East African Breweries lance le premier Corporate bond kényan depuis 2015

0
A worker inspects beer bottles on a conveyor belt at the East African Breweries Ruaraka factory in Kenya's capital Nairobi in this February 17, 2010 file photo. Kenya's East African Breweries Ltd (EABL) expects a hike in beer excise duty to hit demand in its home market in the coming months and will raise output of a lower-taxed cheap brand in an attempt to offset the impact, its CEO said on January 29, 2016. REUTERS/Thomas Mukoya/Files

A worker inspects beer bottles on a conveyor belt at the East African Breweries Ruaraka factory in Kenya's capital Nairobi in this February 17, 2010 file photo. Kenya's East African Breweries Ltd (EABL) expects a hike in beer excise duty to hit demand in its home market in the coming months and will raise output of a lower-taxed cheap brand in an attempt to offset the impact, its CEO said on January 29, 2016. REUTERS/Thomas Mukoya/Files

 kenyanEast African Breweries Ltd. prévoit d’émettre des obligations d’une valeur de 6 milliards de Shilling (58.5 millions de dollars). Cette émission est la deuxième phase du plan de l’entreprise de lever 11 milliards de shilling arrivant à échéance le 28 mars 2022.  Le taux annuel fixe est de 14,17%.

En effet, cette émission représente la seconde de l’unité africaine de Diageo dans le cadre de ce plan. La première étant une levée de 5 milliards de Shilling à un taux de 12,25%.

«La deuxième et dernière note à moyen terme à l’échelle nationale cherchera à offrir à EABL la possibilité de faire correspondre ses emprunts avec son investissement moyen et long terme et son investissement en fonds de roulement visant à renforcer les capacités et à optimiser les opérations au sein de la brasserie et de l’emballage», a déclaré Dorcas Ngure, chef des communications à l’EABL.

Le Kenya compte 33 obligations de sociétés cotées à la NSE, représentant moins de 0,5% de la négociation d’obligations à la Nairobi Stock Exchange, la dette publique constituant le reste, selon l’Autorité des marchés des capitaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here