Les autorités équato-guinéennes optent pour la construction d’un mur à la frontière avec le Cameroun au mépris des dispositions régissant l’intégration régionale et continentale. Par Achille Mbog Pibasso Le moins que l’on puisse dire, c’est que le gouvernement équato-guinéen souffle le chaud et le froid pour se conformer aux conventions et traités internationaux ainsi qu’aux principes de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) dont elle est membre. Et pour cause, pendant que la Guinée équatoriale est engagée dans un projet communautaire avec le Cameroun et le Gabon pour la construction d’un pont


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis