Notation : L’agence Bloomfield décerne à nouveau la note « A » à la BOA Côte d’Ivoire

0

L’agence Bloomfield Investment Corporation a décerné à nouveau sur le long terme la note « A » avec une perspective stable à la Bank Of Africa (BOA) Côte d’Ivoire, filiale du groupe bancaire du même nom, ont annoncé les dirigeants de cette structure de notation basée à Abidjan.

La notation de court terme est aussi maintenue à A2 avec une perspective stable.

La validité de cette notation financière va de juin 2019 à mai 2020.

Lanotation et la perspective sur le long terme est Justifiée par Bloomfield par la qualité de crédit élevée. « Les facteurs de protection sont bons. Cependant, les facteurs de risques sont plus variables et plus importants en période de pression économique », ont laissé entendre les responsables de Bloomfield.

Concernant la notation sur le court terme, elle est justifiée par la certitude de remboursement en temps opportun très élevée. Selon les responsables de l’agence de notation, les facteurs de liquidité sont forts et soutenus par de bons facteurs de protection des éléments essentiels. Quant aux facteurs de risque, ils sont jugés mineurs.

Au niveau des facteurs clés de performance, Bloomfield avance que sa  notation est basée sur un certain nombre de facteurs positifs. Ils mentionnent « une bonne évolution du résultat des commissions, une amélioration du coût du risque, en lien avec les règles de provisionnement du Plan comptable bancaire régional (PCBR), une baisse de la concentration du portefeuille et la mise en conformité aux nouvelles règles prudentielles».

D’un  autre côté, Bloomfield a listé les principaux facteurs de fragilité de la notation. Selon les dirigeants de Bloomfield lacapacité du management à atteindre ses objectifs stratégiques est à démontrer. Figurent également dans les facteurs de fragilité, le recul global du positionnement et des parts de marché , la contre-performance de la banque en termes de collecte de ressources et d’octroi de crédits , la contraction de la marge d’intérêt, en lien avec l’activité de placement, la hausse du coefficient d’exploitation imputable aux nouvelles agences sans compter la situation politique et sécuritaire fragile de la Côte d’Ivoire.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here