Le marché nigérian de l’assurance offre un potentiel important malgré les vents contraires (AM Best)

0
Taux de pénétration de l'assurance en 2019.

Le marché nigérian compte 57 compagnies d’assurance et, tout comme on l’observe en zone CIMA, est sujet à une dynamique de relèvement des capitaux minimums. Les 426 milliards NGN (1,2 milliard USD) de primes générées en 2018 ont représenté une croissance de 14,5% par rapport à l’année précédente. Au cours des cinq années entre 2014 et 2018, le taux de croissance annuel composé du PRG total a augmenté en moyenne de 8,6% par an. Bien que la croissance ait apparemment été forte, vue en termes réels, le marché s’est contracté d’environ quatre points de pourcentage, l’inflation s’établissant en moyenne à 12% sur la même période. Le PRG (total primes) à l’échelle du marché (à l’exclusion des primes d’assurance maladie) a augmenté globalement parallèlement à l’inflation pour atteindre environ 490 milliards NGN (1,3 milliard USD) à la fin de 2019, selon les chiffres de l’Association nigériane des assureurs (NIA).

Dressant ce tableau dans un rapport exhaustif sur le secteur, l’agence de notation Am Best juge le marché nigérian prometteur. “Les importantes réserves de pétrole et de gaz du Nigéria, sa population jeune et croissante et sa position de plus grande économie d’Afrique induisent à un potentiel de développement important pour son secteur des assurances. En outre, la pénétration de l’assurance – prime émise brute (PRG) du marché en pourcentage du produit intérieur brut (PIB) – est extrêmement faible, ce qui met en évidence les opportunités de croissance à long terme du marché comme le montre ce tableau”.

Une recapitalisation retardée

En 2007, le régulateur du marché, National Insurance Commission (NAICOM), a augmenté ses exigences de capital minimum des compagnies d’assurance de plus de 1 000%. Bien que cela ait conduit à une recapitalisation généralisée, AM Best a depuis observé une augmentation régulière du levier de souscription des assureurs. Les données réglementaires montrent que sur l’ensemble du marché, la croissance du PRG (total des primes) a dépassé la génération de capital depuis 2014. Cette tendance s’est poursuivie en 2019, selon l’analyse d’AM Best, avec un ratio projeté de PRG sur capital et excédent pour le marché d’environ 115%, contre 75 % en 2014.

Levée de boucliers des réassureurs

Dans le but de renforcer la capitalisation du marché et de limiter le volume des primes sortant du pays, la circulaire 2018 de la NAICOM a présenté ses plans pour augmenter encore les exigences de capital minimum pour les (ré) assureurs. Les modifications proposées se sont heurtées à une forte opposition, aboutissant à une décision de justice selon laquelle le règlement proposé n’était pas conforme à la Loi sur les assurances de 2003. Par conséquent, aucun changement n’a été apporté.

En 2019, NAICOM a publié un version révisée de son projet de règlement. Les révisions de la fixation des fonds propres restent fondées sur des règles plutôt que sur des risques et modifieront les exigences de fonds propres minimales conformément à la type de licence des (ré) assureurs . Bien que prévu initialement pour entrer force d’ici la mi-2020, la date limite pour la mise en œuvre a été retardée à décembre 2020, pour permettre les participants au marché ont le temps de mettre en œuvre leurs plans de recapitalisation. Cependant, compte tenu du ralentissement économique lié au COVID-19, la NAICOM a convenu une extension, en optant pour une approche échelonnée, qui nécessitera une recapitalisation partielle d’ici décembre 2020, les acteurs du marché étant tenus de respecter les exigences complètes d’ici septembre 2021.

Selon le rapport AM Best, seul un cinquième des (ré) assureurs nigérians à la fin de l’année 2018 disposait d’un capital suffisant pour couvrir les exigences de capital révisées. Plus de 10 entreprises devraient doubler leur capital de fin d’année 2018 et leurs excédents pour répondre aux nouvelles exigences en matière de capital. AM Best estime qu’une proportion importante de (ré) assureurs aura du mal à mobiliser suffisamment de capitaux supplémentaires pour répondre aux nouvelles normes.

Les nouvelles exigences ne tiennent pas compte des risques de souscription, d’actifs et d’exploitation propres à chaque assureur

AM Best

De l’avis d’AM Best, la mise en œuvre réussie des nouvelles normes de fonds propres serait favorable pour le secteur, car elles devraient conduire à un renforcement de l’adéquation des fonds propres à l’échelle du marché. La consolidation du marché et la réduction de la concurrence qui en résulte devraient contribuer à atténuer la forte pression sur les prix et à améliorer la discipline de souscription. Cependant, contrairement à l’approche d’établissement des fonds propres fondée sur les risques, les nouvelles exigences ne tiennent pas compte des risques de souscription, d’actifs et d’exploitation propres à chaque assureur. Il n’y a aucune contrainte sur le volume d’affaires que chaque assureur peut souscrire, tant que les exigences de capital minimum sont respectées. En conséquence, le levier de souscription sur le marché continuera vraisemblablement à augmenter avec le temps. Les exigences de fonds propres ajustées au risque – telles que mesurées par le modèle de capital d’AM Best, Best Capital Adequacy Ratio (BCAR) – pour les assureurs en Afrique subsaharienne ont tendance à être motivées par le risque d’actif plutôt que par le risque de souscription.

Des investissements orientés vers les actifs liquides

Les portefeuilles d’investissement des 15 plus grands assureurs nigérians sont généralement pondérés vers des actifs à faible risque tels que les liquidités et les titres à revenu fixe . Bien que les portefeuilles d’investissement aient tendance à être relativement prudents en termes d’allocation d’actifs, la qualité des actifs détenus par les assureurs est considérée comme faible et, par conséquent, ils reçoivent des frais de risque d’actifs plus élevés au sein de la BCAR. Bien que la NAICOM n’empêche pas les assureurs d’investir à l’étranger, seuls les actifs détenus localement sont considérés comme admissibles dans le calcul de la solvabilité réglementaire. En tant que tel, l’écrasante majorité des investissements des assureurs est concentrée dans le pays, exposant les entreprises au risque d’investissement accru.

L’autre faiblesse du marché nigérian réside dans le faible développement de l’assurance individuelle et la ralentissement de la croissance économique relevé ces dernières années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here