chômage élevé des jeunes et les troubles sociaux resteront probablement un problème en 2021, tout comme les retombées potentielles du changement climatique – qui comportent des risques à court et à long terme.

« Cette croissance de l’économie numérique représente un« passage à l’âge adulte » pour le commerce électronique, un tournant dans la réduction de la fracture numérique. Nous nous dirigeons vers une reprise mondiale à plusieurs vitesses qui favorise le low-touch plutôt que le high-touch », a déclaré David Mann, économiste en chef Asie et MEA chez Mastercard. « Les petites entreprises et les micro-commerçants sont particulièrement essentiels pour les économies de la région et en leur permettant d’accepter les paiements numériques, nous pouvons connecter davantage de personnes et de communautés à la liberté financière et à la prospérité éventuelle. »

Mastercard s’est engagée à soutenir les petites entreprises grâce à ses technologies de paiement, son réseau et ses informations, dans le cadre d’un engagement mondial de 250 millions de dollars en produits et services au cours des cinq prochaines années.

Parallèlement au commerce électronique, le rapport prévoit que l’automatisation autour de la quatrième révolution industrielle (4IR), l’interaction sans contact, les services de livraison locale et le « tout-télé » seront d’autres tendances durables. Parmi les tendances qui devraient s’inverser à mesure que les restrictions à la mobilité seront progressivement levées, on trouve les repas au restaurant et les voyages d’agrément, un contributeur clé du PIB dans de nombreuses économies du MEA. Les économies traditionnellement basées sur le tourisme, comme le Kenya et l’Égypte, bénéficieront du retour éventuel du tourisme international.

Rédactionhttp://financialafrik.com
Financial Afrik se propose de délivrer l’information financière stratégique aux cadres et dirigeants, à travers une newsletter quotidienne et un site web qui couvre toute la finance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest news

Cameroun : nouveaux horizons pour le barrage de Nachtigal

Les travaux de construction du Nachtigal hydro power company (NHPC) se poursuivent normalement après les tensions sociales qui les...

L’hebdo des devises de l’Afrique

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier en devises non...

Santé : les États-Unis approuvent le médicament «Ebanga»de la RDC contre le virus Ebola

Le médicament «Ebanga», du nom scientifique Map 114 contre le virus Ebola fabriqué par l’équipe de la RD Congo...

Algérie: les cinq raisons du processus inflationniste et son impact sur le pouvoir d’achat

Par Abderrahmane MEBTOUL, Professeur des universités, expert international Docteur d’Etat. (1 dollar USD = 136,6 dinars algériens - DA). S'agissant...

Entretien exclusif avec Cheikh El Kebir Moulaye Taher, Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie

"Les réserves officielles de change ont enregistré une progression d’environ 40%" Monsieur Cheikh El Kebir Moulaye Taher, diplômé d’économie et...

Sous le coup d’une enquête pour corruption, SICPA démarche la Côte d’Ivoire

Par Florent Beroa, Genève. L’enquête pour «corruption d’agents étrangers» la visant depuis 2015 en Suisse n’empêche pas la société...

Must read

Cameroun : nouveaux horizons pour le barrage de Nachtigal

Les travaux de construction du Nachtigal hydro power company...

L’hebdo des devises de l’Afrique

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les...

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X