Le conseil des administrateurs de la Banque mondiale a examiné cette semaine, un nouveau cadre de partenariat avec le Togo pour une période de quatre ans. C’est la première stratégie de moyen terme élaborée par l’institution pour le pays depuis le réengagement de l’IDA  en 2008.

Couvrant la période juillet 2016 – juin 2020, ce cadre prévoit de doubler l’aide de l’IDA pour la porter à plus de 350 millions de dollars sur les quatre ans. Il « détaille la stratégie envisagée pour aider le pays à installer une croissance plus inclusive et durable tirée par un secteur privé plus dynamique et des politiques, des investissements et des services publics plus efficaces », précise  un communiqué de la banque mondiale.

Avec son taux de pauvreté estimé à 55% en 2016 par la Banque mondiale – contre 61 % en 2011 – , le « Togo bénéficiera de la 18e reconstitution des ressources de l’IDA (IDA-18), qui accroît le soutien aux États fragiles afin d’augmenter les financements concessionnels et de promouvoir des solutions conjointes entre l’IDA, IFC et la MIGA ».

A noter que la gouvernance est le thème fondamental et transversal de la nouvelle stratégie, avec le renforcement des institutions et la responsabilité comme deux grands objectifs inscrits dans trois principaux domaines qui sont la performance du secteur privé et la création d’emplois, les services publics inclusifs et la durabilité et la résilience de l’environnement.

 

D’ailleurs, un diagnostic systématique conduit en 2016 par la Banque mondiale au Togo « a identifié la faiblesse de la gouvernance comme principal frein à une croissance plus robuste, inclusive et durable et à la hausse du PIB par habitant ».