Banques : 621 milliards de FCFA de transactions traitées à travers le système STAR-UEMOA en 2019

0

A fin décembre 2019, quelque 1 211 158 transactions évaluées à 621 milliards FCFA ont été traitées à travers le Système régional de règlement brut des transactions d’importance systémique (STAR-UEMOA), selon le rapport annuel sur les infrastructures de marchés financiers, les moyens et les services de paiement de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) établi par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Par rapport à l’année 2018 où 924 404 opérations estimées à 512 milliards FCFA avaient été traitées, on note une hausse en volume de 31,02% et en valeur de 21,35%. « Les échanges inter-pays au sein de l’UEMOA se sont établis à 55 264 milliards de FCFA en 2019, ressortant ainsi à 8,90% de la valeur globale des opérations traitées dans STARUEMOA », soulignent les services de la BCEAO.

En glissement annuel, ils signalent une évolution favorable de 57,36% en valeur des opérations inter-pays. En revanche, une évolution en baisse est relevée concernant l’utilisation des instruments de paiement de détail (chèques, virements, prélèvements, effets de commerce) de 2018 à 2019. Ainsi, en glissement annuel, la valeur des transactions traitées via le Système interbancaire de compensation automatique de l’UEMOA (SICA-UEMOA) a connu une baisse de 1% de 2018 à 2019.

En nombre, le chèque (8.177.203) et le virement (7.348.703) sont les deux instruments de paiement les plus utilisés dans le SICA-UEMOA. Ils le sont également en valeur avec respectivement 40 683 milliards de FCFA et 6 685 milliards de FCFA.

Concernant les opérations traitées dans leSystème Automatisé de Gestion des Titres et de la Liquidité de l’Union Monétaire Ouest Africaine (SAGETIL-UMOA), le rapport de la BCEAO signale qu’au cours de l’année 2019, le nombre de transactions traitées s’est accru de 32,04% par rapport à l’année précédente. En valeur, il est enregistré une hausse des transactions qui passent de 4 295 à 6 989 milliards de FCFA, soit une variation de 62,72%. Selon les services de la Banque Centrale, cette croissance est principalement liée au relèvement des opérations de type DVP(Delivery Versus Payment ou Livraison de titres contre paiement) avec 99,76% et DVF (Delivery Versus Free ou Livraison franco de titres) avec 21,43%.

Parmi les faits marquants au cours de l’année 2019, il y a la sécurisation des plateformes de raccordement des participants aux infrastructures de marchés financiers gérées par la BCEAO. « L’analyse des tentatives et des cas de fraudes survenus ces deux dernières années sur les plateformes de certains participants a révélé que les cybercriminels exploitent les vulnérabilités des systèmes d’information afin d’effectuer des transferts illicites de fonds », souligne l’institut d’émission. Il ajoute que cette situation génère des incidents dont les conséquences peuvent se traduire par des pertes financières relativement importantes pour les participants, des perturbations dans l’exécution des opérations, voire la compromission de la continuité d’activité des institutions victimes et une altération de leur image avec un impact sur la confiance des populations vis-à-vis du système financier.

« Sur cette base, la Banque Centrale en sa qualité d’opérateur des Infrastructures SAGETILUMOA, SICA-UEMOA et STAR-UEMOA a défini des règles et des exigences minimales de sécurité des plateformes de raccordement des participants », révèlent les services de l’institut d’émission.

Les règles et les exigences définies traitent, entre autres, de l’obligation pour les participants d’assurer l’interfaçage de leurs Systèmes d’Information Bancaire (SIB) avec STAR-UEMOA afin d’améliorer les délais de traitement des opérations de la clientèle, pour respecter les dispositions conventionnelles portant sur l’imputation des comptes des bénéficiaires de virements interbancaires à J+2 au plus tard.

Selon les services de la Banque Centrale, à la suite de son déploiement en 2019, l’application de ce dispositif en 2020 par les participants contribuera à la maîtrise des risques inhérents à une sécurisation insuffisante des plateformes de raccordement aux infrastructures de marchés financiers de la BCEAO.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here