Mauritanie: Abdel Aziz Ould Dahi, nouveau ministre de l’Economie et de l’Industrie

0
Abdel Aziz Ould Dahi chargé de conduire la politique économique et industrielle de la Mauritanie.

Abdel Aziz Ould Dahi dont le mandat de gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM) a expiré ces jours-ci a été nommé, mardi 21 janvier 2020, ministre de l’Economie et de l’industrie. Il succède à Mohamed El Cheikh Kebir Moulaye qui lui-même a été nommé gouverneur de la banque des banques. Cette permutation incarne une sorte de changement dans la continuité, claironnent les observateurs.

Dans ses nouvelles fonctions ministérielles, Ould Dahi aura à charge de concevoir la législation en matière d’économie, de veiller à l’application de la réglementation, de définir et d’appliquer les mesures susceptibles de promouvoir la compétitivité, la croissance et le développement économiques…. Il prendra également en charge la conception et l’application des mesures de gestion d’organisation des activités industrielle et la promotion et la coordination et le suivi des activités industrielle.

Face à ces défis, Abdel Aziz Dahi peut s’appuyer sur ses compétences et sa longue expérience au sein de hautes sphères de décisions pour répondre aux attentes des mauritaniens. Le technocrate de 54 ans, titulaire d’un master en e.gouvernance décroché à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et d’un doctorat en économie du développement délivré par l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, a débuté sa carrière au ministère des Finances qu’il intègre en 92.

Il sera tour à tour secrétariat d’Etat auprès du Premier ministre chargé des Technologies Nouvelles, ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’Administration d’avril 2007 à mai 2008 avant d’être nommé Directeur général de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie qu’il pilotera de 2009 à janvier 2015, date à laquelle il héritera du fauteuil de gouverneur de la banque des banques. On lui doit une démonétisation aux relents de dévaluation de la monnaie nationale, l’Ouguiya. L’on ne saurait dire non plus qu’il laisse le paysage bancaire – caractérisé ces dernières années par une attribution d’agréments à des banques peu solides – en bonne santé. Mais qu’importe, le président Mohamed Cheikh Ould Ghazouani, en fonction depuis le 2 août 2019, l’a choisi pour diriger le ministère de l’Economie et de l’Industrie. Et ce sera à lui de prouver que la confiance placée en lui n’est pas usurpée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here