Rdc : Claude Ibalanky prend la tête du mécanisme de suivi des accords de paix d’Addis-Abeba

0

  

Conclu a Addis Abeba sous l’égide de l’Union Africaine et de l’Onu , le  24 février 2013, l’Accord-cadre pour la paix et la sécurité dans l’est de la RD Congo avait  été signé  par neuf pays qui partagent les frontières naturelles et artificielles avec la RD Congo, y compris la République Sud-Africaine. En vue de dynamiser à sa manière les progrès enregistrés dans la mise en œuvre à l’échelle nationale de ce mécanisme, le président Félix Tshisekedi a désigné Claude Ibalanky à la tête du mécanisme national de suivi de  l’accord cadre  pour la paix connu sous le vocable international de « l’accord d’Addis-Abeba ».

  Nommé par le président de la Rdc, Félix tshisekedi, il y a deux semaines, Claude Ibalanky Ekolomba Ben Baruch a officiellement pris fonction  le samedi 30 mars 2019 à la suite d’une passation de services avec  son prédécesseur, John Kasuku Mihali, au siège de cette institution sise sur l’avenue de la Justice dans la commune de Gombe à Kinshasa.

  Dans son speech de circonstance, le nouveau coordonnateur du mécanisme de  suivi  de l’accord de paix d’Addis Abeba  a planté le décor. Ce dernier  a pris l’engagement  de redynamiser le mécanisme national de suivi afin de réaliser, dans les meilleurs délais, les objectifs qui lui ont été assignés par le Chef de l’État congolais  Félix  Tshisekedi.

   Dans le déroulement de sa feuille de route, le nouveau coordonnateur souhaite dans un premier temps  procéder à  l’évaluation du travail du mécanisme national de suivi puis dans un second temps élaborer    le plan d’action prioritaire  du plan de travail 2019-2020 ; à travers une rétrospective et une    revue du cadre juridique et institutionnel des élections en vue des réformes électorales et politiques. Enfin  Claude Ibalanky s’activera in fine dans les prochains jours à créer les conditions préparatoires  de  l’organisation de la Conférence internationale sur la paix, la sécurité et la reconstruction dans l’Est de la Rdc. L’initiative aura comme soubassement   l’élaboration des réformes  qui seront  soumises à la  Conférence des Chefs d’État  membres du mécanisme international de suivi de l’accord cadre d’Addis-Abéba  prévue en  octobre 2019.

  Egalement parmi ses projets, le nouveau patron du mécanisme national de suivi compte consolider  les rapports cordiaux  entre le MNS et les autres parties prenantes de l’accord au niveau régional avec comme leitmotiv, le renforcement de  l’intégration régionale et la définition d’une politique sécuritaire inter-frontalière commune  en vue de garantir la paix et la stabilité durable dans la région des grands lacs. « Ces objectifs parmi tant d’autres vont nous permettre dans un temps record de rétablir la stabilité et de restaurer la paix durable dans la région des grands lacs ».

Répondant aux questions de la presse, Claude Ibalanky a saisi cette  occasion pour  souligner  que le Président de la République, garant du respect des traités internationaux, entend faire du MNS le bras séculier du gouvernement pour gagner le pari de la paix, de la réconciliation  et de la sécurité auxquelles aspirent les populations congolaises sur toute l’étendue du territoire.  

  Par ailleurs le coordonnateur du MNS a précisé qu’ il ne s’agit pas seulement pour son institution d’éradiquer toutes les formes négatives des violences    armées à l’origine des désastres notamment à l’Est de la Rdc , mais  surtout de ne ménager aucun effort à  postériori pour  participer à la dynamique de développement qui reste et demeure le néologisme de la culture de la  paix qui passe par la culture démocratique et le bon sens de tous les partenaires engagés dans le processus de paix à l’Est de la Rdc  .

    Le coordonnateur  du MNS a souligné toutefois   : « Six ans après la signature de l’Accord cadre, il s’impose à nous d’engager la réflexion sur les contours de la nouvelle dynamique à y impulser, de manière à le mettre en phase avec la réalité sécuritaire, notamment dans la partie orientale du pays et dans les pays voisins particulièrement ceux dont l’interdépendance est un peu plus évidente avec la République démocratique du Congo dans le contexte sécuritaire de l’heure ».

  Originaire du Grand Bandundu, le nouveau coordonnateur du MNS désigné par le président Félix est un proche de première heure. Il a été durant la période préélectorale son conseiller spécial en charge de la diplomatie et des questions stratégiques.  Ingénieur en télécom, businessman installé en Afrique du Sud, Claude Ibalanki  est un homme coutumier des arcanes  de la scène politique nationale et internationale .

  Le mécanisme national de suivi a  été tour à tour dirigé par François Mwamba, Léon Engulu, le général Denis Kalume et John Kasuku Mihali. Cette institution a pour mission d’assurer le suivi et la supervision de la mise en œuvre des engagements souscrits aux termes de l’Accord-
cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République Démocratique du Congo et la Région des Grands Lacs.

   La consolidation de la paix et la stabilité pour le développement dans la région de Grands-Lacs constitue l’un des points cardinaux du mécanisme de suivi des accords de paix d’Addis-Abeba

                                                                                               Rodrigue Fénelon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here