Le Togo et le Fonds Koweïtien signent un accord de 12 milliards de FCFA pour un projet d’adduction d’eau

0
Echange de documents entre Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances du Togo (d) et Nedhal Alolayan, le directeur adjoint du Fonds koweïtien pour le développement économique arabe.

Le ministre de l’Economie et des Finances du Togo, Sani Yaya, et le directeur adjoint du Fonds koweïtien pour le développement économique arabe, Nedhal Alolayan ont signé jeudi 31 janvier à Lomé, un accord d’un montant de 7 millions de dinars koweïtien, soit environ 12 milliards de FCFA destiné au financement du projet de renforcement du système d’Alimentation en eau potable de la ville de Kara située à environ 420 km au nord de Lomé, et ses environs.

Il s’agit d’un projet phare que finance le fonds koweitien. Il est initié par le gouvernement togolais comme l’a exprimé le ministre Yaya. Ce projet « a été identifié comme une priorité de l’Etat togolais et fait partie d’un ensemble de programmes prioritaires que le Gouvernement a initiés dans le cadre de la mise en œuvre de son Plan National de Développement (PND) ».

« La réalisation de ce projet permettra d’augmenter la capacité de production en eau potable de la ville de Kara et de pourvoir aux besoins des populations, contribuant ainsi à améliorer le cadre de vie des usagers et leurs conditions de vie. En effet, 10000 m3/jour d’eau potable supplémentaires seront mobilisés à partir des sources de Sara à Bafilo pour ainsi porter la capacité totale de production journalière de 7 500 m3à 17 500 m3», a-t-il ajouté.

Le Togo et le Koweït entretiennent des relations ayant permis la réalisation des projets allant à 67 milliards de F CFA. « Je salue l’excellence des relations d’amitié entre nos deux pays, des relations grâce auxquelles depuis 1993 plusieurs projets socio-économiques (09) ont vu le jour dans les domaines de l’énergie, de l’eau, des routes pour un montant avoisinant 67 milliards de f CFA », a déclaré M. Yaya.

Le Fonds koweïtien a été créé en 1961 par l’Etat du Koweït. Il a été conçu pour aider les pays arabes, mais son mandat a été élargi en 1974 pour inclure tous les pays en développement. Les opérations du fonds se concentrent principalement sur les secteurs de l’agriculture et de l’irrigation, le transport et l’énergie, les communications, l’eau et les eaux usées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here