BRVM: après le 3ème compartiment, les diasporas bonds

2

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) a donc procédé au lancement officiel de son Troisième Compartiment dédié aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et aux entreprisses à fort potentiel de croissance, le mardi 19 décembre 2017 à son Siège à Abidjan.La BRVM veut ainsi apporter sa contribution à la problématique du financement des PME dans l’UEMOA.
Ouvrant la cérémonie de lancement, Dr Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur Général de la BRVM, a indiqué que la BRVM, qui a atteint l’âge de la majorité car elle a eu 21 ans d’existence la veille de l’évènement, avait reçu pour missions principales de

(i) Organiser le marché boursier ;

(ii) Coter et assurer la négociation des valeurs mobilières;

(iii) Diffuser les informations boursières et

(iv) Promouvoir et développer le marché.

 

Ces missions ont été réalisé, eu égard les performances réalisées par la BRVM en termes de capitalisation, de nombre de sociétés cotées, de valeurs de transaction, etc. Il a par la suite relevé que ces réalisations, bien que louables, ont laissé sur le quai les PME qui pourtant représentent 80% du tissu économique de la zone UEMOA. Toutes choses qui ont conduit à des réflexions en vue de la création d’un compartiment dédié aux PME.
Avant de souhaiter que « ce Troisième Compartiment soit l’un des leviers de la transformation économique de notre sous-région en faisant émerger les champions nationaux et régionaux que nous appelons tous tant de tous nos vœux pour une croissance durable et mieux partagée dans l’UEMOA ».
Le Président du Conseil d’Administration de la Bourse, Monsieur Pierre Atépa GOUDIABY, après avoir présenté les perspectives de la BRVM à savoir (i) le lancement des “Diaspora Bonds” ou obligations de la diaspora pour financer des projets d’infrastructure de base ou de logements; (ii) la création d’un Marché pour les Ressources Naturelles notamment minières ; (iii) la création d’un marché pour les entreprises à la recherche de capital de démarrage notamment celles qui évoluent dans la Fintech et (iv) la poursuite du processus d’intégration des bourses de la CEDEA0, a sollicité l’appui constant des plus Hautes Autorités de l’UEMOA pour leur réalisation.

Quant à Monsieur Mamadou NDIAYE, Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF), Organe de régulation du Marché Financier de l’UMOA, il a réitéré « l’engagement du Conseil Régional à œuvrer de concert avec la BRVM et tous les autres acteurs de la place financière de l’UEMOA, à l’avènement d’un Marché Financier Régional plus profond, plus efficace dans un cadre réglementaire plus renforcé et en permanente adéquation avec les différents enjeux contemporains ».
Représentant Son Excellence Monsieur Amadou GON COULIBALY, Premier Ministre de Côte d’Ivoire, Président de la Cérémonie, le Ministre de l’Economie et des Finance de Côte d’Ivoire, Monsieur Adama KONE, a salué cette innovation du marché qui vise à apporter une réponse aux besoins de financement des PME avant de procéder au lancement officiel du Troisième Compartiment de la BRVM dédié aux PME dénommé « BRVM Petites Capitalisations ».


A propos du Troisième Compartiment

Le Troisième Compartiment de la BRVM dédié aux Petites et Moyennes Entreprises, lancé le 19 décembre 2017, offre à cette catégorie d’entreprise un accès à des capitaux à long terme sur le Marché Financier Régional de l’UEMOA pour financer leur croissance et développer leurs activités. Les conditions d’accès à ce compartiment sont les suivantes :

 Etre constitué sous forme de Société Anonyme ;
 Avoir des états financiers certifiés des deux exercices précédant l’année de la demande d’admission;
 Avoir un capital social d’au moins cent (100) millions de FCFA ;
 Avoir un flottant d’au moins 10% du capital devant correspondre à 500 000 titres au minimum ;
 Produire un plan d’affaires sur un horizon de trois (3) ans ;
 Avoir signé un contrat avec un Listing Sponsor ;

 

A propos de la BRVM

Portée sur les fonts baptismaux le 18 décembre 1996 à Cotonou (BENIN), la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) est une bourse électronique parfaitement intégrée commune à 8 pays de l’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Outre les titres de participations (actions), la BRVM propose l’émission et la négociation des titres de créance (obligations). La BRVM offre aux investisseurs un environnement boursier de classe mondiale avec des systèmes de cotation et de règlement des transactions à la fine pointe de la technologie. La BRVM est membre du Comité Exécutif de l’African Securities Exchanges Association (ASEA) et assure la Présidence du Conseil pour l’Intégration des Marchés de Capitaux en Afrique de l’Ouest (WACMIC). Elle est depuis novembre 2016 classée dans la catégorie des marchés frontières par le MSCI.
www.brvm.org

 

 

 

2 Commentaires

  1. La véritable révolution au sein de la BRVM aura lieu, le jour où les sociétés de téléphonie mobile à travers le mobile banking (Orange money, Moov money, MTN money…), lanceront officiellement leurs propres SGI !!
    Alors, le citoyen lambda, assis dans son fauteuil chez lui à la maison, pourra investir facilement à la bourse régionale d’Afrique de l’Ouest, en achetant et en vendant des actions, des obligations…, à l’aide de son simple téléphone portable, comme il le fait actuellement pour payer ses factures d’eau et d’électricité, Etc !!
    Quant au processus d’intégration des bourses de la CEDEAO, il serait plus simple et surtout plus judicieux pour la BRVM, de commencer par ouvrir des antennes de cette bourse régionale à Conakry, Monrovia et Banjul ; avant même de songer à fusionner avec les bourses de Freetown et d’Accra !! Merci.

  2. Le Fonds Africain de Garantie vient de décrocher 74 millions de dollars us , très bonne nouvelle pour les PME de la sous région CEMAC. Cependant :
    – les pays de la sous région CEMAC, mal classés dans le Doing business de la Banque Mondiale (Congo-Brazzaville, en 2018 est classé 179 ème), devraient accélérer les réformes pour l’amélioration du climat des affaires pour accompagner le développement des PME,
    – en faire une large diffusion auprès des organes en charges des PME

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here