Double pression sur les notes des Etats de la CEMAC mais l’union fait la force (S&P)

0
En décembre 2016, les pays de la CEMAC avaient conclu un accord avec le FMI,permettant d'éviter la dévaluation du Franc CFA (XAF).

Le choc économique de la pandémie de coronavirus sera important pour les pays membres de la CEMAC, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, indique S&P Global Ratings dans un rapport publié le 14 mai sous le titre, “Double Trouble For CEMAC Sovereigns, But Monetary Union Membership Helps. ” Le rapport estime que l’union monétaire offre un cadre de résistance accru aux chocs exogènes de la chute des exportations de pétrole et limite la volatilité des taux, contribuant à atténuer les pressions exercées par le service de la dette extérieure.

Ces difficultés économiques demeurent malgré le fait que la région n’ait pour l’instant enregistré qu’un nombre limité de cas de COVID-19. La République centrafricaine (RCA), le Cameroun, le Tchad, le Congo-Brazzaville, le Gabon et la Guinée équatoriale – les six membres de l’Union économique et monétaire – ont signalé environ 5 000 cas de COVID-19 et 200 décès liés au 13 mai.

“Cependant, les mesures visant à contenir le virus, notamment les mesures de distanciation sociale; la baisse de la demande extérieure, du commerce et de l’activité économique; le verrouillage des principaux partenaires commerciaux – la Chine et l’Europe occidentale – et le resserrement des conditions de financement pèsent lourdement sur des économies déjà fragiles, qui souffrent de systèmes de soins de santé inadéquats, ainsi que de graves problèmes de développement, de gouvernance et de sécurité “, a déclaré Sébastien Boreux, analyste de S&P Global Ratings.

Une diversification timide

Bien que les États membres de la CEMAC aient lancé des programmes de réduction de la dette publique depuis le sommet des chefs d’État à Yaoundé en décembre 2016, soutenus par les programmes du FMI et un soutien financier important des partenaires au développement, ils ont peu progressé dans la diversification de leurs économies loin du pétrole. Sur les six États membres, seule la RCA est un importateur net de pétrole. En moyenne, le pétrole représente encore près de 75% des exportations de marchandises de la région et 40% des recettes fiscales, et a contribué pour environ 25% à l’activité économique l’année dernière. Cependant, le Tchad, le Congo-Brazzaville, la Guinée équatoriale et le Gabon dépendent davantage du pétrole que le Cameroun, qui représentait environ 42% du PIB nominal de la CEMAC en 2019.

En effet, la timide reprise des économies de la CEMAC qui a commencé en 2017 suite au précédent choc pétrolier s’est arrêtée en raison de la récession mondiale, déclenchée par des mesures de maîtrise de la pandémie. “Plus précisément, estime S&P, nous prévoyons une croissance économique plus faible dans le Cameroun moins dépendant du pétrole (B- / Stable / B) et une récession au Congo-Brazzaville (B- / Negative / B). Nous prévoyons également une forte détérioration du budget de la région et des déficits commerciaux, réduisant les réserves de change déjà relativement faibles. Nous pensons que la baisse de nos prévisions économiques reste importante et sujette à la trajectoire de la pandémie dans la région et dans le monde”.

Pour ces raisons, nous constatons une baisse de la solvabilité dans la région et avons déjà pris certaines mesures de notation “, a déclaré M. Boreaux. En effet, le 8 avril, l’agence de notation avait revu la perspective de la note du Congo (B-/B) de positive à négative. Le 10 avril 2020, le Cameroun avait vu sa note ramenée de B à B-. Cependant, poursuit S&P, l’adhésion à la CEMAC reste favorable à la solvabilité souveraine, notamment en atténuant les risques de volatilité des taux de change qui menacent d’augmenter le fardeau du service de la dette extérieure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here