Côte d’Ivoire: le 3 ème mandat de Ouattara soumis à l’avis du juge constitutionnel

2
Patrick Achi.

Interrogé au sujet du troisième mandat du président Alassane Ouattara, le secrétaire général à la présidence ivoirienne a livré une réponse suspensive: “Pour nous, il s’agit d’un premier mandat dans la nouvelle République, qui est instituée par la Constitution de 2016, donc la 3è République. Mais naturellement, il ne s’agit pas pour nous de nous substituer au juge constitutionnel qui est compétent pour apprécier la validité de toute candidature”, a estimé Patrick Achi.

Ces propos rapportés par RFI interviennent alors que l’on déplore 4 morts dans le pays parmi les manifestants qui ont protesté ces derniers jours contre le troisième mandat. Aux yeux de l’opposition, une telle éventualité violerait la constitution qui limite à deux le nombre maximum de mandats auxquels peut prétendre un président.

Lors de l’adoption de la constitution de 2016, le ministre de la Justice, Sansan Kambilé, avait déclaré lui-même qu’il était « impossible » constitutionnellement que le président se présente pour un nouveau mandat…, rappelle le média français poussant Patrick Achi, haut commis de l’Etat sous Laurent Gbagbo, à un bégaiement : “A l’occasion de débats ou de prises de position individuelles de personnes, il y a plusieurs choses qui sont en jeu. Est-ce qu’il a développé un argumentaire qui sous-tend la décision ou l‘allégation ou les propos qu’il a tenus… Il n’y a pas que lui. Il y en a plusieurs qui ont tenu des propos, que ce soit dans l’opposition, que ce soit dans le parti au pouvoir, il s’agit de débats politiques. Mais en dernier ressort, c’est le juge constitutionnel qui tranchera”.

La patate chaude est renvoyée in extenso à la Cour Constitutionnelle dans ce qui est du de certains observateurs comme un demi-pas en arrière de la part du pouvoir.

2 Commentaires

  1. Cher Monsieur Albert Savana Je pense que c’est vous qui vous entêtez à produire un reportage douteux et non valide à votre audience. Après avoir interviewé Monsieur Patrick Achi aviez vous cru à ce qu’il vous a donné comme réponse ? Et si oui vous aviez cru à ce qu’il vous a dit pourquoi insistez vous à écrire que c’est un 3ème mandat. L’appelation qu’il a donné c’est que c’est un 1er mandat de la 3 eme république. Pourquoi n’utilisez vous pas ces informations ou termes donnés par Patrick Achi. Mais au contraire vous continuer d’enflammer le public avec propos non fondés de 3ème mandat non fondé pourquoi ?

  2. Ouï nous osons que croire les candidats que sont les deux présidents sont en train de faire un test au conseil constitutionnel car ils sont tous deux inéligibles.
    En effet les anciens présidents sont membres de droit du conseil constitutionnel (article 89 de la constitution) donc ne peuvent exercer aucun poste électif sauf renonciation explicite . Or jusqu’à maintenant il n a jamais renoncé de manière explicite a son poste au conseil constitutionnel . Conséquence il est INÉLIGIBLE
    Le président sortant a déjà boucle ses 2 mandats constitutionnels donc INÉLIGIBLE.car que ce soit la tante ou l oncle ou encore le père qui l a donné,un mandat un officiel est un mandat .
    Le PDCI et le RHDP feraient mieux de trouver des candidats intouchables pour les représenter comme l a si bien fait le FPI en la personne de l ancien premier ministre car leur président est aussi inéligible
    Les Ivoiriens doivent se dépasser pour donner a la côte d ivoire l occasion d evoluer sur le plan d evoluer
    Le président sortant doit initier une loi d armistie en faveur de tous les citoyens ayant exercé des activités politiquesmpour finaliser la réconciliation
    Le

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here