Contraint par le Congrès national africain (ANC) de démissionner, Jacob Zuma pourrait être poursuivi pour corruption. Le procureur sud-africain, Shaun Abrahams, a en effet décidé de poursuivre le dossier jusqu’au bout.

L’ex-président de la République est soupçonné d’avoir touché des pots-de-vin pour un contrat d’armement de 4,2 milliards d’euros signé en 1999, lorsqu’il était vice-président du pays. Soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin en marge de ce contrat, la filiale sud-africaine de l’industriel français Thales est également poursuivie.

Zuma fera face à 16 chefs d’inculpation pour 783 cas d’actes répréhensibles présumés, a déclaré vendredi le porte-parole de l’Autorité nationale des poursuites (NPA), Luvuyo Mfaku. Douze sont des fraudes, une de racket, deux de corruption et une de blanchiment d’argent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here