Mauritanie: le ministre de la Santé face aux démentis

0
(Image d'archives). Le ministre mauritanien de la Santé, Mohamed Nedhirou Ould Hamed, aux côtés de l’ambassadeur de Chine à Nouakchott, Zhang Jianguo.

Deux responsables de la délégation médicale chinoise à Nouakchott, en l’occurrence Hu Lixing et Zhou Guangen, ont déclaré, mercredi premier avril, que les tests de dépistages du covid- 19 que la Mauritanie a reçu comme don de la part de la Chine, le 31 mars, sont en bon état. Ils apportent ainsi un démenti aux déclarations du ministre de la Santé, Mohamed Nedhirou, qui avait laissé entendre plus tôt que les tests en question étaient hors d’usage. Ces tests de dépistages font partie d’un don de matériels qui a servi à équiper un pavillon des maladies infectieuses au sein du Centre hospitalier de Nouakchott le 31 mars.

Pour dépasser tout malentendu avec l’allié chinois, le ministre de la Santé à tenu à remercier une fois de plus l’Empire du Milieu pour le précieux don médical, cela au cours d’une réunion avec Zhang Jianguo, l’ambassadeur de la République populaire de Chine, qui a eu lieu le 2 avril.

Ce n’est pas la première fois que Mohamed Ould Nedhirou se fait contredire dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Déjà, le 30 mars, à l’annonce du décès de Diarra Sanogho, des suites de coronavirus selon le ministre, des voix dissonantes ont fusé de tous côtés. Pour calmer les ardeurs des uns et des autres, le Comité interministériel sur le coronavirus, piloté par le Premier ministre, Ismael Beddé Cheikh Sidiya, a décidé finalement d’ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances du décès. Venue de Paris le 16 mars, Diarra Sanogho était en confinement avant de rendre subitement l’âme le 30 mars sans jamais subir de test de dépistage de son vivant.

Le 28 mars, le ministre s’était également vu contredire par un médecin en poste dans la localité de Kaédi située à 400 km de Nouachott, dans le sud mauritanien, à propos d’un cas de personne infectée au coronavirus. Le ministre avait déclaré que le malade avait été intercepté par les forces de sécurité alors qu’il tentait de franchir la frontière avec le Sénégal pour entrer en Mauritanie. Interpellé, la personne a été conduite à l’Hôpital de Kaédi. Une déclaration vertement démenti par le médecin qui avait eu à ausculter le malade dans un message vocal largement partagé sur les réseaux sociaux.

Selon le médecin, le porteur du virus était à Kaédi neuf jours après son retour du Sénégal et s’était présenté de son propre chef pour se faire consulter. Après cet épisode, le ministre a mis en garde le personnel médical conte la tentation de le contredire. Seule indication sur laquelle, le ministre de la Santé n’a pas encore été contredit, le nombre de cas suspects en Mauritanie. Plus de 1178 personnes ont été mises en quarantaine sur tout le territoire national, dont 644 personnes dans la capitale, Nouakchott.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here