Covid-19: l’Occident a perdu l’hégémonie économique mais reste militairement dominant

0

Par Darwis Khudori, architecte et historien indonésien, directeur du Master Echanges avec l’Asie à l’Université Le Havre Normandie, France. Voici une analyse l’un des grands traits géopolitiques de ce 21 ème siècle à retrouver en intégralité dans le numéro 70 de Financial Afrik. Pour l’expert indonésien, animé par l’esprit de Bandung, la perte de la domination économique de l’Occident se conjugue avec une suprématie de cette galaxie sur le plan militaire. Le Covid-19 a exacerbé les rivalités. Extrait.


«Que l’Asie soit ‘montée’ dans l’économie mondiale depuis au moins 1960, et surtout depuis 2000, est un énoncé largement accepté » (Immanuel Wallerstein, The Rise of Asia in the World Economy, GIS Réseau français des études asiatiques, septembre 2012). Pour Kishore Mahbubani, «L’essor de l’Occident a transformé le monde. Celui de l’Asie entraînera des transformations tout aussi importantes. […] L’émergence de l’Asie sera une bonne chose pour toute la planète » (Kishore Mahbubani, Le défi asiatique, Paris, Fayard, 2008).

Cependant, Rehman Sobhan a averti: «cette transformation de l’ordre économique mondial ne sera indolore ni pour l’Est ni pour l’Ouest. En effet, la transition a le potentiel de causer beaucoup de chagrin au monde car aucun ordre établi n’est susceptible de céder son hégémonie sans défi. […] Le point de départ important au cours de cette phase de transition réside dans le fait que la puissance économique en recul de l’Occident (plus largement qualifié comme le Nord), dominée par les États-Unis, reste et est susceptible de rester dans l’immédiat la puissance militaire dominante. […] Cette érosion de la puissance économique de l’Occident, tout en conservant la domination militaire des États-Unis et de ses alliés de l’Organisation du Traité de l’At- lantique Nord (OTAN), n’augure rien de bon pour une transition facile vers l’ordre mondial. […]

Jusqu’où ira l’Occident jusque-là dominant pour préserver son hégémonie sur son ordre économique reste essentiel pour déterminer si le siècle asiatique évoluera pacifiquement ou par un processus de bouleversements » (Rehman Sobhan, ”The Political Economy of the Asian Century” in Manoranjan Mo- hanty, Vinod C. Khana, Biswajit Dhar (eds.) avec une préface de Boutros-Boutros Ghali, Building a Just World. Essays in Honour of Muchkund Dubey, India, New Delhi, Orient Black Swan, 2015). Nous avons été témoins des symptômes de ces énoncés à travers les mesures offensives et défensives de l’Occident, en particulier des États-Unis et de leurs alliés membres de l’OTAN, sous la forme de reproches, de dénonciations, de condamnations, de critiques, de campagnes noires, de menaces, de sanctions, de chantages, de procès, d’embargo … envers les pays émergents qui ne leur sont pas alliés, notamment la Chine. Ces symptômes soulèvent des questions: quoi d’autre ? Jusqu’à quand ? Et après ?

Lire la suite dans Financial Afrik numéro 70 du 15 mai au 14 juin 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here