FinanceBanquesLutte contre la cyber-arnaque: VISA corse encore son système...

Lutte contre la cyber-arnaque: VISA corse encore son système de paiement en ligne

-

Avec le boom de l’activité digitale du fait de la pandémie à Coronavirus, VISA, à l’instar des autres institutions financières et fournisseurs de paiement en ligne, travaille d’arrache-pied pour assurer la sécurité des paiements des consommateurs en utilisant plusieurs niveaux de sécurité pour prévenir la fraude.

Garantir un commerce numérique sûr et fiable par la mise en place d’un système à la fois corsé et efficace contre la cyber arnaque. C’est ce à quoi travaille, en ce moment, l’ensemble des institutions financières et les fournisseurs de paiement en ligne. Notamment Visa dont l’équipe de lutte contre la fraude au paiement (VFI) est quotidiennement à la tâche pour traquer et empêcher les activités frauduleuses et tentatives de fraude du magasin à l’internet. En effet, la pandémie du coronavirus a fortement influencé le comportement des vendeurs et des commerçants.

Par conséquent l’on assiste depuis peu à l’explosion du e- commerce qui pourrait durablement s’installer dans les habitudes, selon les observateurs, même après la découverte d’un vaccin contre le Covid-19. Partout dans le monde, les consommateurs achètent désormais davantage en ligne. Pour preuve, selon une étude menée par VISA, en Côte d’Ivoire, on note une augmentation de 27% des transactions en ligne au cours des 6 derniers mois par rapport à 2019. Au Nigéria, plus de consommateurs se sont tournés vers les achats en ligne pour la première fois, 42% des acheteurs ayant commencé à acheter de la nourriture via des plateformes de commerce électronique.

En Afrique du Sud, l’activité physique en magasin a considérablement diminué, 63% des consommateurs se rendant moins souvent dans les épiceries physiques. Au Kenya, la préférence des consommateurs pour les solutions numériques augmente rapidement à mesure que les clients se tournent vers Internet pour faire leurs achats. 43% des consommateurs ont commencé à acheter en ligne dans les pharmacies. Aux États-Unis, les informations d’identification Visa actives dans les dépenses sur les canaux de commerce électronique, hors voyages, étaient plus de 12% plus élevées en juin qu’en janvier.

De plus, lorsque vous examinez les informations d’identification actives qui ont tendance à être plus engagées dans le commerce électronique, les dépenses par information d’identification active ont augmenté de plus de 25%. Au Royaume-Uni, les identifiants de commerce électronique actifs ont augmenté de 16% tandis que les dépenses par identifiant actif ont augmenté de 3%. Ces différentes statistiques démontrent donc que le marché en ligne a largement pris le pas sur le marché physique. Malheureusement, comme il fallait s’y attendre, ce nouveau mode d’échanges Commerçants/Clients n’est pas sans risques. Puisque l’on assiste également à un boom de la cyber-arnaque.

Selon Ismahill Diaby, Directeur Général Visa Afrique de l’Ouest et Centrale, l’équipe de lutte contre la fraude au paiement (VFI) de Visa a constaté un changement similaire dans les activités frauduleuses / tentatives de fraude du magasin à l’internet.

Apparition de la ‘’Covid-fraude’’

« Entre mars et avril 2020, il y a eu une augmentation du nombre de fraudeurs établissant des marchands nommés «COVID» à court terme et utilisant ces marchands frauduleux pour effectuer des tests et des dénombrements de comptes. C’est là que les fraudeurs utilisent des commerçants ou des institutions financières pour deviner les numéros de compte, les dates d’expiration et les codes CVV2 / de sécurité grâce à des tests automatisés. Cette activité est souvent marquée par des volumes élevés de baisses de faible dollar » explique Ismahill Diaby.

L’équipe Visa a également constaté une augmentation des attaques d’écrémage du commerce électronique, où des fraudeurs injectent du code JavaScript malveillant dans les sites Web des commerçants et des fournisseurs de services pour récolter numériquement des informations de paiement telles que l’adresse de facturation, le numéro de compte, la date d’expiration et le CVV2 à partir des formulaires de paiement sur le commerce électronique.

«Rien qu’en avril 2020, PFD a identifié 90 sites Web marchands compromis par plusieurs variantes de skimmers de commerce électronique. Heureusement, les capacités de prévention de la fraude telles que Visa Account Attack Intelligence, qui empêche les tests de compte, et Visa eCommerce Threat Disruption, qui empêche l’écrémage en ligne, sont gratuites et font partie des nombreuses couches de prévention de la fraude et des avantages de sécurité disponibles pour les clients Visa», révèle-t-il. Visa, les institutions financières et les fournisseurs de paiement travaillent donc d’arrache-pied pour assurer la sécurité des paiements des consommateurs en utilisant plusieurs niveaux de sécurité pour prévenir la fraude, protéger les données et les aider à récupérer leur argent si quelqu’un utilise leur carte sans autorisation.

Vu que la plupart de ses paiements sont passés au numérique, VISA estime que l’éducation des consommateurs est essentielle dans la lutte contre la fraude. Cette multinationale a donc élaboré un ‘’guide pratique’’ contre l’arnaque en ligne pour aider les consommateurs à comprendre comment détecter les activités frauduleuses et comment protéger leurs informations sensibles. Voici donc les trois recommandations simples que chaque consommateur peut suivre pour rester en sécurité lors de ses achats en ligne:

• Payer en ligne en toute sécurité : Lors de tout payement en ligne, utiliser Visa Checkout qui offre une couche supplémentaire de protection et toujours vérifier l’URL pour s’assurer qu’elle commence par « https: // ». Le « s » à la fin confirme une connexion sécurisée.

• Payer en toute sécurité dans l’application : Mettre à jour ses mots de passe avec un mot de passe fort unique pour chaque compte ou mieux encore, passer à la reconnaissance d’empreintes digitales ou faciale pour la connexion au compte et / ou les paiements si c’est une option.

• Se méfier des escroqueries par hameçonnage : Faire attention aux e-mails, SMS ou appels téléphoniques non sollicités et suspects. Ils peuvent essayer de voler des informations personnelles telles que le numéro de compte, le nom d’utilisateur et le mot de passe. En cas de doute, ne cliquer sur aucun lien ou ne télécharger aucun fichier.

«De plus, nous mettons en œuvre un service d’authentification basé sur des règles appelé Service d’authentification des titulaires de carte Visa (VCAS) qui combine l’intelligence des risques et une stratégie de règles ciblées pour aider à réduire les frictions client et offrir des expériences de paiement transparentes», rassure Ismahill Diaby, le DG Visa Afrique de l’Ouest et centrale.

De La nécessité des ‘’paiements sans contact’’

Bien que le commerce en ligne ait augmenté, les achats en magasin n’ont pas disparu. Les travailleurs essentiels doivent encore se rendre au bureau et faire le plein de carburant pour leurs déplacements et certains produits ne peuvent tout simplement pas être achetés en ligne et livrés aux consommateurs. Dans ces situations, adopter les paiements par carte sans contact peut offrir une tranquillité d’esprit. Les données sur les cartes visas montrent que partout dans le monde les consommateurs adoptent de plus en plus le ‘’sans contact’’ et demandent même plus d’options de paiement sans contact. Il a en effet été constaté que les paiements sans contact, où l’on peut toucher pour payer avec une carte ou un téléphone intelligent, permettent une expérience sûre et sécurisée sans que les consommateurs aient besoin de toucher le terminal de paiement. Et les premières indications montrent que l’utilisation de ce mode de transaction est élevée dans les épiceries et les pharmacies du monde entier.

Selon les chiffres :

• Près de 50 pays ont amélioré le taux de pénétration des services de paiement de plus de 5% et plus de 10 pays ont augmenté de 10% ou plus entre le T2 et le T3.

• Visa a aidé plus de 55 pays à augmenter les limites de paiement sans contact, réduisant de plus de 40% la part des transactions nécessitant un contact avec les consommateurs dans plusieurs de ces pays.

• Aux États-Unis, plus de 80 millions de cartes de paiement Visa sans contact ont été ajoutées au cours des 6 premiers mois de l’année civile, les institutions financières ayant accéléré leurs calendriers d’émission. Et malgré l’augmentation de la pénétration et de l’émission de cartes, le taux de fraude pour les paiements sans contact est nettement inférieur au taux de fraude global actuel sur les cartes.

Et même si, un retour au marché physique classique n’est pas à exclure après la pandémie du Covid-19, le ePaiement est définitivement en train de s’installer dans les mœurs des consommateurs comme le mode de transaction le plus adéquat. Il y a donc nécessité pour les commerçants et les institutions financières de s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation. Ceci, d’abord pour répondre aux préférences des clients, mais aussi et surtout pour investir dans l’avenir des paiements numériques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest news

Cameroun : nouveaux horizons pour le barrage de Nachtigal

Les travaux de construction du Nachtigal hydro power company (NHPC) se poursuivent normalement après les tensions sociales qui les...

L’hebdo des devises de l’Afrique

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier en devises non...

Santé : les États-Unis approuvent le médicament «Ebanga»de la RDC contre le virus Ebola

Le médicament «Ebanga», du nom scientifique Map 114 contre le virus Ebola fabriqué par l’équipe de la RD Congo...

Algérie: les cinq raisons du processus inflationniste et son impact sur le pouvoir d’achat

Par Abderrahmane MEBTOUL, Professeur des universités, expert international Docteur d’Etat. (1 dollar USD = 136,6 dinars algériens - DA). S'agissant...

Entretien exclusif avec Cheikh El Kebir Moulaye Taher, Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie

"Les réserves officielles de change ont enregistré une progression d’environ 40%" Monsieur Cheikh El Kebir Moulaye Taher, diplômé d’économie et...

Sous le coup d’une enquête pour corruption, SICPA démarche la Côte d’Ivoire

Par Florent Beroa, Genève. L’enquête pour «corruption d’agents étrangers» la visant depuis 2015 en Suisse n’empêche pas la société...

Must read

Cameroun : nouveaux horizons pour le barrage de Nachtigal

Les travaux de construction du Nachtigal hydro power company...

L’hebdo des devises de l’Afrique

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les...

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X