Covid-19: et si le vaccin de la Russie devançait les concurrents américains ?

7
Archive décembre 2018. Le président russse Vladmir Poutine rencontrant Kirill A. Dmitriev, patron du fonds souverain Russian Direct Investment Fund (RDIF).

La course à la suprématie mondiale se joue en ce moment sur les vaccins contre le covid-19. Quel pays sera le premier à apporter la potion magique pour sauver l’humanité ? La société américaine Moderna, l’université britannique d’Oxford en partenariat avec le laboratoire AstraZeneca ou la Chine via sa myriade d’ universités et de centres médicaux ?

Nostalgique de la grande URSS, la Russie de Vladmir Poutine déclare avoir mis au point un vaccin grâce aux concours du ministère de la Défense et du Centre d’épidémiologie et de microbiologie russe Gamaleïa. Le vaccin sera produit en masse par trois entreprises biomédicales russes à partir du mois de septembre.

Selon le vice-ministre russe de la Santé, Oleg Gridnev, cité vendredi 7 août 2020 par Sputniknews, l’enregistrement du vaccin contre le coronavirus aura lieu le 12 août prochain. «Les documents nécessaires à l’enregistrement du vaccin, données des études cliniques comprises, ont été soumis à une expertise sans laquelle le processus est impossible», a précisé le service de presse du ministère, selon le même média. Pour rappel, des tests cliniques sur des volontaires ont été effectués depuis le 17 juin à l’université Setchenov de Moscou et à l’hôpital militaire de Bourdenko.

D’après le ministère de la Défense, les essais cliniques sur des militaires se seraient révélés concluants et sans effets secondaires. La Russie refuserait de partager ses données avec la communauté scientifique internationale.

Vu de Washington, les vaccins développés par la Chine et la Russie ont du mal à convaincre. “j’espère vraiment que les Chinois et les Russes testent leurs vaccins avant de les administrer à qui que ce soit”, avait déclaré l’immunologue Anthony Faucid, voix d’autorité sur le covid-19, l’une audition fin juillet devant le Congrès américain.

« Affirmer disposer d’un vaccin prêt à être distribué avant même de le tester est, selon moi, problématique, pour ne pas dire plus », a ajouté le très respecté directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses, qui estime que les États-Unis n’auront pas à dépendre de vaccins d’autres pays. Des critiques loin de tempérer l’ardeur de Moscou qui compte entamer dès septembre et octobre la production industrielle d’au moins deux vaccins contre la COVID-19 conçus par des chercheurs de centres étatiques.

En réaction aux critiques américaines, Kirill A. Dmitriev, patron du fonds souverain Russian Direct Investment Fund (RDIF), un véhicule de 10 milliards de dollars, engagé dans le financement de l’un des vaccins russes, a ironisé, comparant la course actuelle au vaccin anti-Covid à la conquête de l’espace. « Les Américains ont été étonnés quand ils ont entendu le signal du Spoutnik », le premier satellite artificiel lancé par l’URSS en 1957, a-t-il dit à la chaîne d’information américaine CNN. « Avec le vaccin, ce sera la même chose. Nous serons les premiers ».

7 Commentaires

  1. Bonjour

    Moi je dis que c’est les chinois qui auront le 1er vaccin efficace a 100%, il n’y a rien d’étonnant
    puisque c’est eux qui ont crée ce virus très sophistiqué et sélectif puis l’on propagé a travers la planète.
    Il faut savoir bien sur qu’ils avaient déjà l’antidote avant de le diffuser dans le monde, l’objectif étant d’affaiblir
    les USA et de dézinguer TRUMP, ce qui est déjà acquis n ‘est ce pas. Pour le moment ils font traîner pour le business.
    Bien sur personne ne soutiendra cette thèse, mais pour les chinois quelques centaines de milliers de morts dans le monde ne représente rien du tout, vue la taille gigantesque et le nombre très grand d’habitants de ce pays. Des vieux qui sont
    en fin de vie et qui meurent de ce virus, c’est quo,? si ce n’est rendre service a la planète et procéder a un rafraîchissement
    générationnelle, l’idée a la base des chinois n’est pas si mauvaise, d’une pierre ils font 2 coups. Bien sur aucun pays n’ose
    le dire ouvertement, par crainte d’un 3 eme conflit mondiale dévastateur et définitif, mais ils auront des comptes a rendre
    j’espère, car dans une dizaine d’Années il recommenceront, y’a qu’a voir l’historique pour comprendre, en 2003 cela n’avait
    pas fonctionné correctement cette fois ci OUI. Dans quelques mois nous vérifierons ces dires. Bonne journée.

  2. Je suis médecin. J’ai contribué plusieurs fois dans des journaux algériens concernant cette question de Covid-19. Dès le début de la pandémie, je me suis mis dans le camp de ceux, peu nombreux il est vrai, qui ont prôné l’immunité collective. A mon humble avis, il fallait laisser la nature faire les choses. Cela semble peut-être incompréhensible venant d’un médecin qui plus est est sur la ligne de front contre ce coronavirus, mais c’est mon intime conviction que l’organisme de tout être vivant est capable de se défendre contre n’importe quel intrus viral ou autre. Il est vrai que ce coronavirus était un peu particulier du fait de sa virulence et de sa rapidité de propagation, ce qui fait dire à certains qu’il a été peut-être manipulé génétiquement, mais il ne fallait pas tomber dans une sorte d’hystérie collective en se confinant pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois pour certains pays. Cette manière de procéder face à un virus est quelque peu illogique. Elle laissera beaucoup de séquelles tant psychologiques à l’échelle individuelle qu’économiques à l’échelle sociétale. Enfin, bref, après plus de six mois d’évolution de cette maladie virale, il est temps peut-être de reprendre ses esprits et de se conduire en “humain responsable” et non comme une bête traquée par un micro’organisme invisible. Quant aux vaccins dont on commence à parler, je crois qu’il vaudrait mieux sensibiliser les gens à ne pas les accepter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here