Economic Commission for Africa

TUNIS, Tunisie, 2 septembre 2013/African Press Organization (APO)/ — La Norv�ge a apport� un soutien financier � la Facilit� africaine de soutien juridique (FASJ) � hauteur de 30 millions de couronnes norv�giennes (pr�s de 4,9 millions de dollars US) � titre de contribution principale au programme de travail de la FASJ pour la p�riode 2013-2014.

Cette convention d�aide a �t� sign�e le jeudi 29 ao�t 2013 � Oslo par Donald Kaberuka, Pr�sident du Groupe de la Banque africaine de d�veloppement (BAD) (http://www.afdb.org/fr/) et Heikki Eidsvoll Holm�s, le ministre norv�gien du D�veloppement international.

Logo : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

� La Norv�ge entend aider l’Afrique � transformer sa � mal�diction des ressources � en une � b�n�diction des ressources � en appuyant le renforcement des capacit�s des pays africains en mati�re de n�gociation de contrat dans les meilleures conditions. Le but est de leur permettre d�accro�tre leurs revenus et de renforcer leurs �conomies afin de se passer, � terme, de l’assistance ext�rieure � a d�clar� le Ministre.

� Il s�agit �galement d�am�liorer la transparence financi�re des contrats qui joue un r�le crucial dans la mise en lumi�re et l��radication des flux financiers illicites. Chaque ann�e, le montant des fonds qui disparaissent des pays en d�veloppement par des moyens financiers illicites est dix fois plus �lev� que celui qui est re�u sous la forme d’aide et d’assistance au d�veloppement � a-t-il ajout�.

La strat�gie d�cennale du Groupe de la Banque pour la p�riode allant de 2013 � 2022 met l’accent sur la croissance inclusive et la transition vers la croissance verte. Elle est en parfaite ad�quation avec les priorit�s de d�veloppement de la Norv�ge, telles qu’expos�es dans le livre blanc que le gouvernement a r�cemment publi� sur l’�quit� dans la distribution et le partage pour la prosp�rit�. Cette strat�gie accorde une importance particuli�re aux enjeux des �tats fragiles, de l’agriculture, de la s�curit� alimentaire et de l’�galit� de genre.

La Norv�ge a fourni un soutien de 768 millions de couronnes (pr�s de 125,63 millions de dollars US) � la Banque africaine de d�veloppement en 2012.

La FASJ est une organisation internationale �tablie par des gouvernements africains pour leur pr�ter assistance dans la n�gociation de transactions commerciales complexes, la poursuite d’actions litigieuses avec les fonds vautours, et le renforcement des capacit�s. En appuyant la FASJ, la Norv�ge aide les gouvernements africains � consolider leurs positions dans ces domaines.

La FASJ assiste plus particuli�rement les gouvernements dans la conduite des n�gociations complexes touchant aux industries extractives et � leurs infrastructures d’appui. Ses interventions favorisent la conclusion de n�gociations contractuelles � la fois �quitables et �quilibr�es qui servent de fondement � la transformation de richesses naturelles en croissance durable et inclusive. � l’heure actuelle, la FASF soutient des projets dans 20 pays africains. Des demandes d’intervention, notamment de la part d’�tats fragiles soucieux de maximiser les avantages de leurs ressources naturelles, sont en attente.

Distribu� par l�Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de D�veloppement (BAD).

Contact : Stephen R. Karangizi, Directeur, Facilit� africaine de soutien juridique, alsf@afdb.org

MONROVIA, Liberia, 2 septembre 2013/African Press Organization (APO)/ — Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Libéria et Donald Kaberuka, Président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org/fr/), ont lancé, le 2 Septembre 2013 à Monrovia au Libéria, un Panel de haut niveau sur les Etats fragiles. La question centrale à laquelle vont tenter de répondre les panelistes est la suivante : ”Comment pouvons-nous, de façon concrète, construire et consolider la paix et la prospérité des états fragiles d’Afrique?”

Logo : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Les conflits et la situation fragile de certains Etats constituent des contraintes majeures au développement de l’Afrique. Alors que la plupart des pays du continent ont connu un taux de croissance économique de 5% au cours de la dernière décennie, les pays fragiles et ceux en conflit n’en ont pas bénéficié. Le PIB par habitant qui est généralement de 945 $ pour les Etats africains ne représente qu’environ un tiers de ce montant, soit environ 333 $ dans les Etats fragiles. Leur relèvement constitue donc l’une des priorités du Groupe de la Banque.

«Avec l’aide de la Présidente Ellen Johnson Sirleaf et un groupe d’experts, nous élaborons une nouvelle approche pour aider ces pays à se relever plus rapidement et minimiser l’impact de leur fragilité sur les pays voisins» a déclaré Donald Kaberuka.

60 participants, en provenance de la République centrafricaine, des Comores, de la Côte d’Ivoire, de la République démocratique du Congo, de la Guinée, de la Guinée Bissau, de la Sierra Leone, de la Somalie, du Soudan du Sud, du Soudan, duTimor-Leste et du Togo ont pris part au lancement de ce Panel de haut niveau. Parmi eux, douze ministres des Finances et de la Planification et de hauts représentants d’Organisations internationales et de la Société civile.

De 2009 à 2011, la Banque africaine de développement a apporté un appui financier d’une valeur de 2,5 milliards de dollars aux États fragiles. Elle développe actuellement une stratégie relative à son engagement sous l’égide du panel de haut niveau sur les États fragiles.

Les Membres du Panel de Haut Niveau

Présidente : Ellen Sirleaf Johnson ;

Sarah Cliffe, Représentant spécial et Directrice du World development Report on conflict, security and development aux Nations Unies ;

Gilbert Fossoun Houngbo, Directeur général adjoint du Bureau International du Travail (BIT) pour les programmes extérieurs et les partenariats ;

Geraldine Frasier-Moleketi, Envoyée spéciale sur les questions de genre à la Banque africaine de développement ;

Dr. Callisto Madavo, Professeur à Georgetown University ;

Dr Greg Mills, Directeur de la Fondation Brenthurst ;

Rakiya Omaar, Directrice d’African Rights;

Dame Barbara Stocking, Présidente du Murray Edwards College, au New College de l’Université de Cambridge.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAD).

Agenda et informations disponibles en cliquant le lien ci-après :

http://www.afdb.org/en/topics-and-sectors/initiatives-partnerships/high-level-panel-on-fragile-states/

Contact medias: Sunita Pitamber via s.pitamber@afdb.org or mikias@coxsi.com

MAPUTO, Mozambique, 30 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Aggreko (http://www.aggreko.com), en collaboration avec ses partenaires de projet, a célébré l’agrandissement de sa centrale électrique fonctionnant au gaz au Gigawatt Park, à Ressano Garcia, au Mozambique. L’agrandissement de l’installation a été officiellement inauguré par le ministre de l’Énergie, l’Honorable Salvador Namburete, au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée aujourd’hui sur le site du projet. L’agrandissement ajoute une capacité supplémentaire de 122 MW à l’installation de Ressano Garcia, élevant la production totale de la centrale à 232 MW.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/aggreko.jpg

Photo 1: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/aggreko-ressano-garcia-29.08.13-photo-1.jpg

Photo 2: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/aggreko-ressano-garcia-29.08.13-photo-2.jpg

Photo 3: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/aggreko-ressano-garcia-29.08.13-photo-3.jpg

Photo 4: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/aggreko-ressano-garcia-29.08.13-photo-4.jpg

Photo 5: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/aggreko-ressano-garcia-29.08.13-photo-5.jpg

La centrale d’Aggreko est entrée en activité en juillet 2012, concrétisant une initiative réellement révolutionnaire visant à construire le premier projet de fournisseur d’électricité indépendant (FEI) transfrontalier temporaire au monde. L’électricité produite sur le site était envoyée directement dans le Pool électrique d’Afrique australe (SAPP), les premiers acquéreurs du projet étant Electricidade de Moçambique (EDM), le service public d’électricité du Mozambique et Eskom, le service public d’électricité d’Afrique du Sud.

Suite au succès de la première phase du projet de Ressano Garcia, Aggreko a annoncé en mars 2013 la signature d’accords avec EDM et NamPower, le service public d’électricité de Namibie, pour fournir 122 MW de plus dans le cadre du projet. Le travail a commencé immédiatement après l’annonce afin de plus que doubler la capacité de production de la centrale. Aggreko ayant conçu et construit l’infrastructure de la centrale pour permettre des augmentations modulaires de sa capacité, l’ajout de cette production d’électricité supplémentaire a été réalisé en seulement 12 semaines.

En utilisant l’infrastructure de transmission régionale exceptionnelle du SAPP, Aggreko fournira désormais de l’électricité générée au Mozambique à trois services publics nationaux, y compris à la Namibie située à plus de 1 500 kilomètres de là. Illustrant la coopération mutuelle entre les services publics nécessaire pour y parvenir, EDM et Eskom joueront un rôle majeur dans la transmission de cette électricité vers la Namibie. EDM transmettra l’électricité par le biais de son réseau vers la frontière sud-africaine où Eskom, au nom de NamPower, en gérera la redistribution jusqu’en Namibie par le biais du réseau sud-africain.

La centrale électrique de Ressano Garcia d’Aggreko est située à la frontière entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, à 90 kilomètres au nord-ouest de Maputo, au Gigawatt Park. Le gaz naturel nécessaire à ce projet est fourni par Matola Gas Company SA par le biais de son infrastructure gazière située à Ressano Garcia, et Aggreko produit de l’électricité par le biais d’un accord de sous-concession avec Gigawatt Mozambique SA.

« Ressano Garcia est la plus importante centrale électrique transfrontalière temporaire au monde, avec 232 MW d’électricité produite à partir de gaz et utilisée par trois services publics nationaux », a déclaré David Taylor-Smith, directeur régional d’Aggreko dans la région Europe, Moyen-Orient, Afrique. « Ce projet souligne la précision et la vitesse avec lesquelles Aggreko peut fournir une capacité électrique temporaire à grande échelle, pour aider nos clients à combler les lacunes en matière d’électricité lorsqu’elles surviennent. »

Paulinus Shilamba, directeur général de NamPower, a affirmé : « Cette approche innovante pour garantir un approvisionnement en électricité pour les habitants de Namibie est un bel exemple de l’esprit de la coopération sud-africain. Ce projet unique contribuera fournir une alimentation électrique en Namibie et soutiendra le développement continu du pays. »

Augusto de Sousa Fernando, PDG d’EDM, a ajouté : « Suite au premier projet qu’EDM a rendu possible en jouant son rôle en tant que service public et opérateur de système au Mozambique, nous souhaiterions encore une fois accueillir la seconde phase du projet de la centrale électrique temporaire d’Aggreko à Ressano Garcia, qui aidera EDM et ses partenaires au sein du SAPP à assurer leur service pendant la période de transition jusqu’à ce que nous mettions en place nos installations permanentes au Mozambique. »

Distributed by the African Press Organization on behalf of Aggreko plc.

Contact presse:

Nicholas van Santen

Directeur des RP et des communications

Aggreko EMOA

Tél. : +971 56 682 5978

E-mail : nicholas.vansanten@aggreko.ae

Aggreko

Aggreko plc est le leader mondial des solutions d’énergie temporaire et de régulation de température. Aggreko emploie plus de 5700 personnes opérant à partir de 194 sites. En 2012 nous avons servi des clients dans plus de 100 pays et nous avons réalisé un chiffre d’affaires de près de 1,6 milliards d’Euros (2,5 milliards de Dollars ou 2,0 milliards de Euro). Aggreko plc est inscrit au London Stock Exchange (AGK.L), est membre de l’index FTSE-100, et a son siège social en Ecosse. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Internet de la société à l’adresse www.aggreko.fr.

Aggreko apporte des solutions pour la fourniture temporaire d’énergie et le froid & climatisation à des clients qui en ont un besoin particulièrement urgent ou pour une période courte. Par exemple, la fourniture d’énergie à un site industriel qui avait besoin d’entretenir son système permanent de production d’électricité, en fournissant en énergie une ville entière en période de pénurie, ou en fournissant les systèmes de production d’électricité et de refroidissement pour un événement sportif majeur. Nous répondons nos clients soit à partir de nos 194 centres de service, que nous appelons « Local Business », soit sur le plan mondial, grâce à notre entité « International Power Projects ».

Dans le cadre du Local business, qui constitue environ la moitié de notre chiffre d’affaires, nous louons notre équipement aux clients qui les exploitent alors par eux-mêmes, bien que nous conservions la responsabilité de son entretien et de sa maintenance. Dans le cadre de « International Power Projects », qui représente environ la moitié de notre chiffre d’affaires, nous agissons comme producteur d’électricité. Nous installons et exploitons des unités de production d’électricité et nous facturons à nos clients à la fois la fourniture de la capacité de production et l’électricité que nous produisons. Nous concevons et fabriquons notre équipement de manière spécifique en fonction de ces exigences dans notre usine de Dumbarton, en Écosse.

Parmi nos clients récents on retrouve les Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres 2012, les Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver de 2010 et les compagnies publiques d’électricité dans plus de 50 pays parmi lesquels le Royaume-Uni, la France, l’Angola, le Kenya, l’Indonésie, le Bangladesh, le Venezuela, le Chili, le Brésil et les États-Unis.

En 2012 nous avons reçu près de 45,000 retours à nos enquêtes de satisfaction Clients. 70% d’entre eux nous recommanderait à un collègue ou à un ami (note de 9 ou 10 sur 10).

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Internet de la société à l’adresse : www.africa.aggreko.com.

LAGOS, Nigeria 30 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Le véhicule d’investissement panafricain de Tony O. Elumelu, Heirs Holdings (http://www.heirsholdings.com), a annoncé aujourd’hui un investissement conséquent dans Seadrill Mobil Units (Nigeria) Limited, une filiale de l’une des plus importantes sociétés de forage en eau profonde au monde, Seadrill. M. Elumelu a été nommé président du conseil de Seadrill Mobil Units.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/heirs-holdings.jpg

Photo Tony Elumelu: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/tony-elumelu.jpg

Cet investissement est une preuve supplémentaire de la stratégie de M. Elumelu visant à accroître la participation des entreprises africaines dans la chaîne de valeur du gaz et du pétrole, et complète les intérêts existants de la société en matière de production et d’exploration de gaz et de pétrole. Seadrill, la plus importante société de forage en mer au monde, est cotée aux bourses de New York et d’Oslo, opérant la deuxième plus importante flotte en eau très profonde au monde et la plus importante flotte de plateformes haut de gamme de l’industrie avec 7 500 employés dans 15 pays.

À propos de l’investissement, M. Elumelu a déclaré : « Seadrill est un acteur important dans le secteur du pétrole et du gaz, avec une expérience éprouvée, et est l’un des noms les plus respectés de l’industrie. Ce partenariat présente un réel intérêt commercial, réunissant un acteur mondial majeur et un acteur africain de premier plan au sein de l’industrie du gaz et du pétrole. Le développement réussi des gisements de pétrole et de gaz en eau profonde du Nigeria revêt une importance stratégique pour notre pays. Il s’agit d’une part importante de notre approche personnelle visant à créer un investissement à valeur ajoutée synergique dans le secteur de l’énergie, depuis l’extraction au traitement et, peut-être plus important pour le Nigeria, la production industrielle et la production d’électricité. »

M. Elumelu a ajouté : « Ce partenariat ouvre la voie à la poursuite du développement de notre secteur de l’électricité, mené par les talents locaux et devrait servir de modèle pour une participation continue, réelle et indigène, créant un impact à la fois économique et social. »

Le directeur de Seadrill Mobil Units (Nigeria) Limited, Svend Anton Maier, a affirmé : « Le partenariat avec Heirs Holdings crée l’association parfaite entre une expertise technique mondiale, soutenue par une excellence opérationnelle, et une gestion financière intelligente pour le marché nigérian. Il place la société dans une position de leader local et d’acteur réellement indigène. »

Heirs Holdings réalise des investissements exclusifs dans divers secteurs stratégiques à travers l’Afrique. Par le biais de ses filiales Tenoil Petroleum & Energy Services et Transcorp Energy, créée pour diriger l’approche de Transcorp sur le secteur de l’électricité, Heirs Holdings s’est déjà largement engagée dans le secteur de l’exploration et la production de pétrole, par le biais de l’acquisition d’OPL 281, un gisement pétrolier à terre avec des réserves de gaz importante, par le développement par Transcorp et Tenoil d’OPL 2008, qui devrait entrer en production en 2014.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Heirs Holdings.

Pour plus de renseignements :

Moky Makura

Directrice du marketing et des communications d’entreprise

Heirs Holdings

E-mail : moky.makura@heirsholdings.com

Téléphone : +234-1-277-4641

À propos de Heirs Holdings

Heirs Holdings est une société d’investissement par actions panafricaine dont la mission consiste à stimuler le développement de l’Afrique. Nous sommes des investisseurs actifs à long terme spécialisés dans le développement et les redressements d’entreprises. Nous visons à transformer les sociétés dans lesquelles nous investissons et à en faire des sociétés qui durent. Nous investissons en Afrique pour créer de la valeur pour nos actionnaires et partenaires, et pour assurer la prospérité économique et la richesse sociale du continent. Nos investissements dans l’électricité, les services financiers, le gaz et le pétrole, l’immobilier et l’hôtellerie, l’agro-industrie et les soins de santé aident à développer les économies, à créer des emplois, à accroître la prospérité et finalement à transformer la vie des Africains ordinaires en Afrique.

LAGOS, Nigeria 30 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Le véhicule d’investissement panafricain de Tony O. Elumelu, Heirs Holdings (http://www.heirsholdings.com), a annoncé aujourd’hui un investissement conséquent dans Seadrill Mobil Units (Nigeria) Limited, une filiale de l’une des plus importantes sociétés de forage en eau profonde au monde, Seadrill. M. Elumelu a été nommé président du conseil de Seadrill Mobil Units.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/heirs-holdings.jpg

Photo Tony Elumelu: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/tony-elumelu.jpg

Cet investissement est une preuve supplémentaire de la stratégie de M. Elumelu visant à accroître la participation des entreprises africaines dans la chaîne de valeur du gaz et du pétrole, et complète les intérêts existants de la société en matière de production et d’exploration de gaz et de pétrole. Seadrill, la plus importante société de forage en mer au monde, est cotée aux bourses de New York et d’Oslo, opérant la deuxième plus importante flotte en eau très profonde au monde et la plus importante flotte de plateformes haut de gamme de l’industrie avec 7 500 employés dans 15 pays.

À propos de l’investissement, M. Elumelu a déclaré : « Seadrill est un acteur important dans le secteur du pétrole et du gaz, avec une expérience éprouvée, et est l’un des noms les plus respectés de l’industrie. Ce partenariat présente un réel intérêt commercial, réunissant un acteur mondial majeur et un acteur africain de premier plan au sein de l’industrie du gaz et du pétrole. Le développement réussi des gisements de pétrole et de gaz en eau profonde du Nigeria revêt une importance stratégique pour notre pays. Il s’agit d’une part importante de notre approche personnelle visant à créer un investissement à valeur ajoutée synergique dans le secteur de l’énergie, depuis l’extraction au traitement et, peut-être plus important pour le Nigeria, la production industrielle et la production d’électricité. »

M. Elumelu a ajouté : « Ce partenariat ouvre la voie à la poursuite du développement de notre secteur de l’électricité, mené par les talents locaux et devrait servir de modèle pour une participation continue, réelle et indigène, créant un impact à la fois économique et social. »

Le directeur de Seadrill Mobil Units (Nigeria) Limited, Svend Anton Maier, a affirmé : « Le partenariat avec Heirs Holdings crée l’association parfaite entre une expertise technique mondiale, soutenue par une excellence opérationnelle, et une gestion financière intelligente pour le marché nigérian. Il place la société dans une position de leader local et d’acteur réellement indigène. »

Heirs Holdings réalise des investissements exclusifs dans divers secteurs stratégiques à travers l’Afrique. Par le biais de ses filiales Tenoil Petroleum & Energy Services et Transcorp Energy, créée pour diriger l’approche de Transcorp sur le secteur de l’électricité, Heirs Holdings s’est déjà largement engagée dans le secteur de l’exploration et la production de pétrole, par le biais de l’acquisition d’OPL 281, un gisement pétrolier à terre avec des réserves de gaz importante, par le développement par Transcorp et Tenoil d’OPL 2008, qui devrait entrer en production en 2014.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Heirs Holdings.

Pour plus de renseignements :

Moky Makura

Directrice du marketing et des communications d’entreprise

Heirs Holdings

E-mail : moky.makura@heirsholdings.com

Téléphone : +234-1-277-4641

À propos de Heirs Holdings

Heirs Holdings est une société d’investissement par actions panafricaine dont la mission consiste à stimuler le développement de l’Afrique. Nous sommes des investisseurs actifs à long terme spécialisés dans le développement et les redressements d’entreprises. Nous visons à transformer les sociétés dans lesquelles nous investissons et à en faire des sociétés qui durent. Nous investissons en Afrique pour créer de la valeur pour nos actionnaires et partenaires, et pour assurer la prospérité économique et la richesse sociale du continent. Nos investissements dans l’électricité, les services financiers, le gaz et le pétrole, l’immobilier et l’hôtellerie, l’agro-industrie et les soins de santé aident à développer les économies, à créer des emplois, à accroître la prospérité et finalement à transformer la vie des Africains ordinaires en Afrique.

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 29 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Ann Cairns, présidente des marchés internationaux chez MasterCard et Peter Schlebusch, dirigeant de Standard Bank Group, célèbrent la signature d’un accord renforçant la relation entre MasterCard et Standard Bank Group pour cinq années supplémentaires.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/2012-mastercard-logo-ds.png

Photo : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/mastercard-andstandard-bank-signing_fr.jpg

Cet accord permettra d’élargir les responsabilités de MasterCard dans tous les pays africains dans lesquels Standard Bank est présent et de tirer profit de l’utilisation de plusieurs produits et services MasterCard, y compris MasterCard Advisors, pour davantage optimiser les plateformes de distribution de Standard Bank, introduire de nouvelles offres et accroître la rentabilité.

Derrière Mme Cairns et M. Schlebusch se tiennent (de gauche à droite) Chris Sweeney, directeur de l’activité Carte de Standard Bank Group ; Philip Panaino, président de division en Afrique du Sud de MasterCard et Michael Miebach, président de MasterCard au Moyen-Orient et en Afrique.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour MasterCard Worldwide.

Contact presse :

Gina de Villiers, mastercard@tribecapr.co.za, +27 11 208 5500

À propos de MasterCard

MasterCard (NYSE : MA), www.mastercard.com, est une société internationale de paiements et de technologie. Elle exploite le réseau de traitement de paiements le plus rapide au monde, reliant les consommateurs, les institutions financières, les commerçants, les gouvernements et les entreprises dans plus de 210 pays. Les produits et solutions de MasterCard facilitent les activités commerciales au quotidien, notamment les achats, les voyages, la gestion d’une entreprise et des finances, et les rendent plus sûres et plus efficaces pour tout le monde. Suivez-nous sur Twitter @MasterCardNews (https://twitter.com/MasterCardNews), joignez-vous à la discussion sur le blog Cashless Conversations

(http://newsroom.mastercard.com/blog/) et abonnez-vous (http://newsroom.mastercard.com/subscribe/) pour recevoir les dernières nouvelles (http://newsroom.mastercard.com/).

TUNIS, Tunisie, 28 août 2013/African Press Organization (APO)/ — La Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org/fr/) et le gouvernement djiboutien ont signé des accords de financement d’un montant total de 7,5 millions USD, pour un projet d’exploration géothermique dans la région du lac Assal.

logo : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

“L’exploitation du potentiel géothermique de la région du lac Assal permettra à la population djiboutienne d’accéder à une source d’énergie fiable, renouvelable et à bon marché”, a déclaré le directeur de la BAD chargé de l’Intégration régionale, Alex Rugamba, au nom du vice-président chargé de l’Infrastructure, secteur privé et intégration régionale, Gilbert Mbesherubusa.

L’enveloppe financière comporte un prêt et un don du guichet concessionnel du Groupe de la BAD, le Fonds africain de développement, d’un montant respectif de 5,3 et de 0,4 millions USD. Elle comporte également un don de 1,8 million USD du Fonds d’énergie durable pour l’Afrique (SEFA). Les contributions de la BAD et du SEFA permettront de lever d’autres financements. Elles serviront également de catalyseur pour rallier des producteurs indépendants d’électricité géothermique.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement organisée à Tunis, Ali Yacoub Mahamoud, le ministre djiboutien de l’Énergie, chargé des Ressources naturelles, a félicité la Banque africaine de développement pour avoir « redonné vie à un projet vieux de vingt ans ».

L’exploitation du potentiel géothermique de la région du lac Assal à travers ce projet devrait générer dans un premier temps quelque 50 MW d’énergie propre. Actuellement, Djibouti s’alimente en électricité essentiellement à partir de combustibles fossiles et de ses importations hydroélectriques en provenance de l’Éthiopie. La majorité de la capacité de production actuelle du pays se trouve dans la ville de Djibouti. Ces stations électriques sont vieilles et polluantes, avec des coûts d’exploitation exorbitants. En outre, les importations de fioul coûtent cher, obérant les précieuses recettes du pays en devises.

Lors de la première phase du projet, le gouvernement djiboutien initiera des forages exploratoires. Le secteur privé prendra le relais pour mener les forages de production, mettre en place les systèmes de collecte de vapeur, de production électrique et de transport vers le réseau national.

La géothermique connait un développement sans précédent en Afrique de l’Est depuis deux ans. Elle attire de plus en plus d’investisseurs privés grâce à de nouveaux schémas de financement élaborés par les institutions de financement du développement telles que la Banque africaine de développement.

« Ces modèles innovants permettent de surmonter les différents risques associés au développement géothermique, notamment le risque de forage exploratoire, avec la probabilité de tomber sur des puits secs lors de l’exploration du champ géothermique », explique Youssef Arfaoui, spécialiste en chef en énergies renouvelables. « En finançant sur une base concessionnelle la phase d’exploration du projet qui incluent les activités à risque élevé principalement liées au forage, et en endossant ainsi la plupart des risques, la Banque africaine de développement ouvre la voie à l’investissement privé pour les phases rentables du projet. »

Le projet d’exploration dans la région du lac Assal permettra également de renforcer le développement géothermique dans d’autres pays de la vallée du Rift oriental en Afrique subsaharienne en renforçant les capacités des opérateurs à l’échelle régionale. Les pays tels que l’Éthiopie, l’Ouganda, la Tanzanie et le Rwanda recèlent, en effet, un potentiel géothermique considérable.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAD).

Contact :Youssef Arfaoui, spécialiste en chef en énergies renouvelables, T. +216 71 10 23 08 / y.arfaoui@afdb.org

LAGOS, Nigeria 28 août 2013/African Press Organization (APO)/ — L’initiative Power Africa, soutenue par les États-Unis et initiée par le président Barack Obama, d’une valeur de 7 milliards USD, a reçu un énorme coup de pouce avec l’annonce que le financement intégral de 300 millions USD a été complété pour l’acquisition de la centrale électrique d’Ughelli dans l’État du Delta, au Nigeria, par Transcorp Plc, le conglomérat coté en bourse géré par la société Heirs Holdings (http://www.heirsholdings.com) de Tony Elumelu, société d’investissement par actions panafricaine qui est le principal actionnaire de Transcorp.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/heirs-holdings.jpg

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/elumelu_obama.jpg

Le mois dernier, Heirs Holdings s’est engagée à verser 2,5 milliards USD à l’initiative Power Africa, un partenariat à multiples parties prenantes entre le gouvernement des États-Unis et sept pays d’Afrique subsaharienne, dont le Nigeria ; et plus tôt cette année, Transcorp a signé un accord de coopération avec General Electric (GE) pour le développement du secteur de l’électricité au Nigeria.

Transcorp Ughelli Power Limited (TUPL) a annoncé la semaine dernière le versement de 225 millions USD au Bureau of Public Enterprise (BPE) du Nigeria, soit 75 % du solde du cours d’achat totalisant 300 millions USD pour la centrale d’une capacité de 1 000 mégawatts. TUPL a versé un dépôt initial de 75 millions USD (25 %) pour la centrale en février dernier.

TUPL, dont la société américaine Symbion Power est un investisseur privé dans le cadre du projet, projette d’accroître la production d’électricité de 300 MW à plus de 1 070 MW au cours des cinq prochaines années.

United Bank for Africa Plc (UBA) et Africa Finance Corporation (AFC) en tant que co-arrangeurs, et First City Monument Bank Plc (FCMB) et Fidelity Bank en tant que co-financiers ont fourni la facilité de financement de la dette pour l’acquisition de la centrale, qui est l’une des six sociétés de production d’électricité dégroupées dans le cadre de la privatisation de Power Holding Company of Nigeria (PHCN).

À propos de la finalisation de l’acquisition, M. Elumelu, président de Heirs Holdings et de Transcorp, a déclaré : « Il s’agit d’une avancée majeure, qui revêt une importance considérable pour le Nigeria, la région et l’administration Obama, car elle représente un progrès positif dans la réalisation de Power Africa. Nous nous engageons à développer efficacement le secteur de l’électricité au Nigeria pour répondre aux demandes de notre économie en plein essor et améliorer le niveau de vie de tous les Nigérians. »

L’initiative Power Africa menée par le président des États-Unis, Barack Obama, est un partenariat à multiples parties prenantes entre le gouvernement des États-Unis, six (6) autres pays d’Afrique subsaharienne et le secteur privé. L’objectif commun de cette initiative est d’accélérer l’investissement dans le secteur de l’électricité en Afrique au cours des cinq prochaines années.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Heirs Holdings.

Contact:

Moky Makura

Heirs Holdings

E-mail : moky.makura@heirsholdings.com

Téléphone : +234-1-277-4641

À propos de Heirs Holdings

Heirs Holdings est une société d’investissement par actions panafricaine dont la mission consiste à stimuler le développement de l’Afrique. Nous sommes des investisseurs actifs à long terme spécialisés dans le développement et les redressements d’entreprises. Nous visons à transformer les sociétés dans lesquelles nous investissons et à en faire des sociétés qui durent. Nous investissons en Afrique pour créer de la valeur pour nos actionnaires et partenaires, et pour assurer la prospérité économique et la richesse sociale du continent. Nos investissements dans l’électricité, les services financiers, le gaz et le pétrole, l’immobilier et l’hôtellerie, l’agro-industrie et les soins de santé aident à développer les économies, à créer des emplois, à accroître la prospérité et finalement à transformer la vie des Africains ordinaires en Afrique.

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 27 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Au cours d’une table ronde organisée lors de la première réunion du Conseil d’affaires des BRICS à Johannesburg cette semaine, le chef d’entreprise africain Tony O Elumelu, président de Heirs Holdings, (http://www.heirsholdings.com) a appelé les chefs d’entreprise des pays BRICS à laisser de la place aux entreprises africaines qui cherchent à étendre leurs activités en dehors du continent dans les BRICS.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/heirs-holdings.jpg

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/brics-2013.jpg

Face à un auditoire composé de chefs d’entreprise influents venus des BRICS et de 19 autres pays africains, M. Elumelu a parlé de la nécessité d’établir des partenariats mutuellement avantageux entre les pays africains et les BRICS : « Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs dont les ambitions s’étendent au-delà du continent. Ils devraient investir dans les BRICS de la même manière que les BRICS investissent en Afrique, cette relation doit être à double sens. »

M. Elumelu s’exprimait à l’occasion d’une table ronde sur « Les mesures et initiatives spécifiques pour accroître les liens commerciaux, d’affaires, de fabrication et d’investissement entre les BRICS et l’Afrique ». La discussion, qui était modérée par Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, fournissait également des perspectives précieuses d’autres chefs d’entreprise africains de premier plan, y compris Mo Ibrahim, Isabella Dos Santos et Johann Rupert.

M. Kaberuka a souligné le besoin d’améliorer les infrastructures sur le continent, affirmant que les entreprises ne peuvent prospérer que si le problème du déficit des infrastructures est résolu. L’investisseur angolaise, Isabella Dos Santos, a mis l’accent sur le besoin d’investissements dans les infrastructures « immatérielles », soutenant que la technologie du haut débit aurait un effet transformateur similaire à la technologie mobile en Afrique.

Mo Ibrahim a amusé l’auditoire avec son discours, mais derrière les plaisanteries, les messages concernant la mauvaise image de l’Afrique au niveau mondial et l’importance de la gouvernance étaient bien réels et essentiels. Il a parlé de l’indice de gouvernance de sa fondation, l’un des plus complets au monde, mesurant 88 paramètres dont la transparence, la corruption, l’éducation et la santé. Son message final aux investisseurs était : « Ne venez pas en Afrique pour aider et gagner de l’argent parce que le meilleur retour sur investissement est en Afrique. Vous pouvez apprécier de gagner de l’argent en Afrique mais, s’il vous plaît, soyez responsables. »

Le Sud-africain Johann Rupert, président des sociétés Richemont et Remgro, a parlé des facteurs essentiels qu’il considère en tant qu’investisseur, quel que soit l’endroit où ses investissements se situent. Il a énuméré quatre domaines critiques qui sont : l’État de droit, l’indépendance du système judiciaire, la sécurité des biens et la transparence des marchés.

M. Elumelu a résumé le consensus général de la réunion du conseil d’affaires des BRICS lorsqu’il a conclu : « En tant que chefs d’entreprise africains, et en tant qu’Africapitalistes, nous sommes d’accord que nous possédons suffisamment de ressources pour faire avancer les choses en Afrique. Nous devons partager les opportunités sur le continent. Nous sommes assez nombreux pour faire la différence. Nous devons travailler ensemble pour trouver des manières d’accroître les liens d’échanges commerciaux et d’investissements entre les BRICS et l’Afrique. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Heirs Holdings.

Pour plus de renseignements :

Moky Makura

Heirs Holdings

E-mail : moky.makura@heirsholdings.com

Téléphone : +234-1-277-4641

À propos de Heirs Holdings

Heirs Holdings est une société d’investissement par actions panafricaine dont la mission consiste à stimuler le développement de l’Afrique. Nous sommes des investisseurs actifs à long terme spécialisés dans le développement et les redressements d’entreprises. Nous visons à transformer les sociétés dans lesquelles nous investissons et à en faire des sociétés qui durent. Nous investissons en Afrique pour créer de la valeur pour nos actionnaires et partenaires, et pour assurer la prospérité économique et la richesse sociale du continent. Nos investissements dans l’électricité, les services financiers, le gaz et le pétrole, l’immobilier et l’hôtellerie, l’agro-industrie et les soins de santé aident à développer les économies, à créer des emplois, à accroître la prospérité et finalement à transformer la vie des Africains ordinaires en Afrique.

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 27 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Au cours d’une table ronde organisée lors de la première réunion du Conseil d’affaires des BRICS à Johannesburg cette semaine, le chef d’entreprise africain Tony O Elumelu, président de Heirs Holdings, (http://www.heirsholdings.com) a appelé les chefs d’entreprise des pays BRICS à laisser de la place aux entreprises africaines qui cherchent à étendre leurs activités en dehors du continent dans les BRICS.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/heirs-holdings.jpg

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/brics-2013.jpg

Face à un auditoire composé de chefs d’entreprise influents venus des BRICS et de 19 autres pays africains, M. Elumelu a parlé de la nécessité d’établir des partenariats mutuellement avantageux entre les pays africains et les BRICS : « Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs dont les ambitions s’étendent au-delà du continent. Ils devraient investir dans les BRICS de la même manière que les BRICS investissent en Afrique, cette relation doit être à double sens. »

M. Elumelu s’exprimait à l’occasion d’une table ronde sur « Les mesures et initiatives spécifiques pour accroître les liens commerciaux, d’affaires, de fabrication et d’investissement entre les BRICS et l’Afrique ». La discussion, qui était modérée par Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, fournissait également des perspectives précieuses d’autres chefs d’entreprise africains de premier plan, y compris Mo Ibrahim, Isabella Dos Santos et Johann Rupert.

M. Kaberuka a souligné le besoin d’améliorer les infrastructures sur le continent, affirmant que les entreprises ne peuvent prospérer que si le problème du déficit des infrastructures est résolu. L’investisseur angolaise, Isabella Dos Santos, a mis l’accent sur le besoin d’investissements dans les infrastructures « immatérielles », soutenant que la technologie du haut débit aurait un effet transformateur similaire à la technologie mobile en Afrique.

Mo Ibrahim a amusé l’auditoire avec son discours, mais derrière les plaisanteries, les messages concernant la mauvaise image de l’Afrique au niveau mondial et l’importance de la gouvernance étaient bien réels et essentiels. Il a parlé de l’indice de gouvernance de sa fondation, l’un des plus complets au monde, mesurant 88 paramètres dont la transparence, la corruption, l’éducation et la santé. Son message final aux investisseurs était : « Ne venez pas en Afrique pour aider et gagner de l’argent parce que le meilleur retour sur investissement est en Afrique. Vous pouvez apprécier de gagner de l’argent en Afrique mais, s’il vous plaît, soyez responsables. »

Le Sud-africain Johann Rupert, président des sociétés Richemont et Remgro, a parlé des facteurs essentiels qu’il considère en tant qu’investisseur, quel que soit l’endroit où ses investissements se situent. Il a énuméré quatre domaines critiques qui sont : l’État de droit, l’indépendance du système judiciaire, la sécurité des biens et la transparence des marchés.

M. Elumelu a résumé le consensus général de la réunion du conseil d’affaires des BRICS lorsqu’il a conclu : « En tant que chefs d’entreprise africains, et en tant qu’Africapitalistes, nous sommes d’accord que nous possédons suffisamment de ressources pour faire avancer les choses en Afrique. Nous devons partager les opportunités sur le continent. Nous sommes assez nombreux pour faire la différence. Nous devons travailler ensemble pour trouver des manières d’accroître les liens d’échanges commerciaux et d’investissements entre les BRICS et l’Afrique. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Heirs Holdings.

Pour plus de renseignements :

Moky Makura

Heirs Holdings

E-mail : moky.makura@heirsholdings.com

Téléphone : +234-1-277-4641

À propos de Heirs Holdings

Heirs Holdings est une société d’investissement par actions panafricaine dont la mission consiste à stimuler le développement de l’Afrique. Nous sommes des investisseurs actifs à long terme spécialisés dans le développement et les redressements d’entreprises. Nous visons à transformer les sociétés dans lesquelles nous investissons et à en faire des sociétés qui durent. Nous investissons en Afrique pour créer de la valeur pour nos actionnaires et partenaires, et pour assurer la prospérité économique et la richesse sociale du continent. Nos investissements dans l’électricité, les services financiers, le gaz et le pétrole, l’immobilier et l’hôtellerie, l’agro-industrie et les soins de santé aident à développer les économies, à créer des emplois, à accroître la prospérité et finalement à transformer la vie des Africains ordinaires en Afrique.

LE CAP, Afrique du Sud, 22 août 2013/African Press Organization (APO)/ —

• La société spécialisée dans les services express estime que 60 % de la croissance du secteur du matériel informatique en 2013 viendra des tablettes et smartphones

• « Les sociétés de technologie qui s’installeront en Afrique réduiront considérablement leurs dépenses en logistique » – Charles Brewer

Le Cap, le 22 août 2013 : La concurrence au sein du secteur des technologies ne cesse de s’accentuer et l’importance de l’Asie à la fois en tant que lieu de fabrication et marché de consommation est en constante augmentation. Toutefois, même si l’Asie demeure essentielle au secteur, l’adoption des technologies a connu récemment une explosion en Afrique, qui s’apprête à devenir une région majeure.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/dhl_logo2.jpg

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/charles-brewer.jpg

Ce sont les propos de Charles Brewer, directeur général de DHL Express en Afrique subsaharienne (http://www.dhl.com), qui déclare qu’une récente conférence sur la technologie mondiale de DHL a révélé cette tendance d’évolution des dynamiques du marché des technologies.

Il a affirmé qu’en raison de la concurrence accrue au sein du secteur, les fournisseurs doivent s’adapter et améliorer les produits et services pour conserver et augmenter leurs parts de marché. « C’est une opportunité permettant aux fournisseurs d’être innovants et de fournir aux clients leurs meilleures produits, services et prix.

Ces deux tendances promettent également de renforcer le rôle de la logistique en tant qu’avantage concurrentiel au sein de l’industrie des technologies, notamment alors que les sociétés mondiales recherchent des partenaires solides et bien établis pour soutenir et simplifier l’accès au marché africain. »

M. Brewer explique qu’en Afrique, malgré l’augmentation considérable de la demande de produits électroniques grand public, le continent doit attirer les investissements de sociétés de technologie internationales, afin de devenir plus qu’un simple utilisateur final de produits technologiques.

Il observe que plus que toute autre industrie, le secteur des technologies est stimulé par une innovation permanente, des cycles de vie des produits courts et de nouveaux canaux de vente. « Du point de vue de la logistique, cela représente un énorme défi, mais également une opportunité pour les marques avant-gardistes. »

M. Brewer déclare qu’en démarrant une entreprise en Afrique, ces marques peuvent servir ce marché en expansion et réduire considérablement leurs frais de logistique car elles sont basées à proximité de leurs clients.

Selon un récent rapport de Deloitte intitulé « The Rise and Rise of the African Middle Class » (L’augmentation constante de la classe moyenne en Afrique), le continent comprend un nombre disproportionné de jeunes, 62 % de la population africaine ayant moins de 25 ans. « Ceci est positif d’un point de vue externe pour les investissements, car cela signifie véritablement qu’il existe une clientèle garantie pendant les années à venir par rapport à un territoire comme l’Europe, qui connaît un déclin démographique. »

Le rapport Deloitte prévoit également que si la classe moyenne africaine poursuit sa trajectoire de croissance actuelle, elle atteindra 1,1 milliard de personnes (soit 42 % de la population totale du continent) d’ici 2060.

La tendance consistant à remplacer les PC par des appareils mobiles comme outil d’accès à Internet a également été soulignée lors de la conférence. Florence Noblot, directrice du secteur des technologies de DHL pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, estime que 60 % de l’ensemble de la croissance du secteur du matériel informatique viendront des tablettes et smartphones cette année. « Ces deux appareils alimenteront une tendance vers des cycles d’innovation élevés, qui nécessitent que les fournisseurs de logistique améliorent leur délai de commercialisation tout en soutenant un positionnement tarifaire concurrentiel.

« Cette tendance est également claire en Afrique, et selon la GSMA, l’Afrique constitue maintenant le second plus important marché mobile au monde en termes de liaisons après l’Asie et le marché mobile à la croissance la plus rapide au monde. »

Elle affirme qu’il existe une tendance générale vers des produits simplifiés et plus légers qui, associée à la pression tarifaire, représente un défi pour les fabricants, leurs fournisseurs et parfois même leurs concurrents pour développer des solutions collaboratives qui améliorent la rentabilité de la chaîne d’approvisionnement technologique.

« Avec la croissance économique attendue, les fournisseurs de technologies bénéficient de l’opportunité idéale de pénétrer le marché africain, mais ils devraient avoir des partenaires expérimentés qui sont capables de fournir leur perspective et leur expérience d’affaires sur le continent », conclut Mme Noblot.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africain pour Deutsche Post DHL.

Contact pour les médias :

Lee Nelson. Responsable senior du marketing et des communications, Afrique subsaharienne

Tél. : +27 21 409 3600 Mobile : +27 72 361 0178

lee.nelson@dhl.com

DHL – La société de logistique du monde (The Logistics company for the world)

DHL est le leader mondial du marché de la logistique et « la société de logistique du monde (The Logistics company for the world) ». DHL met son expertise dans le domaine des services express internationaux, du fret aérien et maritime, du transport routier ou ferroviaire, de la logistique contractuelle et du courrier international, au service de ses clients. Un réseau mondial composé de plus de 220 pays et territoires, et d’environ 285 000 salariés dans le monde entier, offre à ses clients un service de qualité de haut niveau et une connaissance du terrain, permettant de satisfaire aux exigences dictées par leurs chaînes d’approvisionnement. DHL assume sa responsabilité sociale en soutenant la lutte contre le changement climatique, la gestion des catastrophes naturelles et l’éducation.

DHL fait partie de Deutsche Post DHL. Le groupe a enregistré des recettes d’un montant supérieur à 55 milliards d’euros en 2012.

PRETORIA, Afrique du Sud, 20 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Pour diffuser cette nouvelle sur Tweeter, copiez et collez #MasterCard et #SASSA célèbrent l’émission de 10 millions de cartes de paiement pour les prestations sociales http://bit.ly/16XQukE

MasterCard, (http://www.mastercard.com) et l’Agence sud-africaine de la sécurité sociale (SASSA),( http://www.sassa.gov.za/) ont annoncé que 10 millions de cartes actives SASSA Debit MasterCard sont actuellement en circulation en Afrique du Sud, suite à l’introduction d’un nouveau système biométrique de versement des prestations sociales qui a débuté en mars 2012.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/2012-mastercard-logo-ds.png

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/Virginia-Petersen-Ann-Cairns-1.jpg

Cette étape marque l’achèvement de la phase de réinscription du projet, les bénéficiaires des prestations sociales ayant reçu leur nouvelle carte Debit MasterCard avec fonction biométrique, émise par Grindrod Bank (http://www.grindrodbank.co.za) en collaboration avec la SASSA et Net1 UEPS Technologies (Net1) (http://www.net1.com/).

Depuis mars 2012, un peu moins de 22 millions de bénéficiaires de prestations sociales (1) se sont réinscrits dans le nouveau système introduit par la SASSA qui vise à réduire les demandes de versement frauduleuses de prestations, ainsi qu’à diminuer les frais administratifs des prestations, en versant l’ensemble des prestations par voie électronique.

Une fonction biométrique essentielle de la carte SASSA est sa capacité à identifier avec certitude les bénéficiaires de prestations sociales à l’aide d’identifiants uniques tels que les empreintes digitales, la voix et d’autres informations personnelles, ce qui signifie que les cartes SASSA assurent que seul le bénéficiaire autorisé peut utiliser sa carte pour recueillir ses prestations.

« Une mission cruciale de ce nouveau système consistait à appliquer des mesures strictes pour que la SASSA s’assure que seuls les bénéficiaires admissibles des prestations, c’est-à-dire les personnes réellement dans le besoin, soient autorisées à recevoir l’une des sept prestations versées par la SASSA. Entre avril 2012 et juin 2013, plus de 150 000 prestations ont été annulées, ce qui a permis d’économiser 150 millions de rands (soit environ 15,1 millions de dollars US) par an », a expliqué Virginia Petersen, PDG de la SASSA.

Simplement en passant d’un versement des prestations en espèces, une méthode coûteuse, lourde et difficile en raison des inefficacités, aux paiements électroniques, le nouveau système a déjà permis à la SASSA d’économiser une somme considérable sur les frais administratifs des prestations. Avant mars 2012, la SASSA déboursait en moyenne 33 rands (3,33 dollars US) par prestation pour payer les bénéficiaires. Avec le nouveau système, les débours ont été plafonnés à 16,44 rands (1,66 dollars US) par paiement.

Pour marquer l’évènement, Ann Cairns, (http://bit.ly/RJQ4c4) présidente des marchés internationaux chez MasterCard, a remis à la SASSA un prix commémoratif pour récompenser le programme de versement des prestations sociales leader mondial de la SASSA à l’occasion de sa visite en Afrique du Sud pour célébrer cette réussite importante.

« En soutenant le gouvernement sud-africain dans la mise en œuvre d’un programme de paiement électronique rentable, nous l’aidons à économiser de l’argent, à accroître son efficacité et à prévenir la fraude », a déclaré Mme Cairns. « Plus important encore, nous permettons l’inclusion financière de millions de Sud-africains qui n’avaient auparavant pas accès aux services financiers traditionnels. »

Entre mars et juillet 2012, la carte SASSA Debit MasterCard a été citée comme l’un des facteurs majeurs contribuant à la croissance de 4 % du taux de bancarisation du pays, qui est passé de 63 % en 2011 à 67 % en 2012, selon l’enquête FinScope 2012 en Afrique du Sud (http://bit.ly/14RKiG9). En juillet 2012, 2,5 millions de cartes SASSA MasterCard (http://bit.ly/P9F5S9) avaient été émises à des bénéficiaires de prestations. Depuis, 7,5 millions de cartes supplémentaires ont été émises au profit de bénéficiaires de prestations, ce qui accroît encore le taux d’inclusion financière en Afrique du Sud.

« Des millions de Sud-africains n’ont pas accès aux outils financiers les plus fondamentaux. Ils ne disposent pas de lieux sûrs pour économiser leur argent, ni de moyens fiables de le transférer et de l’utiliser pour effectuer des transactions. Avec l’introduction de la carte SASSA Debit MasterCard, près d’un cinquième de la population d’Afrique du Sud (http://www.statssa.gov.za/Publications/P03014/P030142011.pdf) bénéficie maintenant d’un produit bancaire officiel, qui les aide à bâtir un avenir meilleur pour eux-mêmes, leur famille et leur communauté », a ajouté Mme Cairns.

Dans le cadre du processus de réinscription de la SASSA, un compte bancaire est ouvert pour chaque bénéficiaire, offert sans aucun frais mensuel par Grindrod Bank. Les bénéficiaires peuvent déposer des fonds sur leur compte bancaire au moyen d’un transfert électronique de fonds (TEF) ou d’un transfert bancaire tiers.

La carte SASSA Debit MasterCard peut être utilisée partout où les cartes MasterCard sont acceptées, et les bénéficiaires de prestations peuvent effectuer des achats, vérifier le solde de leur compte et retirer des espèces à partir de caisses sans encourir de frais de transaction dans des points de vente sélectionnés en Afrique du Sud. Les bénéficiaires peuvent aussi retirer des espèces à partir de n’importe quel guichet automatique, ce qui entraîne toutefois des frais de transaction.

« La distribution de dix millions de cartes à des bénéficiaires de prestations en seulement 17 mois est une réussite exceptionnelle. Cependant, ce qui est encore plus remarquable est l’impact qu’a eu, et que continuera d’avoir, la carte SASSA Debit MasterCard sur la vie des bénéficiaires de prestations, ainsi que sur l’économie nationale en général », a affirmé Mme Cairns

« Notre objectif consiste à continuer d’introduire des solutions de paiement innovantes qui aident à rendre les transactions plus rapides, plus sûres et plus pratiques pour tout le monde, à l’endroit et au moment où elles sont nécessaires, et de concrétiser la vision de MasterCard de créer un monde où les espèces ne sont pas l’unique moyen de paiement », a-t-elle conclu.

(1) Plusieurs bénéficiaires de prestations peuvent être enregistrés sur une seule carte SASSA Debit MasterCard.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour MasterCard Worldwide.

Contact

Pour tout complément d’information ou pour toute demande des médias à l’intention du service du développement social ou de la SASSA :

Mme Lumka Oliphant

+27 (0)83 484 8067

LumkaO@dsd.gov.za

Pour les demandes des médias à l’intention de MasterCard :

Birgit Fawkes, Tribeca Public Relations

+27 (0)82 349 4894

Birgitf@tribecapr.co.za

À propos de MasterCard

MasterCard (NYSE : MA), www.mastercard.com, est une société internationale de paiements et de technologie. Elle exploite le réseau de traitement de paiements le plus rapide au monde, reliant les consommateurs, les institutions financières, les commerçants, les gouvernements et les entreprises dans plus de 210 pays. Les produits et solutions de MasterCard facilitent les activités commerciales au quotidien, notamment les achats, les voyages, la gestion d’une entreprise et des finances, et les rendent plus sûres et plus efficaces pour tout le monde. Suivez-nous sur Twitter @MasterCardNews (https://twitter.com/MasterCardNews), joignez-vous à la discussion sur le blog Cashless Conversations

(http://newsroom.mastercard.com/blog/) et abonnez-vous (http://newsroom.mastercard.com/subscribe/) pour recevoir les dernières nouvelles (http://newsroom.mastercard.com/).

Choisissez un élément. 19 août 2013/African Press Organization (APO)/ — le Panel de haut niveau sur les États Fragiles à Monrovia

Ellen Sirleaf Johnson, présidente de la République du Libéria, et Donald Kaberuka, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org/fr/) présideront, le 2 septembre 2013 à Monrovia, au Libéria, un Panel de haut niveau sur la construction et la consolidation de la paix et de la prospérité des Etats fragiles d’Afrique.

http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Thème de l’événement : “Comment concrètement construire et consolider la paix et la prospérité dans les Etats fragiles d’Afrique ?”

Principaux intervenants

Ellen Sirleaf Johnson, présidente de la République du Libéria ; Donald Kaberuka, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ; Paul Collier, auteur de The Bottom Billion and The Plundered Planet ; Emilia Pires, ministre des Finances de la République démocratique du Timor-Leste ; Jakkie Cilliers, co-fondatrice et directrice de l’Institute for Security Studies (ISS) ; et Vasu Gounden, fondateur et directeur exécutif de l’African Centre for the Constructive Resolution of Disputes (ACCORD).

Date et heure : Lundi 2 septembre 2013, à 9h30

Lieu : Royal Hotel –15th Street, Tubman Boulevard, Monrovia (Libéria).

Information presse : Conférence de presse à 13h15. Interviews disponibles sur demande.

Membres du Panel de haut niveau

Présidente : Ellen Sirleaf Johnson

Sarah Cliffe, Représentant spécial et directrice du World Development Report on Conflict, Security and Development aux Nations unies

Gilbert Fossoun Houngbo, directeur général adjoint du Bureau international du travail (BIT) pour les programmes extérieurs et les partenariats

Geraldine Frasier-Moleketi, envoyée spéciale sur les questions de genre à la Banque africaine de développement (BAD) ;

Callisto Madavo, professeur à Georgetown University

Greg Mills, directeur de la Fondation Brenthurst;

Rakiya Omaar, directrice d’African Rights

Dame Barbara Stocking, vice-présidente du Comité directeur pour l’action humanitaire.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAD).

Programme et informations disponibles en cliquant le lien ci-après :

http://www.afdb.org/en/topics-and-sectors/initiatives-partnerships/high-level-panel-on-fragile-states/

Contact médias : comu@afdb.org

PEKIN, Chine 16 août 2013/African Press Organization (APO)/ — aujourd’hui, des douzaines de ministres africains de la Santé et des fonctionnaires chinois de la santé se sont réunis à l’occasion du Forum ministériel sur les progrès de la coopération sino-africaine (http://www.focac.org/fra/) en matière de santé pour coordonner les nouveaux efforts qu’il convient de déployer afin de soutenir les progrès à long terme en santé en Afrique et préparer l’avenir de la coopération sino-africaine en matière de santé. Il s’agit de la toute première conférence des ministres de la Santé tenue dans le cadre du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) depuis sa création en 2000, ce qui démontre le niveau le plus élevé d’engagement politique pour lutter ensemble contre les problèmes de santé les plus urgents en Afrique.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/china-africa-forum-logo.jpg

Lors du Forum, les ministres et les représentants de la santé ont signé la Déclaration de Pékin sur les progrès de la coopération sino-africaine en matière de santé, qui définit une feuille de route pour résoudre ensemble les principales difficultés devant lesquelles se trouvent les pays africains, en particulier le VIH, le paludisme, les bilharzioses, la santé reproductive, les vaccinations et les maladies à prévention vaccinale. Selon la déclaration, la Chine et les pays africains déploieront de nouveaux efforts pour trouver des solutions de santé durables et à long terme, par exemple en multipliant les partenariats sur la recherche conjointe et en palliant au manque de travailleurs de santé.

« La Chine et les pays africains bénéficient d’un partenariat solide et efficace pour la santé depuis plus de cinquante ans. Celui-ci se fonde sur les expériences et la vision que nous avons en commun pour un avenir meilleur et plus sain pour tous nos citoyens, » nous explique la ministre Sénégalaise de la Santé Awa Marie Coll Seck. « La Déclaration de Pékin renforce les engagements de nos gouvernements qui consistent à élaborer et mettre en œuvre des stratégies relevant de l’initiative des pays afin de réaliser des progrès durables dans le secteur de la santé et d’améliorer la vie des habitants de tout le continent. »

Cette année marque le 50e anniversaire de l’assistance médicale chinoise envoyée en Afrique, dont la première équipe en Algérie en 1963. Depuis lors, des milliers de membres du personnel médical ont assuré des services dans 43 pays africains. La Chine a également collaboré avec des partenaires africains et des organisations internationales pour construire des hôpitaux et des centres de prévention du paludisme, former du personnel médical et accroître l’accès aux traitements antipaludiques et autres technologies en santé. Les institutions universitaires et les entreprises privées ont également appuyé ces efforts.

À présent, la Chine et les pays africains examinent les moyens de tirer parti de ces progrès pour dégager de nouvelles ressources, des innovations et un esprit d’initiative en vue de réaliser des progrès dans le secteur de la santé en Afrique. « Les citoyens chinois et africains vivent sur la même planète, sous le même ciel. Le partenariat entre la Chine et l’Afrique est enracinée dans l’humanitaire. Comme président Xi l’a décrit, cet amour n’a pas de frontières », a déclaré l’honorable Dre. Li Bin, ministre chinoise de la santé nationale et de la commission de planification familiale. « Je crois que les équipes médicales chinoises vont s’efforcer d’apporter une plus grande contribution dans le futur. »

Dans cette nouvelle ère de collaboration, les fonctionnaires d’État chinois et africains et d’autres intervenants collaboreront étroitement pour trouver des solutions durables et relever les défis du secteur de la santé. Au nombre de ces moyens figurent le renforcement de la capacité des ressources humaines dans les pays africains, le soutien de la capacité de fabrication nationale, et l’accès accru à des produits de santé à faibles coûts et de haute qualité. La Chine et les pays africains inviteront le secteur privé dans le but d’encourager le transfert des technologies et d’accroître l’accès à des technologies en santé de haute qualité et à faibles coûts tout en s’assurant que les produits respectent les normes de qualité. La Déclaration insiste sur le fait que les efforts de coopération en matière de santé devront s’aligner sur les priorités des pays africains ainsi que sur les plans de développement nationaux et régionaux

Ces efforts conjoints tireront parti des expériences de la Chine en matière d’amélioration de la santé publique dans des contextes où les ressources sont limitées. La Chine partagera également les outils et l’expertise qu’elle a acquis grâce à ses investissements dans la recherche et le développement pour la santé, la production des technologies en santé et ses efforts de réforme actuelle en matière de santé visant à offrir des soins de santé accessibles à tous ses citoyens.

En outre, la Chine et les pays africains collaboreront étroitement avec les principaux acteurs en santé mondiale pour soutenir la coopération sino-africaine en matière de santé, notamment les organisations multilatérales, les ONG internationales et les organisations de la société civile. Les représentants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ONUSIDA, l’UNFPA, l’UNICEF, l’Union africaine, la Banque mondiale, GAVI Alliance et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme étaient présents au Forum, à titre d’observateurs. Ces partenaires internationaux jouent un rôle crucial dans les progrès ayant déjà été réalisés dans le domaine de la santé tant en Chine que dans les pays africains, et leurs expertises et expériences permettent de soutenir de manière plus efficace et plus organisée une coopération sino-africaine en matière de santé.

« Les dizaines d’années d’une collaboration entre la Chine et l’Afrique sont l’expression de l’amitié et de la bonne volonté qui caractérisent leur relation depuis longtemps, » a déclaré la Dre Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS. « La Chine est désormais une force importante dans le développement de l’Afrique et comprend une augmentation substantielle des engagements et des obligations. Cette relation offre un bon exemple de coopération Sud-Sud pour le développement qui se fonde sur le respect et les intérêts mutuels. »

Le Forum ministériel repose sur des discussions importantes au Botswana à l’occasion de la 4e Table ronde internationale sur la coopération sino-africaine en matière de santé, qui a eu lieu pour la première fois en Afrique en mai 2013.

Le Forum est tenu dans le cadre du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA), et est organisé par la Commission nationale de la santé et de la planification familiale de la Chine, anciennement intitulée le ministère de la Santé. Ensemble, ces conférences ont établi les fondements d’une collaboration continue Sud-Sud entre la Chine et les pays africains pour relever les défis urgents en matière de santé.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Forum Ministériel sur les Progrès de la Coopération Sino-Africaine.

CONAKRY, Guinée, 8 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Aggreko, (http://www.aggreko.com) le leader mondial des services d’alimentation électrique temporaire et de régulation de la température, a contracté avec la Société « Électricité de Guinée » (EDG) pour la fourniture d’une centrale temporaire de production d’électricité de 50 MW Diesel. Ce contrat permettra de pallier la pénurie d’électricité qui touche actuellement la capitale Conakry.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/aggreko.jpg

Le contrat, va renforcer la production d’énergie électrique en Guinée et permettre de faire le lien entre ses besoins immédiats et la remise à niveau des infrastructures électriques par EDG.

La centrale Aggreko grâce à cette capacité additionnelle, indispensable au réseau local, vient contribuer à l’approvisionnement en électricité de Conakry, poumon de l’économie Guinéenne. En plus des activités industrielles, les autorités Guinéennes souhaitent améliorer l’accès des populations à l’électricité.

Christophe Jacquin, Directeur Général Aggreko Afrique du Nord et Afrique de l’Ouest, a déclaré dès le jour de la signature du contrat « Nous sommes ravis de contribuer aux côtés de EDG, à l’amélioration du service public de fourniture d’électricité à Conakry, dans le cadre de cet important projet. En effet, La solution Aggreko, rapidement mobilisable, fiable et stable permettra d’assurer la fourniture d’électricité pendant la période de.

« L’expérience Aggreko en Afrique est pour nous l’assurance d’un service de qualité.» a déclaré Nava Touré, directeur général Électricité de Guinée.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africain pour Aggreko plc.

Contact

Nicholas van Santen

Directeur des RP et des communications

Aggreko EMOA

Tél. : +971 56 682 5978

E-mail : nicholas.vansanten@aggreko.ae

NOTES A L’INTENTION DES REDACTEURS

Aggreko International (http://www.aggreko.com) est le leader mondial dans la fourniture de solutions d’énergie temporaire et de régulation de température. Basée en Écosse, Aggreko emploie plus de 5 700 personnes réparties dans 194 centres de service. En 2012, nous sommes intervenus pour des clients dans environ 100 pays et avons généré un chiffre d’affaires d’environ 1,6 milliard GBP (2,5 milliards USD ou 2,0 milliards EUR). Aggreko plc est cotée à la bourse de Londres (AGK.L) et la société est membre de l’indice FTSE-100. Pour tout complément d’information, veuillez consulter le site Internet de la société à l’adresse : www.aggreko.com

Aggreko fournit des solutions d’alimentation électrique et de régulation de température rapidement mobilisables, sur des courtes ou moyennes périodes. Nous pouvons par exemple fournir de l’énergie à un site industriel pour assurer la continuité de son alimentation électrique, alimenter une ville lors de pannes, ou fournir des solutions d’alimentation électrique et de refroidissement à l’occasion de grands événements (sport, musique…).

Nous répondons aux besoins de nos clients à travers nos 194 centres de service à travers le monde.

Parmi nos récents clients figurent notamment les Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012, les Jeux olympiques d’hiver de Vancouver 2010 et les compagnies de services publics de plus de 50 pays : Royaume-Uni, France, Angola, Kenya, Indonésie, Bangladesh, Venezuela, Chili, Brésil, États-Unis…

En 2012, nous avons répondu aux besoins de près de 45 000 clients, dont 70 % nous ont accordé une note de 9/10 ou de 10/10 lors d’une enquête de satisfaction client.

Plus d’information sur: africa.aggreko.com

Hertfordshire, Royaume-Uni 8 août 2013/African Press Organization (APO)/ — SkyVision Global Networks Ltd.(http://www.skyvision.net), fournisseur mondial de connectivité IP via satellite et fibre optique, a annoncé aujourd’hui qu’il avait été choisi pour monter un réseau de satellites privé pour l’UNACOOPEC-CI (Union Nationale des Coopératives d’Épargne et de Crédit de Côte d’Ivoire), la plus importante institution financière de Côte d’Ivoire spécialisée dans la micro-finance, la banque et les assurances.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/skyvision.jpg

Depuis plus de 35 ans, la coopérative offre des services financiers très variés aux petits investisseurs, aux PME, aux PMI et à d’autres acteurs du secteur de l’économie ivoirienne. En outre, elle propose des services d’épargne et de prêt à des populations qui n’ont pas accès aux institutions financières traditionnelles. La nature de ses activités est telle que l’UNACOOPEC-CI est très dispersée et requiert donc un réseau de communication hautement sécurisé et efficace.

La solution de SkyVision répondait à toutes ces exigences, avec son réseau privé basé sur satellite entièrement personnalisé et sécurisé, intégralement géré par SkyVision, qui connecte entre elles les 97 succursales de l’UNACOOPEC-CI réparties dans la Côte d’Ivoire, dont la plupart sont situées dans des zones rurales dépourvues de moyens de communication de base. SkyVision s’est chargée de tous les aspects du projet, en tirant parti de son expérience précieuse acquise dans le déploiement de projets à grande échelle en Afrique. Le projet comprenait la conception du réseau, l’installation complète d’une plateforme de centralisation et de téléport, l’installation et la mise en service des sites distants, la formation et la gestion quotidienne du réseau du client. La conception intelligente du réseau permet à l’UNACOOPEC-CI de connecter ses sites WAN et de partager des informations entre ses succursales et avec le siège, le tout via des applications vocales et de données.

La solution de connectivité de SkyVision emploie un seul réseau basé sur VSAT pour offrir des performances et une fiabilité du réseau de haute qualité à l’UNACOOPEC-CI. En outre, la technologie avancée de la solution de SkyVision ajoute bien plus de flexibilité.

« SkyVision est heureuse de pouvoir satisfaire les besoins précis de l’UNACOOPEC-CI. Pour nous, ce déploiement s’inscrit dans la continuité du développement de l’offre de SkyVision en termes de services satellite et fibre optique à un large éventail de clients », a déclaré Doron Ben Sira, PDG de SkyVision. « Notre solution entièrement personnalisée, indépendante et évolutive qui exploite nos vastes compétences professionnelles garantit à l’UNACOOPEC-CI un service fiable de communications vocale et de données dans l’ensemble du pays. »

« L’UNACOOPEC-CI, institution bancaire dont les succursales sont réparties dans l’ensemble de la Côte d’Ivoire, avait besoin d’un fournisseur expérimenté et fiable qui puisse déployer et gérer en toute fluidité un réseau de satellites privé qui réponde à ses besoins particuliers », a déclaré Savane Issaka, directeur général de l’UNACOOPEC-CI. « Après analyse du marché dans l’ensemble de l’Afrique, notre équipe de technologie de l’information en a conclu que SkyVision était la société qui pouvait nous fournir une solution adaptée dans un délai plus court que celui de nos spécifications initiales. Nous sommes ravis de cette collaboration à long terme avec SkyVision. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour SkyVision Global Networks Ltd.

Contact

Iris Tovim

Directrice des communications marketing

SkyVision Global Networks

+44 20 8387 1750

irist@skyvision.net

À propos de SkyVision

SkyVision (http://www.skyvision.net), est un fournisseur mondial de premier plan de services de télécommunications IP aux marchés émergents, qui associe des plateformes de services par satellite avec des connexions en fibre optique de haute capacité. Par le biais de ses passerelles en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique et au Moyen-Orient, la société fournit une connectivité IP avec un accès à la dorsale Internet mondiale, ainsi qu’une suite complète de solutions de bout en bout personnalisées et de services répondant aux normes de l’industrie. Avec une connectivité couvrant plus de 100 pays, les solutions de SkyVision associent une portée mondiale avec une présence et un soutien actifs au niveau local. Les clients de SkyVision incluent des opérateurs historiques de télécommunications, des fournisseurs de services Internet, des opérateurs de téléphonie mobile, des entreprises mondiales et locales, des entités gouvernementales et des ONG.

Pour tout complément d’information, rendez-vous à l’adresse www.skyvision.net.

À propos de l’UNACOOPEC-CI

Depuis sa création il y a 30 ans, l’UNACOOPEC, le plus grand institut de micro-finance et de micro-assurance de la Côte-d’Ivoire, a acquis son statut de chef de file en offrant des services uniques dans les domaines de la micro-finance, de la banque et des assurances dans l’ensemble du pays. La société propose à ses clients des services bancaires exhaustifs, y compris dans les régions les plus reculées, grâce à un réseau privé de communication par satellite.

Pour tout complément d’information, rendez-vous sur http://www.unacoopec.com/

PARIS, France, 6 août 2013/African Press Organization (APO)/ — Orange (http://www.orange.com) lance une nouvelle gamme de services de paiement par téléphone mobile en collaboration avec Visa pour les abonnés Orange Money. Le Botswana sera le premier pays à bénéficier de cette nouvelle gamme de services qui permettra aux clients d’accéder facilement à leurs fonds 24h/24 et offrira aux clients de nouvelles options de transaction dans les points de vente, en ligne et dans les distributeurs automatiques.

Logo Orange: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/orange-logo.jpg

Actuellement, Orange Money offre aux clients la possibilité d’utiliser leurs téléphones mobiles pour transférer de l’argent à un autre client à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, acheter du crédit téléphonique et payer ses factures.

Désormais, les abonnés Orange Money du Botswana pourront utiliser leur compte Orange Money pour effectuer des paiements par carte Visa et payer leurs achats dans les magasins et dans les commerces en ligne du monde entier, et pour effectuer des retraits d’argent dans plus de 300 distributeurs Visa du pays. Afin de bénéficier de cet éventail de services innovants, les abonnés Orange Money devront faire une demande de carte Visa Orange Money prépayée qui sera immédiatement liée à leur compte Orange Money. Cette carte, protégée par un code PIN, leur permettra d’utiliser les fonds dont ils disposent pour effectuer des paiements chez les commerçants et des retraits d’argent aux DAB. Les abonnés recevront également une carte Visa Orange Money prépayée virtuelle et sécurisée pour effectuer leurs achats en ligne.

La carte Visa Orange Money sera accessible à toutes les catégories de population : les personnes ne disposant pas d’un compte bancaire ou ayant un accès limité aux services bancaires, les populations ouvrières, les habitants des zones rurales, ainsi que les jeunes, les travailleurs indépendants et les étudiants.

Le Botswana est le premier pays au monde dans lequel cette nouvelle gamme innovante de services de paiement mobile améliorés sera lancée après l’annonce, en 2012, d’une collaboration entre Orange et Visa. D’autres pays d’Afrique et du Moyen-Orient qui proposent déjà les services Orange Money, proposeront progressivement la carte Visa Orange Money prépayée.

Hannes Van Rensburg, directeur des solutions numériques pour les pays émergents chez Visa a déclaré : “C’est une étape importante dans la stratégie d’inclusion financière de Visa et nous sommes ravis de lancer ce service avec Orange au Botswana. Ce programme contribuera à la révolution “mobile money” africaine, permettant à un plus grand nombre de personnes de profiter des avantages du système financier officiel.”

“Je suis fier d’annoncer le lancement du premier service au monde qui donnera accès aux personnes qui ne disposent pas d’un compte bancaire, à une carte Visa et à l’ensemble des services connexes, grâce à leur compte Orange Money. En unissant le côté pratique d’Orange Money à la portée du réseau de paiement mondial de Visa, nous sommes en mesure de proposer de nouvelles options de paiement nationales et internationales aux clients Orange Money,” a déclaré Thierry Millet, directeur du programme stratégique NFC et paiement mobile chez Orange.

Les pays en développement d’Afrique et du Moyen-Orient sont parmi les premiers pays ciblés par Orange et Visa pour déployer leurs produits et services prépayés conjoints, qui permettront de stimuler la croissance économique et l’inclusion financière en faisant migrer les dépenses en argent liquide vers le paiement électronique.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour France Télécom-Orange.

Contact presse :

Mylène Blin, mylene.blin@orange.com, +33 1 44 44 93 93

Nicole Clarke, nicole.clarke@orange.com, +44 78 11 12 84 57

A propos d’Orange

Orange est l’un des principaux opérateurs de télécommunications dans le monde, avec un chiffre d’affaires de 43,5 milliards d’euros en 2012 et 168 000 salariés au 30 juin 2013, dont 103 000 en France. Présent dans 32 pays, le Groupe servait plus de 231 millions de clients au 30 juin 2013, dont 174 millions de clients du mobile et 15 millions de clients haut débit fixe dans le monde. Orange est également l’un des leaders mondiaux des services de télécommunications aux entreprises multinationales sous la marque Orange Business Services.

Orange est coté sur le NYSE Euronext Paris (symbole ORA) et sur le New York Stock Exchange (symbole ORAN).

Pour plus d’informations (sur le web et votre mobile) : www.orange.com, www.orange-business.com, www.orange-innovation.tv ou pour nous suivre sur Twitter : @presseorange.

Orange et tout autre produit ou service d’Orange cités dans ce communiqué sont des marques détenues par Orange ou Orange Brand Services Limited.

About Visa

Visa is a global payments technology company that connects consumers, businesses, financial institutions, and governments in more than 200 countries and territories to fast, secure and reliable electronic payments. We operate one of the world’s most advanced processing networks — VisaNet — that is capable of handling more than 30,000 transaction messages a second, with fraud protection for consumers and assured payment for merchants. Visa is not a bank and does not issue cards, extend credit or set rates and fees for consumers. Visa’s innovations, however, enable its financial institution customers to offer consumers more choices: pay now with debit, ahead of time with prepaid or later with credit products. For more information, visit corporate.visa.com

LE CAP, Afrique du Sud, 29 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Au cours des dix dernières années, le secteur mondial des sciences de la vie a connu une croissance saine. À titre d’exemple, le marché mondial des produits pharmaceutiques a doublé en dix ans, atteignant une valeur d’environ 1 000 milliards USD, et devrait poursuivre une croissance de 3 à 6 % par an jusqu’à 2016 (IMS 2012a). Cette énorme demande, qui s’est révélée particulièrement forte sur les marchés matures d’Europe et d’Amérique du Nord, se propage maintenant aux marchés émergents plus dynamiques qui incluent la Chine, la Russie et l’Inde, mais est particulièrement importante en Afrique, qui se positionne comme la prochaine frontière pour le secteur de la santé.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/dhl_logo2.jpg

Photo 1: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/dhl-life-sciences_smart-sensor-technology.jpg

Photo 2: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/dhl-life-sciences-1.jpg

Ce sont les propos de Sumesh Rahavendra, directeur du marketing pour DHL Express en Afrique subsaharienne (http://www.dhl.com), qui a déclaré par ailleurs que l’Afrique a connu une croissance exponentielle dans le secteur de la santé et des sciences de la vie au cours des dernières années, mais aussi que cette transformation a généré un investissement dans le développement des soins de santé, notamment dans le secteur de la logistique.

« Les sociétés se tournent de plus en plus vers le continent africain pour les opportunités qu’il offre en tant que l’un des seuls endroits encore capables d’afficher une croissance économique à deux chiffres. Le modèle de logistique des sciences de la vie en Afrique change donc actuellement de façon radicale car, depuis deux ans et demi, nous avons observé une croissance majeure dans des plaques tournantes telles que le Kenya, qui dessert l’Afrique orientale et australe, et qui joue un rôle essentiel pour les pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC – Southern African Development Community) ; en plus des expéditions directes vers des pays spécifiques, tandis que les capacités augmentent dans la région. »

À propos du récent rapport de DHL sur les principaux développements logistiques dans le secteur de la santé pour 2020 et au-delà, intitulé « Key Logistics Trends in Life Sciences 2020+ » (Les principaux développements logistiques dans le secteur des sciences de la vie pour 2020 et au-delà), M. Rahavendra a déclaré que cette croissance africaine peut être attribuée à l’allongement de l’espérance de vie, au rythme d’urbanisation et à l’essor de la classe moyenne en Afrique subsaharienne. « Alors que l’Afrique subsaharienne comprend 12 % de la population mondiale, la région représente 24 % de la charge de santé mondiale. »

M. Rahavendra a par ailleurs affirmé qu’un autre facteur de cette transformation est l’expansion du commerce électronique dans l’industrie pharmaceutique. « Le secteur de la santé finira par suivre le secteur de la technologie, car là où il y a de la communication, il y a des capacités. Par conséquent, les capacités de santé se déploieront de la même manière que les capacités technologiques dans le pays.

« La technologie évoluant continuellement, on dit que les consommateurs pourront bientôt pratiquer l’automédication et commander des médicaments sans ordonnance depuis leur téléphone portable ou via Internet. Ce genre de développements est susceptible de changer considérablement à la fois le secteur de la santé et de la logistique. »

Toutefois, avec la transformation actuelle du secteur, M. Rahavendra a expliqué qu’il existe des défis essentiels qui doivent être relevés sur la base des développements actuels. « La différenciation croissante des chaînes d’approvisionnement et le besoin des sociétés de maintenir la flexibilité de leur chaîne d’approvisionnement pour s’adapter aux exigences des produits innovants est un enjeu majeur.

« Alors que l’innovation dans l’industrie pharmaceutique porte de plus en plus sur les produits spécialisés et biopharmaceutiques, le besoin pour un transport et un stockage froids, surveillés et à la température contrôlée, qui étaient traditionnellement uniquement nécessaires pour l’expédition de vaccins et composantes du sang, suit cette tendance. »

Il affirme qu’en raison de l’augmentation des demandes réglementaires, associée à la concentration sur les marchés émergents et les exigences des nouveaux produits, notamment en ce qui concerne la gestion de la température, et les pressions des coûts, le secteur de la santé et des sciences de la vie met de plus en plus l’accent sur le développement de la chaîne d’approvisionnement et la différenciation.

« Malgré ces obstacles, nous sommes confiants que le secteur de la santé et des sciences de la vie continuera à prospérer au cours des années à venir en raison de l’investissement et du développement continus sur le continent africain », a conclu M. Rahavendra. « L’avenir est radieux pour l’Afrique, et le secteur de la santé sera l’un des plus performants. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africain pour Deutsche Post DHL.

Contact pour les médias :

Lee Nelson. Responsable senior du marketing et des communications, Afrique subsaharienne

Tél. : +27 21 409 3600 Mobile : +27 72 361 0178

lee.nelson@dhl.com

DHL – La société de logistique du monde (The Logistics company for the world)

DHL est le leader mondial du marché de la logistique et « la société de logistique du monde (The Logistics company for the world) ». DHL met son expertise dans le domaine des services express internationaux, du fret aérien et maritime, du transport routier ou ferroviaire, de la logistique contractuelle et du courrier international, au service de ses clients. Un réseau mondial composé de plus de 220 pays et territoires, et d’environ 285 000 salariés dans le monde entier, offre à ses clients un service de qualité de haut niveau et une connaissance du terrain, permettant de satisfaire aux exigences dictées par leurs chaînes d’approvisionnement. DHL assume sa responsabilité sociale en soutenant la lutte contre le changement climatique, la gestion des catastrophes naturelles et l’éducation.

DHL fait partie de Deutsche Post DHL. Le groupe a enregistré des recettes d’un montant supérieur à 55 milliards d’euros en 2012.

NAIROBI, Kenya, 30 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Equity Bank et Airtel Kenya (http://www.airtel.com) ont conclu aujourd’hui un partenariat qui permettra d’offrir des solutions complètes de commerce mobile à leurs clients au Kenya, à travers Airtel Money.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/airtel.jpg

Le service, disponible à tous les clients d’Equity Bank qui ont des lignes Airtel, leur permettra d’accéder aux plates-formes de services bancaires mobiles d’Airtel, d’effectuer des opérations financières et de retirer de l’argent dans toutes les succursales d’Equity Bank à travers le pays.

Airtel Money permettra également aux clients de payer leurs factures d’électricité, de recevoir des notifications de transactions bancaires, de vérifier le solde de leurs comptes et de recevoir des relevés bancaires.

S’exprimant lors du lancement, le PDG du Groupe Equity Bank, le Dr. James Mwangi a déclaré: «Nous sommes heureux de conclure cet accord avec Airtel. Il renforce notre engagement à étendre l’inclusion financière en Afrique de l’Est en permettant aux populations non-bancarisées et sous-bancarisées de profiter des avantages des paiements mobiles, tout en nous donnant la possibilité de mieux servir les clients d’Airtel».

«Nous allons continuer à renforcer notre modèle d’affaires grâce à l’innovation, l’utilisation accrue de la technologie, l’automatisation afin d’améliorer l’expérience client et les collaborations avec les intervenants de l’industrie tels que Airtel», a déclaré le Dr. Mwangi.

«Ce partenariat avec Equity Bank renforce l’accessibilité d’Airtel Money pour nos clients à travers le Kenya. Les 203 succursales et les 600 guichets automatiques d’Equity Bank viendront compléter les 10 000 agents d’Airtel Money répartis à travers le pays. C’est désormais plus facile et plus commode pour les clients d’avoir accès aux services de dépôt et de retrait d’argent d’Airtel Money», a déclaré M. Jayant Khosla, le PDG d’Airtel pour l’Afrique anglophone.

M. Khosla, qui a souligné que les services de commerce mobile d’Airtel facilitent la vie de ses clients, a également ajouté que la société de télécommunications va continuer à informer ses clients sur les avantages d’Airtel Money qui est un service pratique et simple à utiliser.

«Equity Bank et Airtel Money ont pris l’engagement d’assurer l’inclusion financière d’un grand nombre de personnes au Kenya. Je suis certain que cette relation va, dans les jours à venir, favoriser l’épanouissement de nombreuses personnes dans la région de l’Afrique de l’Est», a déclaré M. Khosla.

Airtel Money est en passe de devenir le moyen privilégié pour envoyer et recevoir de l’argent à travers le Kenya et l’Afrique de l’Est. Les clients utilisent le service pour payer les factures de services publics tels que les factures d’électricité. Le processus est automatisé et instantanné. Le service offre aux clients un mode rapide et sécurisé pour effectuer leurs transactions financières.

Airtel s’est lancé dans le commerce mobile il y a deux ans et possède maintenant un vaste réseau qui comprend plus de 10 000 agents dont des banques, des agents bancaires, des chaînes de supermarchés et des points Posta.

Le partenariat avec Equity Bank aidera aussi l’adoption du commerce mobile en Afrique sub-saharienne où Airtel Money s’est étendu à 16 pays. Les gouvernements, les entreprises et les institutions de ces pays demandent de plus en plus des services pratiques de traitement de transactions financières.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Bharti Airtel Limited.

À propos de Bharti Airtel

Bharti Airtel Limited est l’une des plus grandes sociétés de télécommunications dans le monde avec des opérations dans 20 pays en Afrique et en Asie. Basée à New Delhi, en Inde, la société fait partie des quatre plus grands opérateurs de téléphonie mobile au monde en termes du nombre d’abonnés. En Inde, elle offre des services variés : notamment des services mobiles 2G et 3G, des lignes fixes, du haut débit ADSL, l’IPTV et le DTH, et des solutions pour entreprises et services nationaux et internationaux de longue distance aux opérateurs de téléphonie. Sur les autres marchés, elle fournit des services mobiles 2G et 3G, ainsi que le commerce mobile. Bharti Airtel comptait plus de 277 millions d’abonnés sur l’ensemble de ses marchés à la fin du mois de Juin 2013. Pour en savoir plus, consultez le site: www.airtel.com

Contacts:

Dick Omondi

Bharti Airtel

Email: dick.omondi@ke.airtel.com

Tel: +254 737 048 009

WASHINGTON, 30 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Groupe de la Banque mondiale a engagé le montant record de 14,7 milliards de dollars au cours de l’exercice 2013 (de juillet 2012 à juin 2013) afin de soutenir la croissance économique de l’Afrique et contribuer à l’amélioration des perspectives de développement du continent en dépit de l’incertitude de la situation économique dans le reste du monde.

« La région a fait preuve d’une résilience remarquable face à la récession mondiale et a fait l’expérience d’une vigoureuse croissance », déclare Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique. « L’Afrique est au cœur des objectifs du Groupe de la Banque mondiale à l’horizon 2030 de mettre un terme à la pauvreté extrême et promouvoir une prospérité partagée et durable d’un point de vue environnemental, social et fiscal ».

Le Groupe de la Banque mondiale a maintenu son fort engagement auprès des pays d’Afrique, accordant 8,25 milliards de dollars de nouveaux prêts, portant sur près de 100 projets, au titre de l’exercice 2013 en cours. Ces engagements comprennent un montant record de 8,2 milliards de dollars de crédits et de subventions de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres. Il s’agit du montant le plus élevé de nouveaux engagements pris par l’IDA pour une quelconque région depuis la création de la Banque.

Les investissements pour le développement profitent au secteur privé

Le volume total des engagements de l’IFC en Afrique subsaharienne, y compris les fonds mobilisés, a progressé pour atteindre le niveau record de 5,3 milliards de dollars, soit 34 % de plus que l’année précédente. De même, la dépense totale de l’IFC en programmes de services de conseil dans la région a augmenté jusqu’à dépasser 65 millions de dollars, soit 30 % du total de l’IFC. Cela a permis d’obtenir une amélioration des résultats dans les États fragiles ou affectés par des conflits et une amplification de l’impact dans les domaines d’intérêt prioritaires de l’IFC : opportunités de pratiquer une agriculture durable, accès au crédit et micro-financements, amélioration des services d’infrastructure et réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Pour la MIGA, la priorité est le soutien des investissements étrangers directs à destination de l’Afrique subsaharienne et bénéfiques au développement. En 2013, l’agence a émis 1,5 milliard de dollars de garanties en appui des investissements pour des projets dans les secteurs de l’agroalimentaire, du pétrole et du gaz, de l’électricité, des services et de l’eau. Une bonne partie concerne des investissements dans des projets de production d’électricité en Angola, en Côte d’Ivoire et au Kenya. L’Afrique subsaharienne a représenté 54 % du volume des investissements de la MIGA cette année, contre 24% l’an dernier, soit plus du double.

Le soutien du Groupe de la Banque mondiale a porté prioritairement sur des projets transformationnels dans l’agriculture et l’électricité, ainsi que sur les filets de protection sociale, les transferts conditionnels de fonds en faveur des familles pauvres, les programmes de création d’emplois pour les jeunes et l’enseignement supérieur.

Intensifier les efforts en faveur des pays fragiles

Au cours de l’exercice 2013, le Groupe de la Banque mondiale a porté une attention accrue aux vecteurs régionaux de fragilité et de conflit en Afrique, en particulier dans la région du Sahel et celle des Grands Lacs. En mai 2013, au cours d’une mission historique dans la région des Grands Lacs effectuée conjointement par les Nations Unies et le Groupe de la Banque mondiale, la Banque s’est engagée à investir 1 milliard de dollars pour le développement, afin d’aider les pays de la région à dispenser de meilleurs services de santé et d’éducation, à développer le commerce transfrontalier et à financer des projets d’hydroélectricité en soutien de l’accord de paix de la région des Grands Lacs. Ce fut un message fort, réaffirmant que paix et développement sont indissociables et doivent être traités ensemble, soulignant l’engagement de la Banque à travailler plus étroitement avec les États sortant de conflits ainsi que sa détermination à aider les États fragiles à surmonter leur situation et à renouer avec le développement.

Relever le défi du changement climatique

Le Banque a été en première ligne pour l’identification de mesures opérationnelles et le montage de partenariats (comme TerrAfrica) visant à intégrer le changement climatique dans la gestion des terres, la gestion des ressources en eau, l’infrastructure des transports, l’agriculture intelligente sur le plan climatique et la gestion des risques de catastrophes. Elle continue de travailler à l’élaboration de politiques innovantes, comme l’illustre le premier prêt à l’appui des politiques de développement pour le changement climatique, accordé au Mozambique.

Le changement climatique est également au cœur du programme de développement pour la région. Les projets d’énergie propre en hydroélectricité, géothermie, solaire et gaz font partie intégrante de la stratégie de la Banque pour l’Afrique visant à limiter l’empreinte carbone liée à la croissance de la région et à profiter d’un énorme potentiel inexploité pour le développement. Nombre des projets actuels et prévus profitent de la collaboration de l’IDA, de la MIGA et de l’IFC au sein du Groupe de la Banque mondiale pour tirer le meilleur parti de leurs investissements dans la région en matière de développement.

Accélérer l’utilisation de la science et de la technologie

L’avenir de l’Afrique dépendra de sa capacité à adopter plus rapidement des technologies existantes et à venir. Des gains importants de productivité sont possibles si l’on dispense une meilleure formation en science et en technologie aux Africains, et si l’on investit dans les nouvelles technologies agricoles. Au cours de l’exercice 2013, la Banque a contribué à remettre l’enseignement supérieur à l’ordre du jour du développement, avec un accent particulier sur la science. Les économies d’Afrique ont un besoin urgent de techniciens et d’ingénieurs très qualifiés, en particulier dans le domaine de l’énergie et des infrastructures. Elles ont besoin de scientifiques spécialistes de l’agriculture, de travailleurs dans le domaine médical et de chercheurs. Pour obtenir des résultats de qualité dans l’enseignement primaire et secondaire, il faut des enseignants qualifiés que seules les universités peuvent former. La Banque a continué à monter des partenariats afin d’apporter un appui à l’enseignement des technologies.

RABAT, Maroc, 30 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Nizar Baraka, ministre marocain de l’Economie et des Finances, et Amani Abou-Zeid, représentante résidente du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) au Maroc, ont procédé, vendredi 26 juillet 2013 à Rabat, à la signature d’un accord de prêt d’un montant de 100 millions d’unités de compte (soit 116 millions d’euros), destiné à financer le Programme d’appui à l’adéquation formation emploi (PAAFE).

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Photo 1: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/img_5436.jpg

Photo 2 : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/img_5435.jpg

L’accord vise à soutenir les réformes du système éducatif et de formation professionnelle marocain, en vue d’optimiser l’employabilité des jeunes et l’adéquation des offres de formation avec le marché de l’emploi. Ce programme devrait directement bénéficier à 880 000 élèves de l’enseignement secondaire qualifiant, 510 000 étudiants, 370 000 stagiaires des filières de formation professionnelle, à 30 000 chômeurs sans qualification, ainsi qu’aux entreprises des branches professionnelles ciblées.

En marge de la cérémonie, ont également été signées les lettres d’accord portant sur deux dons émanant du fonds fiduciaire multidonateurs :

• Un don au profit du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, de 300 000 unités de compte (soit 344 000 euros), visant à financer un projet d’assistance technique pour l’identification des besoins en compétences du secteur du bâtiment et des travaux publics. Ce projet a pour objectifs d’améliorer le plan de formation, et d’élaborer le répertoire des emplois/métiers et des référentiels des emplois/compétences et de mettre en place un plan de renforcement de capacités de la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (FNBTP). Cette assistance bénéficiera à 60 000 lauréats environ chaque année .

• Un don au profit du ministère chargé des Relations avec le parlement et la société civile, de 290 000 unités de compte (soit 335 200 d’euros), pour financer un projet d’assistance technique en faveur du dialogue national sur les nouveaux rôles constitutionnels de la société civile. Ce don aidera à mettre en place des textes législatifs qui réglementent l’intervention de la société civile dans la sphère publique – ce, afin de consacrer la démocratie participative.

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de Driss El Azami El Idrissi, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget, Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, Abdelouahed Souhail, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, et El Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contacts :

Chawki Chahed

Communications Officer

T. +216 71 10 27 02

C. +216 98 70 31 68

c.chahed@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 29 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux.

Pour plus d’information : j.mp/AfDB_Media

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 30 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — L’African Innovation Foundation (AIF) a annoncé l’appel à candidatures pour le Prix de l’Innovation pour l’Afrique (PIA) 2014 (http://www.innovationprizeforafrica.org). Ce Prix prestigieux, décerné chaque année depuis 2012, vise à encourager les innovations qui contribuent au développement durable en Afrique. La candidature gagnante recevra un prix de 100 000 USD, et deux autres prix de 25 000 seront attribués l’un à l’innovation ayant le meilleur potentiel commercial, l’autre à l’innovation présentant le meilleur impact social.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/ipa.jpg

Dans un effort pour générer un développement mené par l’Afrique, le PIA invite les entrepreneurs et les innovateurs africains à proposer des projets qui ouvrent de nouveaux potentiels africains dans une des cinq catégories suivantes : 1) agriculture et agro-industrie ; 2) environnement, énergie et eau ; 3) santé et bien-être ; 4) applications informatiques ; et 5) secteurs secondaire et tertiaire

« L’équipe du PIA est convaincue que le meilleur moyen de construire l’Afrique consiste à investir dans les innovations et l’entreprenariat locaux. Ce prix encourage les Africains à développer des solutions créatives pour relever les défis du quotidien », a commenté le fondateur de l’AIF, Jean-Claude Bastos de Morais.

Le PIA 2013 a été attribué au candidat sud-africain AgriProtein pour son approche novatrice du recyclage des nutriments ; une méthode qui utilise les déchets et les larves de mouche pour produire des aliments naturels pour animaux. Le prix 2013 a également distingué deux autres lauréats pour leur contribution à l’innovation africaine. Dans la catégorie potentiel commercial, Hassine Labaied et Anis Aouini de Saphon Energy (Tunisie) ont reçu 25 000 USD pour la création d’une éolienne sans pales. Dans la catégorie impact social, Sanoussi Diakite (Sénégal) a reçu 25 000 USD pour avoir conçu et distribué une machine thermique qui décortique 5 kg de fonio (une céréale importante et saine d’Afrique de l’Est) en seulement 8 minutes. Cette innovation améliore l’accessibilité à une denrée alimentaire nutritive de base en Afrique en traitant les problèmes associés à sa consommation.

Avec plus de 1 350 candidatures reçues à ce jour, le PIA vise à soutenir les efforts de l’Afrique pour élaborer de nouveaux produits, augmenter l’efficacité et générer des économies sur le continent. Le PIA offre aussi une plateforme aux innovateurs africains qui peuvent ainsi présenter leurs solutions aux investisseurs potentiels et rechercher des partenaires pour réaliser à plus grande échelle leurs concepts commercialisables. Seules les innovations d’Africains pour les Africains sont éligibles à la participation. Les Africains de la diaspora peuvent également s’inscrire si leurs innovations sont significatives pour l’Afrique.

La date limite d’inscription pour le prix 2014 a été fixée au 31 octobre 2013. Pour plus d’informations sur les catégories du concours, les modalités de participation et la procédure de soumission des candidatures, veuillez consulter le site : www.innovationprizeforafrica.org et lire l’appel à candidatures détaillé avant inscription.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africain pour the Innovation Prize for Africa (IPA).

Contacts

Deanna Petersen, Weber Shandwick

Phone + 27 79 702 8033

Email dpetersen@webershandwick.com

Pauline Mujawamariya, AIF

Phone + 41 44 515 5466

Email ipainfo@africaninnovation.org

À propos du PIA

Le Prix de l’Innovation pour l’Afrique (PIA) est une initiative de l’African Innovation Foundation (AIF). Il mobilise des innovateurs et des entrepreneurs africains en offrant un total de 150 000 USD aux lauréats qui fournissent des solutions axées sur le marché pour un développement mené par l’Afrique. Le PIA récompense et encourage des réalisations innovantes qui contribuent au développement de nouveaux produits, améliorant l’efficacité et générant des économies pour l’Afrique. Le prix encourage également les investisseurs de fonds privés, les dirigeants des gouvernements et les leaders du développement à investir dans tous les secteurs et à créer un climat qui favorise la croissance économique de l’Afrique. Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.innovationprizeforafrica.org.

À propos de l’AIF

L’AIF soutient l’innovation et les autres projets novateurs ayant le potentiel de contribuer au développement durable des pays africains. Cela implique le soutien des innovations locales, la facilitation des transferts de technologie ainsi que le soutien d’autres plateformes qui améliorent l’échange d’idées et la coopération entre les chercheurs, les inventeurs, les entrepreneurs, les investisseurs et les décideurs. L’AIF promeut également des processus et procédures transparents au sein du secteur public et combat l’appropriation illégitime et la dissipation de ressources au sein des domaines publics et privés. Les domaines d’activité de l’AIF englobent des programmes et des projets dans les secteurs de : l’innovation et l’accès aux technologies, la gouvernance, l’éducation et la culture, et la santé. Pour plus d’informations, rendez-vous sur: http://www.africaninnovation.org

BRAZZAVILLE, Congo, 26 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — À l’occasion du deuxième Sommet économique annuel Forbes Afrique, les présidents Dennis Sassou N’guesso du Congo, Macky Sall du Sénégal, John Mahana du Ghana, Blaise Compaoré du Burkina Faso et Jacob Zuma d’Afrique du Sud, ont tous souligné l’importance du secteur privé dans le développement de l’Afrique.

Photo Macky Sall – Tony Elumelu : http://www.photos.apo-opa.com/index.php?level=picture&id=597

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/heirs-holdings.jpg

Le sommet, qui se concentrait sur l’infrastructure et l’émergence d’une classe moyenne africaine, s’est déroulé en présence des chefs de file mondiaux des secteurs public, privé et philanthropique incluant l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, l’ancien Premier ministre de la Belgique, Guy Verhofstadt, l’ancien ambassadeur des États-Unis et maire de la ville d’Atlanta, Andrew Young, le président du principal parti d’opposition en France, l’UMP, Jean-François Copé, ainsi que les chefs d’entreprise africains Tony Elumelu, Patrice Motsepe et Louis Ebata.

Le ton a été donné par le président Denis Sassou N’Guesso, qui a souligné le besoin des pays africains d’élaborer davantage de politiques pour soutenir ce qu’il a appelé « une puissante émergence de la classe moyenne en Afrique » qui créerait un meilleur avenir pour l’Afrique. Macky Sall, président du Sénégal, s’est exprimé sur les quatre piliers essentiels qui assureraient cet « avenir meilleur », citant l’éducation et la formation du capital humain, l’agriculture modernisée et mécanisée, l’énergie abordable et un réseau adéquat d’infrastructure comme des moteurs clés.

Plaidant en faveur d’une participation accrue du secteur privé pour exécuter le programme de développement, le président John Dramani Mahana du Ghana a mis en garde contre une confiance excessive accordée au gouvernement, en affirmant que « Le gouvernement ne peut pas recueillir le type de financement qui est nécessaire pour donner suffisamment de pouvoir à l’Afrique. »

Dans son discours, le président Campaoré du Burkina Faso a félicité le chef d’entreprise et philanthrope Tony Elumelu, président de la société d’investissement par actions panafricaine Heirs Holdings (http://www.heirsholdings.com), pour ses efforts visant à stimuler le développement de l’Afrique en investissant sur le continent.

Au cours de la table ronde sur le thème « Soutenir la croissance par l’investissement », qui incluait la participation de deux personnalités de renom du secteur privé, le milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, président d’African Rainbow Minerals et M. Elumelu, ce dernier a félicité les cinq dirigeants africains pour la confiance qu’ils placent dans le pouvoir du secteur privé en tant que catalyseur et moteur du développement – l’essence de sa philosophie, que d’autres dirigeants, à l’instar du président Obama, semblent avoir adoptée. M. Elumelu a énoncé les conditions pour maximiser l’impact du secteur privé, évoquant les investissements à long terme et le développement des infrastructures comme les principaux domaines d’intérêt.

« Les investissements à court terme en Afrique n’ont tout simplement aucun impact. Il a fallu près de vingt ans pour amener la United Bank for Africa là où elle est aujourd’hui, employant 25 000 personnes dans 19 pays africains. Les dirigeants africains doivent s’assurer que l’infrastructure physique et politique adéquate soit en place pour soutenir la croissance d’entreprises panafricaines plus prospères », a déclaré M. Elumelu.

Un capital, tel que les 40 000 milliards USD que l’ancien ambassadeur des États-Unis Andrew Young a appelé « scared money » (argent apeuré), dort dans des paradis fiscaux du monde entier et pourrait trouver une meilleure utilisation pour le développement de l’Afrique.

Kofi Annan a décrit l’Afrique comme un continent qui traverse des « moments décisifs », soulignant que l’« énergie » et l’« infrastructure » sont les deux principaux obstacles au développement. Il a énuméré les trois piliers qui sont la paix et la sécurité, le développement économique, et l’État de droit et le respect des droits de l’homme, comme la solution pour la réussite économique de l’Afrique.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Heirs Holdings.

Contacts pour les médias

Moky Makura

Directrice du marketing et des communications d’entreprise de Heirs Holdings Ltd.

1, MacGregor Road – Ikoyi, Lagos – Nigeria

Tél. : +234-1-2774641-5,

Mobile :+234-706-617-2802

E-mail : moky.makura@heirsholdings.com

http://www.heirsholdings.com

TUNIS, Tunisie, 25 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Deux projets de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org), respectivement en Ouganda et en Côte d’Ivoire, ont reçu les honneurs du Trésor américain lors d’une cérémonie de remise de prix, le 25 juillet 2013, à Washington, DC. La BAD est ainsi la première banque multilatérale à se voir gratifiée, la même année, de deux distinctions.

Photo Ouganda: http://www.photos.apo-opa.com/index.php?level=picture&id=596

Photo Côte d’Ivoire: http://www.photos.apo-opa.com/index.php?level=picture&id=595

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Photo Donald Kaberuka: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/donald-kaberuka-afdb-president.jpg

Ont été primés, respectivement, le Projet de sortie de conflit / Projet d’appui multisectoriel en Côte d’Ivoire, axé sur la réhabilitation des services sociaux et la diminution des actes de violences à caractère sexiste dans la Côte d’Ivoire post-conflit ; et le Programme d’amélioration de l’infrastructure agricole communautaire dans les régions rurales d’Ouganda.

Le Prix d’Excellence en matière d’impact sur le développement du Trésor américain consacre les projets hors pair répondant aux normes les plus élevées en matière de développement entrepris par des banques multilatérales de développement (BMD). Le programme vise à consacrer l’excellence de la conception et la mise en œuvre d’un projet, ainsi qu’à montrer l’important travail qu’accomplissent les BMD au sein des communautés, des pays et des régions, en faveur des populations les plus démunies. Les deux projets de la BAD ont été primés parmi des dizaines d’autres sélectionnés pour l’occasion. .

Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, a reçu les prix au nom de la Banque, des mains du Secrétaire du Trésor, Jacob J. Lew.

En 2012, le Projet d’interconnexion routière Mali-Sénégal de la BAD avait reçu le Prix de l’Impact sur le développement, parallèlement à d’autres initiatives financées par la Banque asiatique de développement, la Banque interaméricaine de développement et le Fonds mondial pour l’environnement de la Banque mondiale.

Descriptif des projets :

Le projet de sortie de conflit / Projet d’appui multisectoriel – Côte d’Ivoire

Au sortir de la crise politique et des troubles civils qu’a connus la Côte d’Ivoire au début des années 2000, ce projet a été conçu pour favoriser la reprise économique, aider à la réhabilitation des services sociaux et, notamment, mettre fin aux violences faites aux femmes. Le système intégré mis en place prodigue soins sanitaires et suivi psychologique, ainsi qu’une assistance juridique aux victimes, et aide à leur réinsertion sociale et économique. Une campagne de sensibilisation sur les violences faites aux femmes a également été menée. Le projet a, en outre, permis d’équiper hôpitaux et centres de santé, de former des agents sanitaires et des dirigeants communautaires. La campagne de sensibilisation contre les violences faites aux femmes a, quant à elle, touché plus de 1,5 millions de personnes. Et les victimes ainsi que nombre d’autres femmes ont bénéficié d’une formation professionnelle dans une large gamme de métiers, outre un accès à la microfinance.

Programme d’amélioration de l‘infrastructure agricole communautaire dans les régions rurales – Ouganda

Basé sur une approche communautaire, ce projet vise à mettre en place des infrastructures agricoles et à accroître les revenus des agriculteurs. Les populations des communautés locales ont participé à l’inventaire des activités du projet, à la définition des priorités et à la sélection des projets à forte intensité de main d’œuvre, en vue de bâtir et d’améliorer les infrastructures agricoles, et d’en assurer la maintenance une fois achevées. Le projet a permis de réhabiliter des routes rurales, de construire des marchés et d’installer des équipements de transformation de produits agricoles. Ainsi, les prix à la production des denrées de base ont augmenté, tandis que les coûts et délais de transport vers les grandes villes du pays ont sensiblement baissé. Outre une hausse du taux de scolarisation, l’état de santé des populations s‘est améliorée grâce à un plus large accès aux centres de soins.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contact média :

John Phillips, Groupe de la Banque africaine du développement

j.phillips@afdb.org, +216 98 313 695

Pour plus d’informations : http://bit.ly/131wT1W

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 24 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Mme Maria Damanaki, commissaire européen chargé des affaires maritimes et de la pêche, a paraphé aujourd’hui, avec le ministre marocain de l’agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, un protocole quadriennal à l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche (APP) entre l’Union et le Maroc.

Le protocole est cohérent avec la réforme de la dimension extérieure de la politique commune de la pêche de l’Union, dans la mesure où il met largement l’accent sur les avis scientifiques, la rentabilité économique, la bonne gouvernance et le respect du droit international. La durabilité est garantie par une limitation de l’activité de pêche aux ressources excédentaires pour toutes les pêcheries.

Mme Damanaki a déclaré: «Il s’agit d’un moment important pour la pêche européenne et pour la pêche marocaine. Cet accord assurera la pérennité du secteur au niveau local et présente un bon rapport coûts-avantages. Le nouveau protocole est conforme aux principes de la réforme de la politique commune de la pêche de l’Union, car il garantit une gouvernance internationale des pêches responsable».

Un grand nombre d’États membres (Espagne, Portugal, Italie, France, Allemagne, Lituanie, Lettonie, Pays-Bas, Irlande, Pologne et Royaume-Uni) ont un intérêt dans l’APP conclu avec le Maroc, qui comprend 6 catégories de pêche exploitées à la fois par les segments de la flotte industrielle et de la flotte artisanale. L’enveloppe financière consacrée au Maroc est estimée à 40 millions € au total. Plus précisément, le coût total du nouveau protocole pour l’Union se chiffrera à 30 millions € par an, dont 16 millions seront versés au Maroc en contrepartie de l’accès à la ressource. Les 14 millions restants seront affectés au soutien du secteur de la pêche dans le pays, la contribution des propriétaires de navires étant estimée à 10 millions €.

PARIS, France, 24 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Orange (http://www.orange.com) et Total ont signé un partenariat permettant aux clients d’Orange d’accéder aux services Orange Money dans toutes les stations-service TOTAL des pays d’Afrique et du Moyen-Orient où les deux groupes sont présents et où Orange Money est disponible, soit 13 pays aujourd’hui.

Logo Orange: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/orange-logo.jpg

Orange Money est le service de paiement et de transfert d’argent d’Orange en Afrique et au Moyen-Orient. Il permet aux clients d’Orange de transférer de l’argent de mobile à mobile, de régler des factures ou encore de retirer et de déposer de l’argent auprès d’un réseau d’agents agréés.

Ce partenariat entre Orange et Total permettra d’étendre le réseau de distribution d’Orange Money à l’ensemble des stations TOTAL dans les 13 pays où ce service est disponible, afin d’améliorer encore le service proposé aux clients des deux groupes tant en termes de proximité que de confort d‘utilisation. Ceux-ci bénéficieront en effet de la densité du réseau de distribution TOTAL, dont les stations sont ouvertes sur une large amplitude horaire 7 jours sur 7 : ils pourront y ouvrir un compte Orange Money et effectuer des opérations de versement et de retrait d’argent sur leur compte.

Ce premier volet du partenariat est déjà opérationnel au Sénégal et au Cameroun et le deviendra à partir du second semestre 2013, dans les 11 autres pays où les deux groupes sont présents, soit dans plus de 1 300 stations. Il sera suivi d’un second volet qui devrait permettre aux clients Orange Money de régler les achats réalisés dans les stations TOTAL à l’aide de leur compte mobile.

A l’occasion de la signature, Marc Rennard, directeur exécutif en charge de la zone Afrique et Moyen-Orient d’Orange, a déclaré : « Nous sommes fiers de présenter ce partenariat avec Total : il permet de créer des synergies entre deux grands groupes présents en Afrique et au Moyen-Orient au bénéfice des consommateurs. Cet accord va donner une toute nouvelle envergure au réseau de distribution Orange Money. »

« Je me réjouis de ce partenariat qui permet à Total d’élargir encore la gamme des produits et services que nous proposons dans tout notre réseau de distribution. C’est un nouvel exemple de notre capacité à innover et à anticiper les besoins de nos clients, » a pour sa part déclaré Momar Nguer, directeur Afrique/Moyen-Orient de la branche Marketing & Services de Total. « Aujourd’hui, notre objectif est très clairement de devenir l’un des leaders de la distribution du paiement mobile en Afrique », a-t-il ajouté.

(1) Botswana, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Jordanie, Kenya, Madagascar, Mali, Maroc, Ile Maurice, Niger, Sénégal et Ouganda

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour France Télécom-Orange.

Contacts presse :

Orange

Tél. : + 33 (0) 1 44 44 93 93

Mylène Blin, mylene.blin@orange.com

Tom Wright, tom.wright@orange.com

Total

Tél. : + 33 (0) 1 47 44 46 99

Florent Segura, florent.segura@total.com

A propos d’Orange

Orange est l’un des principaux opérateurs de télécommunications dans le monde, avec un chiffre d’affaires de 43,5 milliards d’euros en 2012 et 170 000 salariés au 31 mars 2013, dont 104 000 en France. Présent dans 32 pays, le Groupe servait près de 230 millions de clients au 31 mars 2013, dont 172 millions de clients du mobile et 15 millions de clients ADSL et fibre dans le monde. Orange est également l’un des leaders mondiaux des services de télécommunications aux entreprises multinationales sous la marque Orange Business Services.

Orange est coté sur le NYSE Euronext Paris (symbole ORA) et sur le New York Stock Exchange (symbole ORAN).

Pour plus d’informations (sur le web et votre mobile) : www.orange.com, www.orange-business.com, www.orange-innovation.tv ou pour nous suivre sur Twitter : @presseorange.

Orange et tout autre produit ou service d’Orange cités dans ce communiqué sont des marques détenues par Orange ou Orange Brand Services Limited.

Orange est opérateur dans vingt pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Le service Orange Money, conçu spécifiquement pour les besoins des clients de cette zone, a été lancé pour la première fois en 2008. Il est désormais proposé dans 13 pays (Botswana, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Jordanie, Kenya, Madagascar, Mali, Ile Maurice, Maroc, Niger, Sénégal et Ouganda) et compte plus de 7 millions de clients.

A propos de Total

Total est l’un des tout premiers groupes pétroliers et gaziers internationaux, exerçant ses activités dans plus de 130 pays. Le Groupe est également un acteur de premier plan de la chimie. Ses 97 000 collaborateurs développent leur savoir-faire à tous les niveaux de ces industries : exploration et production de pétrole et de gaz naturel, raffinage et distribution, gaz et énergies nouvelles, trading et chimie. Ils contribuent ainsi à satisfaire la demande mondiale en énergie, présente et future. www.total.com

En Afrique et au Moyen-Orient, Total est présent sur toute la chaîne de distribution de produits pétroliers (réseau de stations-service, commerce général, lubrifiants, carburants aviation, bitumes, GPL) dans 51 pays où le Groupe est l’un des leaders du secteur avec une part de marché estimée à 13%. Quelque 1,7 million de clients sont accueillis chaque jour dans l’une des 4 400 stations TOTAL sur ce périmètre géographique.

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 23 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Sindisiwe Chikunga, vice-ministre des Transports, s’est rendue hier au Centre des opérations d’Air Traffic and Navigation Services (ATNS) (http://www.atns.com) afin d’y célébrer les jalons importants franchis par la société au cours des 20 dernières années avec les membres du conseil d’administration, les directeurs et le personnel.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/atns.jpg

Photo ATNS CEO Mr. Thabani Mthiyane: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/dsc_3117.jpg

« Je suis ravie que notre visite coïncide avec une grande commémoration des jalons franchis par la société et de pouvoir, au sein d’une même famille des transports, prendre le temps de célébrer le 20e anniversaire de notre société Air Traffic and Navigation Services (ATNS), chef de file des services aériens en Afrique du Sud et dans l’ensemble de l’Afrique. ATNS a vécu la croissance du secteur, ses défis, ses succès et a trouvé des moyens innovants pour offrir un niveau de sécurité et des performances techniques de classe mondiale », a déclaré la vice-ministre dans son message de félicitations.

ATNS a été créée en 1993, quatre-vingt-dix (90) ans après l’invention du vol motorisé. Depuis, les choses ont bien changé. Cette année, ATNS s’est lancée dans un nouveau processus de commercialisation destiné à réorienter la société et à lui donner un rôle central en qualité de fournisseur de services pertinent et crédible. ATNS a accepté les défis liés à cette entreprise et a compris que pour atteindre l’excellence et pour saisir au mieux ses opportunités commerciales, elle se devait d’être plus efficace en améliorant la qualité et la rentabilité de ses services. Pour ce faire, elle avait besoin d’infrastructures supplémentaires et d’un remaniement de ses capacités en ressources humaines.

M. Thabani Mthiyane, nouveau PDG d’ATNS, a déclaré que les infrastructures aériennes sud-africaines étaient considérées comme certaines des meilleures au monde, participant au record de sécurité aérienne détenu par le pays. « ATNS continue donc d’investir avec sagesse dans ces infrastructures afin de soutenir l’ensemble des infrastructures de transport à l’échelle nationale. Ces activités permettent à ATNS d’effectuer d’importantes contributions auprès du secteur de l’aviation sud-africaine et du continent, favorisant ainsi la sécurité en vol », a conclu M. Mthiyane.

Ces vingt (20) dernières années, ATNS a connu une période faste, marquée par une série de remarquables succès importants en termes de gestion du trafic aérien : la feuille de route de gestion du trafic aérien d’ATNS, développée en 2010, a pour mission la création d’un système de gestion du traffic aérien mondial interopérable destiné à l’ensemble des utilisateurs au cours de toutes les phases du vol, qui soit conforme aux niveaux de sécurité convenus, qui offre un fonctionnement économique optimal et qui soit écologique et conforme à l’ensemble des normes de sécurité nationales.

En qualité de président du conseil d’administration de l’AFI Flight Plan (FPL) 2012 Task Force, ATNS a mené les efforts des régions Afrique et de l’océan Indien pour effectuer une transition sans heurts du plan de vol classique vers un nouveau format, qui est entré en vigueur en novembre 2012. Véritable plateforme de communications, ATNS a effectué sans faille des mises à jour régulières des systèmes de gestion des informations aéronautiques pour soutenir cette mise en œuvre et permettre une transition réussie au sein de ces régions.

ATNS a mis en place une logithèque unique des informations aéronautiques, appelée la Centralised Aeronautical

Database (CAD). La CAD assure, entre autres, la qualité et l’intégrité des données aéronautiques.

ATNS a joué un rôle prépondérant dans l’accueil de la Coupe du monde de la FIFA 2010 en Afrique du Sud, du 11 juin

au 11 juillet 2010. Ce succès a été le fruit d’une préparation et d’une planification à long terme complètes, au cours desquelles ATNS a mis à disposition les actifs nécessaires pour satisfaire la demande des voyageurs aériens lors de cet événement prestigieux. L’investissement et les efforts de tous ont permis à ATNS non seulement de satisfaire les attentes,

mais de les dépasser.

L’Afrique du Sud a accueilli avec succès le tournoi AFCON 2013, qui a été synonyme d’une hausse de la demande

en services aériens.

La gestion du trafic aérien et la sécurité aérienne restent les activités principales d’ATNS en Afrique du Sud, toutefois les compétences de la société s’étendent au-delà des frontières vers les pays limitrophes et le reste du continent, y compris la région de l’océan Indien. ATNS pourra relever efficacement les défis d’ordre international, tout en apportant des solutions de gestion du trafic aérien parmi les plus sûres au monde au secteur de l’aviation local.

L’Aviation Training Academy (ATA) d’ATNS a reçu le prix IATA de la meilleure école d’aviation au monde en 2011 et en 2012.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour The Air Traffic and Navigation Services (ATNS).

Demandes de renseignements :

Percy Morokane

Communications institutionnelles externes

Service des communications et du marketing

Air Traffic and Navigation Services Company

Téléphone fixe : +27(0) 11 607 1234

Fax : +27(0) 11 607 1725

Portable : +27(0)71 445 9812

E-mail : percymo@atns.co.za

DAKAR, Sénégal, 23 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Du 20 au 22 juillet, l’Initiative Panafricaine de Lutte Contre les Hépatites (IPLH) a organisé la conférence « Consensus de Dakar » pour l’Afrique francophone à Dakar, au Sénégal. Au cours de cette réunion, les experts sont arrivés à un consensus pour accroître la prévention, la prise de conscience, la recherche et le traitement des hépatites grâce à des plans nationaux dans les pays participants. Les experts, parmi lesquels des cliniciens, des généralistes, des groupes de patients et des responsables politiques, ont formulé un appel à l’action unifié en faveur de l’élaboration d’une politique efficace de lutte contre les hépatites. Les pays d’Afrique francophone participants étaient l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Centrafrique, le Congo, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, Madagascar, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, le Togo et la Tunisie. Ce groupe a été rejoint par des représentants du projet d’Afrique anglophone « Hepatitis in Africa – Call for Action ».

Logo « Hepatitis in Africa – Call for Action »: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/hia.jpg

Logo MSD: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/merck-sharp–dohme-corp.a-subsidiary-of-merck–co.inc..jpg

L’hépatite – un fardeau pour la société

Les hépatites B et C comptent aujourd’hui parmi les maladies infectieuses qui ont le plus fort impact négatif sur les individus, les familles et la société. Les deux hépatites virales B et C sont la principale cause de maladie chronique du foie au monde (1). C’est particulièrement important en Afrique, où un cinquième de la population est porteuse d’une hépatite chronique et où le cancer du foie est la première cause de décès par cancer chez l’homme. Frappant généralement les hommes entre 30 et 45 ans, et avec une mortalité de quasiment 100 %, le cancer du foie, et par conséquent l’hépatite, a un énorme impact économique (2) (3).

Malgré les effets néfastes sur la santé et sur l’économie des hépatites virales, les hépatites B et C restent sous-diagnostiquées et sous-signalées en Afrique. Contrairement au VIH, auquel d’énormes ressources sont consacrées, les fonds pour combattre l’infection par l’hépatite sont limités, et souffrent d’un manque de plaidoyer et de conscience de la communauté. En raison de l’absence de soutien à la base, les populations les plus affectées par les hépatites B et C, qui sont généralement difficiles à atteindre et privées de droits, ne reçoivent pas les services requis.

Les experts de toute l’Afrique s’unissent pour combattre l’hépatite

Afin de traiter ce problème, entre autres, l’IPLH a mis en place le « Consensus de Dakar ». Cette seconde réunion de l’IPLH s’appuie sur l’expérience de terrain acquise depuis la première conférence de Dakar en 2011. Afin d’augmenter l’impact de ces efforts à travers le continent africain, l’IPLH s’est associée au Focus Scientific Research Center (FSRC), une équipe de chercheurs dirigée par des médecins, et MSD, un leader mondial des soins de santé, qui ont mis en place une initiative de prise de conscience de l’hépatite dans les pays d’Afrique anglophones. Cette initiative nommée « Hepatitis in Africa – Call for Action » a été lancée à Lagos, au Nigeria, le 18 juin, avec pour objectif de provoquer une prise de conscience de la maladie parmi les parties prenantes concernées de la région.

Le Prof. Aminata Sall Diallo, directrice exécutive du « Programme National de Lutte contre les Hépatites » (PNLH) et coordinatrice de l’IPLH, a déclaré : « En élaborant des stratégies d’harmonisation des données et de partage des ressources, et en réunissant les expertises de recherche dans toute l’Afrique, nous pouvons évaluer efficacement le fardeau que représentent les hépatites B et C, en savoir plus sur les facteurs de risque et améliorer les efforts de diagnostic, gestion et prévention. Cette conférence à Dakar établira la marche à suivre pour agir contre l’hépatite, en impliquant les parties prenantes locales, régionales et internationales. »

Henrik Secher, directeur général et vice-président de MSD Afrique, a ajouté : « Nous soutenons les efforts des gouvernements et des professionnels de la santé en Afrique pour prévenir les transmissions et améliorer la détection de l’hépatite. L’implication de MSD dans cette initiative fait partie intégrante de notre engagement à découvrir, concevoir et fournir des médicaments pour prévenir et traiter les hépatites virales. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Merck Sharp & Dohme Corp., une filiale de Merck & Co., Inc.

Contacts pour les médias :

MSD

Nom : Dr Anouar Ben Younes

Directeur de l’accès au marché en Afrique, MSD

Email: anouar.benyounes@merck.com

Numéros de téléphone : Fixe :+41 58 618 2408 ; Portable : +41 79 193 1998

Références :

1. Mohd Hanafiah K, Groeger J, Flaxman AD, Wiersma ST. Global epidemiology of hepatitis C virus infection: new estimates of age-specific antibody to HCV seroprevalence. Hepatology. 2013 Apr;57(4):1333-42. doi: 10.1002/hep.26141. Epub 2013 Feb 4. AND Mercy Jelagat Karoney, Abraham Mosigisi Siika. Hepatitis C virus (HCV) infection in Africa: a review. The Pan African Medical Journal. 2013;14:44

2. GLOBOCAN Cancer Fact Sheet. GLOBOCAN 2008, International Agency for Research on Cancer. Disponible sur : http://globocan.iarc.fr/factsheets/cancers/liver.asp. Consulté le : 16 juin 2013.

3. Jemal, A., Bray, F., Forman, D., O’Brien, M., Ferlay, J., Center, M. and Parkin, D. M. (2012), Cancer burden in Africa and opportunities for prevention. Cancer, 118: 4372–4384. doi: 10.1002/cncr.27410

Organisateurs :

À propos de l’IPLH :

L’IPLH a été créée après la Déclaration de Dakar sur l’hépatite (juillet 2011). Cette initiative africaine est indépendante et réunit des bénévoles de vingt pays africains, ainsi que des experts bénévoles européens, qui agissent ensemble pour donner plus de visibilité à leurs actions dans chaque pays, et pour améliorer les pratiques dans la lutte contre l’hépatite. L’approche de l’IPLH est basée sur l’autonomisation (la capacité des parties prenantes africaines à élaborer leurs propres stratégies), l’inclusion (l’implication des ministères de la Santé, des professionnels de la santé, de la société civile), la vision globale (prendre en compte tous les aspects de l’hépatite, et avoir une vision globale des problèmes de santé en Afrique).

À propos du FSRC :

Le Focus Scientific Research Center (FSRC) de phamax AG est un groupe de chercheurs dirigé par des médecins qui est convaincu que les problèmes de santé dans les économies à forte croissance ne peuvent être efficacement traités que grâce aux efforts combinés des secteurs privé, public et universitaire. phamax AG a un siège social en Suisse et des bureaux à Bangalore, en Inde, et à Singapour.

À propos de MSD :

MSD (http://www.msd.com), connue sous le nom de Merck aux États-Unis et au Canada, est aujourd’hui un leader mondial des soins de santé qui œuvre pour le bien-être du monde. MSD est un nom commercial, utilisé en dehors de l’Amérique du Nord, de Merck & Co., Inc., dont le siège social est basé à Whitehouse Station, dans l’État du New Jersey, aux États-Unis. Grâce à nos médicaments vendus sur ordonnance, nos vaccins, nos thérapies biologiques et nos produits de santé destinés aux personnes et aux animaux, nous travaillons avec nos clients dans plus de 140 pays à travers le monde pour apporter des solutions innovantes dans le domaine de la santé. Nous montrons également notre engagement pour accroître l’accès aux soins de santé par des politiques, programmes et partenariats de grande envergure. Pour plus d’informations, consultez http://www.msd.com et retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et YouTube.

ACCRA, Ghana, 22 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Un Forum d’investissements « Projet Régional Sealink », conçu par Nigeria Export-Import Bank (NEXIM) (http://www.neximbank.com.ng), la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie(FCCIAO) de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale et TRANSIMEX (un fournisseur intégré de services logistique basé au Cameroun), se tient aujourd’hui à Accra, au Ghana. Ce Forum offre l’opportunité d’investissement unique et irrésistible aux entreprises en pleine croissance du secteur privé dans la région de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale.

Logo NEXIM: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/nexim.png

Afin d’assurer un décollage réussi pour le service, ces agences avaient auparavant formé en 2012 une entité ad hoc, «Sealink Promotionnel Company Limited» pour la mise en œuvre de la stratégie et du modèle commercial pour la réussite du projet.

Selon le Directeur Général de la Nigerian Export-Import Bank, M. Roberts U. Orya, le but de la création d’une compagnie régionale / transnationale du transport maritime est de relier les ports maritimes sur les côtes de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale, afin de faciliter les échanges et d’assurer le transport régulier du fret et de passagers à l’intérieur et entre les deux régions. L’objectif vise essentiellement la réalisation des objectives des Pères Fondateurs de la CEDEAO concernant l’intégration concrète des 15 États membres en assurant la libre circulation des personnes, des biens et des services au sein de la sous-région.

Le Conseil d’Administration de Sealink est composé de représentants de ces organismes. Le Conseil d’Administration est assisté par un Comité Consultatif (le Comité technique) qui est composé des experts technocrates de l’industrie maritime dans la région de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale «Projet Régional Sealink» est actuellement approuvé et soutenu par divers organismes régionaux qui s’identifient avec le projet. Parmi ces organismes sont la CEDEAO, l’Organisation maritime de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale (OMAOC), l’Union Africaine du Conseil des Transporteurs- Affréteurs, la Banque Africaine de Développement, la CEDEAO Banque d’Investissement et de Développement et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD). Le projet a été présenté aux gouvernements des pays membres ainsi qu’à leurs différents organismes maritimes et portuaires.

Pourquoi investir dans le projet Sealink ?

Selon M. Orya, le projet Sealink offre une proposition d’investissement unique et irrésistible dans la région de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale en croissance rapide, pour les raisons suivantes:

1. Un secteur favorable à la croissance: le commerce inter et intra-régional en Afrique occidentale et centrale a été entravé par le mauvais état des infrastructures routières. L’introduction d’un lien côtier direct entre les deux régions devrait avoir un effet multiplicateur sur le taux de croissance économique de ces régions offrant ainsi un rendement adéquat pour les investisseurs.

2. Un soutien national et supranational: «Projet Régional Sealink» est une initiative du secteur privé avec le soutien de divers organismes supranationaux des régions d’Ouest et Centrale de l’Afrique, la Commission de la CEDEAO, FCCIAO et l’Organisation Maritime de l’Afrique Centrale (OMAOC). Cela devrait permettre d’améliorer le financement et aider la société à naviguer dans le régime de réglementation maritime dans la région.

3. Opportunité de diversification: L’investissement offre l’opportunité aux investisseurs sans exposition préalable au secteur maritime ou à la région de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale de diversifier leur portefeuille et d’investir dans d’ autres secteurs à savoir le pétrole et le gaz, l’agriculture et le secteur minier qui connaissent une croissance exponentielle en Afrique occidentale et centrale.

4. Une plus grande capacité pour les passagers et des cargaisons: Avec la croissance et la promotion du mouvement libre et gratuit des biens et services, «Projet Régional Sealink» devrait bénéficier de cette nouvelle capacité à transporter un plus grand fret et de passagers.

5. Facteurs économiques fondamentaux puissants: le projet jouira d’un statut de quasi-monopole grâce à sa liaison avec les ports de l’Afrique occidentale et centrale.

La proposition unique de Sealink veille à ce que l’entreprise est en mesure d’offrir une flotte moderne avec des équipements modernes de communication assurant la sécurité des passagers à bord et ainsi peut déterminer de meilleurs prix correspondant à la qualité du service offert.

NEXIM Banque – La Banque nigériane d’import-export a été créé par la Loi 38 de 1991 comme un organisme de crédit à l’exportation avec le vaste mandat de promouvoir la diversification de l’économie nigériane et l’approfondissement du secteur extérieur, en particulier non- pétrolier à travers l’octroi de crédit en devises locales et étrangères, installations à risques, par l’entremise de garantie de crédit pour l’export et de crédit d’assurance pour l’export , le développement des affaires et des services consultatifs financiers, etc.

Dans la poursuite de son mandat de promouvoir la diversification de l’export et l’approfondissement du secteur non pétrolier, les initiatives stratégiques actuelles de la Banque ciblent la stimulation de la création d’emploi et les gains de change dans les industries de la confection/fabrication, de la transformation des produits agricoles, des minéraux et des services (tourisme, transports et Divertissement).

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Nigerian Export-Import Bank (NEXIM).

Contact Presse:

Chinedu Moghalu

Chef du Département de la Communication entreprise

Nigerian Export-Import Bank (NEXIM)

Email: moghaluc@neximbank.com.ng

Phone:+234-9-460-3644; +234-808-835-3804

Website: http://www.neximbank.com.ng

WASHINGTON, 22 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — L’Afrique subsaharienne recense près de la moitié de toutes les terres utilisables non cultivées du monde mais, à ce jour, le continent n’est pas parvenu à développer les 202 millions d’hectares de terres disponibles pour mieux lutter contre la pauvreté, générer de la croissance, créer des emplois et promouvoir une prospérité partagée.

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé « Securing Africa’s Land for Shared Prosperity », rendu public aujourd’hui, les pays africains et les communautés pourraient mettre fin aux « accaparements des terres », accroître leur production agricole et améliorer leurs perspectives de développement, s’ils parviennent à moderniser, au cours de la décennie, les procédures complexes qui régissent le droit foncier et la gestion des terres en Afrique. L’Afrique a le taux de pauvreté le plus élevé au monde avec 47,5% de la population vivant avec moins d’1,25 dollar EU par jour.

« Malgré ses abondantes richesses en terre et en ressources minières, l’Afrique reste pauvre », déclare Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique. « Améliorer la gouvernance foncière est un impératif pour accélérer la croissance économique et faire en sorte qu’elle s’accompagne d’une réduction sensible de la pauvreté et créer plus d’opportunités pour les Africains, notamment pour les femmes qui représentent 70 % des exploitants agricoles du continent mais n’ont pas toutes accès aux terres à cause des lois coutumières. Le statu quo est inacceptable et la situation doit évoluer afin que tous les Africains puissent bénéficier de leurs terres».

Le rapport souligne que plus de 90% des terres rurales agricoles en Afrique ne sont pas enregistrées ce qui a pour conséquence de faciliter des phénomènes tels que l’accaparement des terres et l’expropriation sans dédommagement substantiel. Cependant, le rapport « Securing Africa’s Land for Shared Prosperity », citant des expériences pilotes menées avec succès dans des pays africains comme le Ghana, le Malawi, le Mozambique, la Tanzanie et l’Ouganda, propose un plan d’action en 10 étapes qui pourrait contribuer à révolutionner la production agricole, mettre un terme à « l’accaparement des terres » et éradiquer l’extrême pauvreté en Afrique.

Un plan d’action préconisant réformes et investissements

• Encourager les réformes et les investissements visant à améliorer le titrage et l’enregistrement des terres communales et individuelles.

• Régulariser les droits fonciers des squatters qui occupent des terrains publics, les bidonvilles abritant 60% des citadins africains.

• Améliorer la gouvernance foncière et lutter contre la corruption endémique en matière de gestion des terres qui, dans bon nombre de pays d’Afrique, heurte les intérêts des pauvres en maintenant le statu quo.

• Mobiliser la volonté politique des gouvernements africains afin de réformer le système foncier et encourager les partenaires au développement à soutenir ses réformes financièrement et politiquement.

Le nouveau rapport évalue à 4,50 milliards de dollars EU la somme que devront débourser sur 10 ans les pays africains et leurs partenaires au développement ainsi que le secteur privé, pour intensifier les réformes foncières et les investissements en la matière.

« Améliorer la performance et la productivité du secteur agricole en Afrique est indispensable si l’on veut une croissance généralisée, créer des emplois, attirer les investissements et une réduction significative de la pauvreté », souligne Jamal Saghir, directeur du développement durable pour la région Afrique de la Banque mondiale. « La gouvernance foncière s’avère un moyen efficace de propulser l’Afrique sur la voie du changement et garantir un meilleur avenir pour tous les Africains ».

Des conditions propices au changement

La flambée des prix des denrées de base et l’augmentation des investissements directs étrangers font qu’il est d’autant plus rentable d’investir dans la gouvernance foncière qui se traduit par de meilleurs rendements agricoles, un meilleur accès aux marchés et des prix plus avantageux. La plupart des pays d’Afrique ont déjà adopté des textes de lois reconnaissant les droits fonciers coutumiers et garantissant les droit des femmes à la propriété foncière, droits qu’il est cependant essentiel de renforcer.

De plus, les nouvelles technologies de l’information comme les satellites peuvent fortement réduire le coût d’administration des terres. En Afrique, un nombre croissant de pays ont recours à ces technologies pour réduire les frais de cartographie et topographie et ils informatisent leurs cadastres afin de réduire la corruption et alléger les procédures administratives.

Vingt-six pays africains ont mis en place au moins une station de référence à fonctionnement continu (CORS) et environ 50 CORS communiquent des données au système de référence géodésique africain qui, une fois achevé, fournira un cadre de référence géodésique unifié à travers le continent.

Les défis persistent

Avec seulement 10% des terres rurales enregistrées en Afrique, l’absence de gouvernance foncière fait que le transfert de propriété prend deux fois plus de temps et coûte deux fois plus cher par rapport aux pays industrialisés. De plus, la faible gouvernance est la cause principale de corruption dans le secteur foncier.

Le rapport souligne qu’ « à moins que les droits communaux et individuels ne soient enregistrés et que la gouvernance des terres ne soit améliorée, la récente vague d’investissements directs étrangers en Afrique subsaharienne ne se traduira pas par une croissance inclusive et durable, car la spoliation des communautés locales causera des troubles et les investissements ne porteront pas leurs fruits comme on l’a vu à Madagascar en 2009».

Le rapport cite des exemples de gouvernements africains qui sont parvenus à faire passer des lois difficiles et à progressivement réformer le système foncier au profit des communautés les plus pauvres. Illustrant la nécessité de renforcer les capacités administratives, le rapport souligne que le Ghana, le Kenya et l’Ouganda n’ont chacun pas plus de 10 arpenteurs-géomètres professionnels pour un million d’habitants contre 197 en Malaisie et 150 au Sri Lanka. Sur les 206 arpenteurs agréés du Kenya, 85 seulement étaient en activité. Le rapport fait remarquer qu’il est futile de renforcer les capacités sans réaliser des investissements complémentaires dans l’administration foncière.

« Les questions de gouvernance foncière sont au premier plan et au cœur du défi de développement de l’Afrique », déclare Frank Byamugisha, auteur du rapport et spécialiste des questions foncières pour la région Afrique de la Banque mondiale. «Ce rapport offre une feuille de route utile, axée sur les politiques pour garantir les droits fonciers des Africains en vue de promouvoir une prospérité partagée».

En 2002, au moins 20 pays d’Afrique subsaharienne avaient reconnu les droits fonciers coutumiers et l’égalité des sexes en la matière, un nombre qui a pratiquement doublé. La Commission de l’Union africaine a élaboré un plan stratégique de cinq ans pour la mise en œuvre d’une politique foncière d’ici 2016.

Le rôle de la Banque mondiale

Comme le souligne ce rapport, l’Afrique possède la plus grande superficie de terres cultivables au monde et garantir l’accès à la terre est fondamental pour ses millions d’habitants. Investir dans la gouvernance foncière bénéficiera tant au gouvernement qu’aux investisseurs et aux personnes privées de droits fonciers.

Le Groupe de la Banque mondiale approuve les directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale. Ces directives représentent un instrument international de vaste portée pour enrichir des réformes de politique spécifiques, notamment nos propres procédures et directives destinées à nos clients. Le Groupe de la Banque mondiale œuvre déjà de concert avec les pays en vue d’appliquer ces directives, en mettant plus particulièrement l’accent sur l’Afrique.

Le Groupe de la Banque mondiale et ses partenaires ont aussi élaboré le mécanisme intitulé « Land Governance Assessment Framework » (LGAF) en tant qu’outil de diagnostic pour évaluer la situation des terres au niveau des pays. Des évaluations du LGAF ont été réalisées ou sont en cours dans 18 pays, dont 10 en Afrique. Le Groupe de la Banque mondiale soutient 24 projets de gouvernance foncière pour un montant de 928 millions de dollars EU, sans doute la somme la plus importante investie dans ce domaine par une agence de développement international.

Pour en savoir plus:

Communiqué de presse: L’accès à la terre : une nécessité vitale pour les pauvres

Rapport complet:

http://www.worldbank.org/en/region/afr/publication/securing-africas-land-for-shared-prosperity

DAKAR, Sénégal, 22 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — L’Organisation de la Presse Africaine (APO) a salué lundi la nomination de M. Saïdou M. OUEDRAOGO à la fonction de Directeur de la Communication du Marketing et des Relations Publiques de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) (http://www.boad.org).

Photo de M. Saïdou M. OUEDRAOGO: http://www.photos.apo-opa.com/index.php?level=picture&id=586

L’APO a immédiatement exprimé « ses plus chaleureuses félicitations » au nouveau Directeur de la Communication de la BOAD.

« Je me réjouis d’autant plus de ce choix qu’il vient distinguer un ancien journaliste économique. (…) Je tiens à adresser tous mes vœux de succès à M. OUEDRAOGO et à l’assurer du plein soutien de l’Organisation de la Presse Africaine dans sa mission », a notamment déclaré le Secrétaire-Général de l’Organisation de la Presse Africaine (APO), Nicolas POMPIGNE-MOGNARD.

De nationalité burkinabé, Saïdou M. OUEDRAOGO est titulaire d’une Maîtrise de Lettres de l’Université de Ouagadougou.

Diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (France) en 1986, il intègre la rédaction du magazine Afrique-Elite, à Paris, avant de rejoindre la Télévision du Burkina en qualité de journaliste économique, poste qu’il occupera de 1988 à 1996.

En 1996, Saïdou M. OUEDRAOGO est nommé Directeur de la Communication de la Présidence du Burkina Faso.

Saïdou M. OUEDRAOGO est désigné Directeur du Patrimoine de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) en février 2009, avant d’être nommé Directeur de la Communication du Marketing et des Relations Publiques de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD).

La BOAD est l’institution commune de développement des finances des huit Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et le Togo.

Elle a pour but de promouvoir un développement équilibré de ses Etats membres et de favoriser l’intégration économique au sein de l’Afrique de l’Ouest en finançant des projets de développement prioritaires.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine.

Contact :

sec.sg@apo-opa.org

+41 22 534 96 97

TUNIS, Tunisie, 20 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) a approuvé, le 17 juillet 2013, au titre du Fonds africain de développement (FAD), un prêt de 22,56 millions de dollars EU, destiné à financer un projet de pistes communautaires au Sénégal. Ce projet vise à améliorer l’accès des populations rurales aux prestations socioéconomiques de base, ainsi qu’à augmenter les revenus et emplois ruraux. Au nombre des principales réalisations, sont prévues : i) le renforcement des capacités des communautés rurales (CR) dans la maitrise d’ouvrage des travaux ; ii) l’optimisation de 875 km de pistes, avec des infrastructures socioéconomiques associées ; et iii) l’entretien de 5 000 km de pistes réparties dans tout le pays, avec la mise en place d’un dispositif d’entretien durable permettant aux communautés rurales d’accéder aux ressources du Fonds d’entretien routier autonome (FERA), avec une dotation spéciale dédiée aux CR.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Au terme du projet, outre le désenclavement de 187 communautés rurales, 935 élus2 700 jeunes (dont 40% de femmes) ainsi que 126 agents (20% de femmes) des Agences régionales de développement (ARD) et des Services techniques déconcentrés seront formés à l’assistance à la maitrise d’ouvrage des travaux de pistes, et 2 000 emplois ruraux seront créés. Grâce au projet, les revenus devraient croître également de 20 % .

La Banque a financé une première phase, en appui au Programme national d’infrastructures rurales (PNIR), qui s’est achevée avec des résultats satisfaisants. Cette opération a donné lieu à 1 200 km de nouvelles pistes, qui ont permis d’améliorer les conditions de vie de quelque 1,5 million de personnes réparties dans 84 CR. Elle a été un levier important de renforcement du processus de la décentralisation et de la gouvernance locale, grâce à la maîtrise d’ouvrage des travaux confiée aux CR. Ces résultats justifient la poursuite du financement par la Banque d’une deuxième phase, qui permettra de de consolider les acquis de la première, de couvrir d’autres CR, et de désenclaver ainsi près de deux millions de personnes.

Le projet aidera à mettre à jour les informations sur le réseau de pistes non classées, grâce à la mise en place d’une banque de données ainsi qu’à la mise à niveau des responsables des CR en matière de maîtrise d’ouvrage des pistes rurales. Pour ce faire, les capacités des CR ou de leur regroupement en Groupement d’Intérêt Communautaire (GIC) seront renforcées, en vue d’améliorer leurs missions en matière de maîtrise d’ouvrage et de gestion de pistes rurales. Le projet donnera lieu à l’élaboration de manuels spécialisés sur la maitrise d’ouvrage et l’entretien des pistes, ainsi que d’outils ad hoc pour assurer le suivi et l’évaluation des impacts socioéconomiques et environnementaux, ainsi que la gestion – ou cogestion – des infrastructures de désenclavement. Leur large diffusion sera assurée au niveau des zones cibles.

Guichet concessionnel du Groupe de la BAD, le FAD contribuera à hauteur de 22,56 millions de dollars EU, assumant ainsi 33 % du coût total du projet. Les Fonds de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Le Fonds d’entretien routier autonome (FERA), les Communautés rurales et le gouvernement sénégalais couvriront le montant restant.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contact : COMU@AFDB.ORG ou Mamadou Abdoul KANE SNFO M.Kane@afdb.org

TUNIS, Tunisie, 20 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Dans une déclaration commune publiée le 19 juillet 2013 à Tunis en Tunisie, les institutions africaines ont apporté leur soutien au Fonds Afrique50 de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org), la présentant comme le principal véhicule financier de l’Afrique pour mobiliser des ressources à grande échelle et attirer des financements privés internationaux pour résorber le déficit en infrastructure de l’Afrique.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

“Nous, Mme Nkosazana Dlamini -Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Dr Carlos Lopes, secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), M. Donald Kaberuka, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), les communautés économiques régionales, les institutions régionales de financement du développement et l’Agence de planification et de coordination du NEPAD, renforçons notre coopération dans la quête de nouveaux instruments innovants pour augmenter de manière significative les investissements dans l’infrastructure régionale et continentale en appui à la transformation de l’Afrique », note le communiqué.

Ils « ont accueilli le Fonds Afrique50 comme un nouveau véhicule, crédible et innovant, pour le financement de l’infrastructure en Afrique ». La rencontre de Tunis a salué l’initiative de la BAD, considérée comme « un véhicule primordial pour que la vision et les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Afrique en termes de projets d’infrastructure régionale structurante soient réalisés ».

Le Fonds Afrique50 sera innovant dans sa conception et dans sa structure. Il favorisera la levée de financements pour l’infrastructure à partir de sources aussi diverses que les réserves des Banques centrales, les fonds de pension africains, les fonds souverains africains, la diaspora, les grosses fortunes africaines, etc.

Le Fonds Afrique50, dont le principe avait été entériné par les ministres des Finances lors des Assemblées annuelles de la BAD en mai 2013 à Marrakech, est une initiative qui œuvrera en partenariat avec les institutions régionales pour financer des projets transformationnels.

Flexible, efficace et commercial, le Fonds Afrique50 mettra un accent particulier sur la nécessité d’acheminer les fonds mobilisés par ses différents instruments dans des projets susceptibles d’assurer un retour sur investissement raisonnable aux investisseurs.

Son action portera sur l’infrastructure transcontinentale dont les projets prioritaires du Programme pour le développement de l’infrastructure en Afrique.

A l’ouverture de la cérémonielle président Kaberuka a réaffirmé l’engagement de la BAD à accompagner les efforts des pays africains en matière de financement de projets d’infrastructures. « La Banque africaine de développement, du fait de son expérience et de son mandat jouera un rôle de leader, mais il s’agit d’un instrument collectif, » a-t-il indiqué.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

TUNIS, Tunisie, 18 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le président de la Banque africaine de développement (http://www.afdb.org), Donald Kaberuka, la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, et le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Carlos Lopes, donneront une conférence de presse demain jeudi 19 juillet 2013 à 13 h à l’hôtel Mövenpick de Gammarth à Tunis, dans le cadre de la « Table ronde de Tunis sur le financement des infrastructures ». La séance d’ouverture de la table ronde, à 11h30, est également ouverte à la presse.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

C’est la première fois qu’une table ronde réunit tous les dirigeants des institutions africaines impliquées dans la conception et le financement de l’infrastructure : institutions politiques (Union africaine), institutions de financement du développement (BAD, banques régionales : BOAD, DBSA, PTA Bank, BDEAC…) et communautés économiques régionales (UMA, UEMOA, CEDEAO…).

La table ronde de Tunis est importante à plusieurs égards. D’une part, il s’agit de la première visite à Tunis de la nouvelle présidente de la Commission de l’Union africaine, et d’autre part, cette rencontre offre un cadre aux dirigeants des institutions africaines d’examiner les meilleurs voies d’assurer le financement des 68 milliards de dollars nécessaires pour la transformation de l’Afrique à travers une infrastructure moderne d’ici à 2020. Résoudre le problème des infrastructures en Afrique devrait permettre de dynamiser la croissance sur le continent de 2% par an en moyenne.

La table ronde examinera également le « Fonds Afrique 50 » lancé par le président Donald Kaberuka. Cette initiative a été saluée et soutenue par les ministres des Finances lors des Assemblées annuelles du Groupe de la BAD en mai 2013 à Marrakech au Maroc.

Les journalistes désireux de couvrir la table ronde et la conférence de presse ou sollicitant des interviews sont priés d’envoyer un mail à Olivia Nadine Ndong Obiang, Chargée des Relations avec les Médias.

Contact : T. +216 71 10 15 84 / C. +216 95 99 97 70 / o.ndong-obiang@afdb.org.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’information : http://www.afdb.org

TUNIS, Tunisie, 18 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (http://www.afdb.org) a approuvé le nouveau document de stratégie pays (DSP) de la République démocratique du Congo (RDC) pour la période 2013-2017. L’objectif principal de cette stratégie d’intervention de la Banque est d’aider la RDC à sortir de son état de fragilité en créant les conditions d’une croissance forte et inclusive, induite par un dynamisme accru des secteurs productifs de l’économie.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Au plan national, la priorité sera accordée au développement d’infrastructures durables susceptibles d’impulser la croissance économique, telles que l’énergie, le transport et les pistes rurales dans la zone centre définie autour de l’axe Ilebo-Tshikapa-Kananga-Mbuji-Mayi. Une attention particulière sera accordée à la contribution effective de ces infrastructures au renforcement du tissu communautaire et au développement des entreprises locales. Les infrastructures à réaliser seront conçues pour être résilientes à la variabilité et au changement climatique et pour renforcer les capacités d’adaptation des populations à ces phénomènes.

Le DSP apportera également un appui à la poursuite de réformes appropriées visant l’amélioration de la gouvernance centrale et sectorielle et l’assainissement du climat des affaires. L’objectif est d’améliorer la performance d’ensemble de l’économie et les capacités de l’administration publique à piloter l’économie et à induire une implication accrue du secteur privé dans la création de richesses et d’emplois.

Au plan régional, les choix stratégiques du DSP sont guidés par la situation privilégiée de la RDC en Afrique Centrale, notamment sa taille, sa frontière commune avec neuf autres pays et son immense potentiel naturel. Cette position comporte en effet des atouts exceptionnels au plan de l’intégration régionale, notamment en matière d’échanges commerciaux avec les pays de la région qui doivent être dynamisés et intensifiés.

Le DSP est articulé autour des deux piliers complémentaires suivants : le Développement d’infrastructures de soutien à l’investissement privé et à l’intégration régionale et le Renforcement des capacités de l’Etat en vue d’accroitre les recettes publiques et asseoir un cadre incitatif pour l’investissement privé. Les actions prévues sont conçues pour se renforcer mutuellement et pour accroitre l’effet de levier de l’assistance de la Banque. Le pilier infrastructure sera mis en œuvre pour assurer un effet d’entrainement sur la croissance de l’investissement privé dans les secteurs productifs de l’économie. Le deuxième sera consacré au renforcement des capacités de l’Etat à assurer une gouvernance économique améliorée et incitative pour l’investissement privé.

Pour la mise en œuvre de cette stratégie, la Banque compte mobiliser environ 860 millions de dollars américains au cours des cinq prochaines années.

La BAD a un Bureau national à Kinshasa depuis 2007.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’information : http://www.afdb.org

Contact:

Bureau National de la BAD à Kinshasa- RDC

294, Boulevard du 30 juin- Immeuble de la BCDC au 6ème étage

Représentant Résident, Valentin Zongo ; v.zongo@afdb.org

Tel: +243 815 560 291 ; Fax : +243 815 560 294

TUNIS, Tunisie, 17 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) a approuvé, ce 17 juillet, une ligne de crédit (LdC) à moyen terme, d’un montant de 75 millions de dollars EU à Fidelity Bank Plc. Celle-ci est destinée à financer des projets sélectionnés dans des secteurs cruciaux pour le programme de transformation et la croissance économique du Nigéria, tels que les infrastructures, l’industrie manufacturière et les PME. Cette LdC sera complétée, dans la mesure du possible, de 75 millions de dollars EU supplémentaires abondés via la syndication menée par la BAD.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Banque locale érigée en banque universelle, Fidelity Bank Plc est opérationnelle depuis 2001. Comptant plus de 200 succursales réparties dans les six zones géopolitiques du Nigeria, elle est particulièrement bien placée pour mettre à profit les opportunités qui s’offrent dans différents secteurs et diversifier ses risques. En décembre 2012, le total des fonds propres de Fidelity s’élevait à 1,04 milliard de dollars EU. La banque est classée parmi les six premières banques du Nigeria en termes de fonds propres, et à la huitième place en ce qui concerne les dépôts et l’ensemble des actifs. La ligne de crédit complètera les autres efforts de mobilisation de ressources de Fidelity, grâce à la mobilisation de dépôts et aux lignes de financement octroyées par les institutions financières de développement (IFD) et les banques commerciales, et grâce aux profits générés par sa récente émission d’obligations.

La LdC de la BAD contribuera à combler le déficit de financement de Fidelity, en fournissant les liquidités qui lui sont nécessaires à plus long terme, pour répondre aux exigences de son portefeuille dans un contexte où le marché financier, qui a tendance à préférer plutôt les liquidités à court terme, prohibe l’accès à des prêts sur le moyen et long terme. Ce financement permettra à Fidelity de mieux servir et financer ses clients, d’accroître la durée des prêts pour des sous-projets, et d’augmenter son portefeuille de prêts, notamment dans les secteurs des infrastructures et de l’industrie manufacturière. 20 % des produits de la LdC cibleront les PME.

Cette LdC souligne l’impact positif des efforts de la Banque centrale du Nigéria, pour renforcer son cadre de supervision, stabiliser et instaurer la confiance dans le système financier local, tout en améliorant les flux de crédits et de liquidités. Cette LdC envoie un signal fort, confirmant la stabilité retrouvée du secteur financier du Nigeria, et le retour de la confiance dans le secteur bancaire du pays. Elle est aussi un symbole du rôle de partenaire que joue la BAD dans le soutien au secteur privé, en tant qu’acteur majeur dans la consolidation de l’économie nigériane. De plus, elle souligne aussi l’engagement de la BAD à soutenir ses pays membres régionaux et leurs gouvernements, dans le renforcement de leurs marchés financiers, la diversification de leurs économies et la modernisation de leurs infrastructures, en vue de favoriser la participation et une contribution plus importantes du secteur privé au développement économique.

Enfin, cette transaction contribuera à améliorer l’accès à des liquidités sur le plus long terme dans le secteur bancaire, à accroître les revenus du gouvernement, à substituer la production locale aux importations et à créer des emplois.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contacts :

Sabrina Hadjadj Aoul, chargée de communication, T. +216 71 10 26 21 / +216 98 70 98 43 / s.hadjadjaoul@afdb.org

Lilian Macharia, chargée principale d’investissement, T. +216 71 10 26 81 / l.macharia@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

TUNIS, Tunisie, 17 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Sous l’égide de l’Union africaine (UA), de la BAD (http://www.afdb.org) et de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), les dirigeants des principales organisations économiques africaines se réunissent à Tunis le 19 juillet 2013 dans le cadre d’une table ronde de haut niveau pour échanger sur le financement des infrastructures.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Les discussions porteront sur la recherche de voies et moyens pour des financements innovants afin de soutenir le développement de l’Afrique et ce, conformément à la vision des leaders africains de “transformer le continent sur les 50 prochaines années. ». C’est dans ce contexte que la réunion de Tunis vise à renforcer la collaboration de la BAD avec les communautés économiques régionales d’une part, et avec les institutions de financement du développement d’autre part.”

Les besoins financiers du cadre stratégique de la transformation de l’Afrique à travers une infrastructure moderne, le Programme pour le développement de l’infrastructure en Afrique, s’élèvent à 68 milliards USD d’ici à 2020. Le « Fonds Afrique 50 » lancé par le président Donald Kaberuka et qui a été salué et soutenu par les ministres des Finances lors des Assemblées annuelles de la BAD en mai 2013 à Marrakech, vise à résorber le déficit des financements des infrastructures sur le continent.

Désormais l’Afrique doit profiter de ses propres réservoirs de capitaux pour financer son développement. En se fondant sur son mandat et sa position avantageuse de catalyseur financier, la BAD s’est engagée à jouer un rôle de premier plan dans cet effort de mobilisation de ressources. er, à travers son « Fonds Afrique 50 », les fonds pour financer le déficit en infrastructures..

Alors que le financement de l’infrastructure régionale s’est fait de manière dispersée et par à-coups, le « Fonds Afrique 50 » ambitionne d’établir un cadre mieux coordonné et délibéré pour accroître les niveaux de financement requis pour accélérer l’agenda de transformation de l’Afrique. Il constitue l’un des moyens qui permettront à des financements innovants d’apporter une solution aux défis de l’Afrique en utilisant ses ressources propres.

Les récentes découvertes de pétrole et de gaz, ainsi que de nouveaux dépôts de minerais dans un certain nombre de pays africains, fournissent une source viable de financement pour le développement de l’infrastructure de l’Afrique, en grande partie à partir de ses ressources endogènes. Si les revenus en découlant sont bien gérés et bien utilisés, ils peuvent être investis dans l’infrastructure essentielle pour la transformation du continent et ainsi contribuer directement à la vision de l’Union africaine de 2063 d’une « Afrique intégrée, prospère et paisible, conduite par ses propres citoyens et représentant une force dynamique dans l’arène mondiale ».

Participeront à la table ronde Mme Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la CUA, M. Carlos Lopes, secrétaire exécutif de l’UNECA, M. Donald Kaberuka, président de la BAD, ainsi que les premiers responsables des communautés économiques régionales et des institutions régionales de financement du développement.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

Contacts : Chawki Chahed, chargé de communication principal, T. +216 71 10 27 02 / C. +216 98 70 31 68 / c.chahed@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’informations veuillez consulter le site de la BAD : http://www.afdb.org

DUBAÏ, Émirats Arabes Unis, 17 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Dans une initiative stimulée par le développement économique continu, la croissance soutenue de la population et l’émergence de nouveaux consommateurs dans les secteurs industriels diversifiés, 3M Moyen-Orient et Afrique (http://www.3m.com) a annoncé une nouvelle structure pour ses opérations en Afrique.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/3m.png

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/walid-feghali.jpg (Walid Feghali, Managing Director 3M Africa)

Avec pour objectif d’améliorer sa couverture géographique sur le continent africain et accélérer la croissance future, les activités de 3M dans le continent africain ont été divisées en deux zones séparant 3M Afrique du Sud du reste des pays africains. 3M d’Afrique a été introduit comme une nouvelle région et il comprendra le Nord, l’Est, les pays d’Afrique Centrale et d’Afrique d’Ouest et qui incluent l’Égypte, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, les pays Francophones, le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo , la Zambie, l’Angola, le Nigeria et le Ghana.

La deuxième région de 3M sur le continent sera 3M Afrique du Sud et elle sera composée de l’Afrique du Sud et ses pays frontaliers communs qui sont la Namibie, le Botswana, le Zimbabwe et le Mozambique. La nouvelle structure a été parfaitement alignée avec la région générale du Moyen-Orient et Afrique, et qui sera dirigée par Walid Feghali, tandis que le directeur général de 3M Afrique pendant que Ismail Mapara dirigera 3M Afrique du Sud et d’autres pays qui incluent Madagascar, Botswana, Zimbabwe, Malawi, Lesotho, Seychelles, etc.

Dans ce sens, M. Feghali a dit: «Six des pays les plus dynamiques au monde se situent en Afrique et le continent a été une priorité pour nous. La restructuration de notre organisation en Afrique va nous aider à élargir notre présence, explorer de nouvelles possibilités et à renforcer les compétences locales afin d’augmenter la pénétration. Ce développement est un témoignage de l’engagement de 3M pour soutenir notre vaste réseau de clients dans les marchés du Moyen-Orient et d’Afrique « .

3M est présent en Afrique du Sud depuis plus de 40 ans, et depuis plus de 10 ans dans la région d’Afrique du Nord, alors que les opérations au Kenya et au Nigeria ont été établies en 2012 et au cours des années, 3M a établi une forte présence dans les domaines de soins sanitaires, la sécurité, la communication et les industries d’automobile, tandis que l’exploitation minière, pétrolière et gazière, la consommation et l’énergie sont les segments potentiels de croissance future. Plus de 400 personnes sont employées avec 3M à travers l’Afrique.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour 3M.

À propos de 3M

3M (http://www.3m.com) capture l’étincelle de nouvelles idées et les transforme en milliers de produits ingénieux. Notre culture de collaboration créative inspire un flux incessant de technologies puissantes qui améliorent la vie. 3M est la société d’innovation qui ne cesse jamais d’inventer. Avec 30 milliards de dollars de ventes, 3M emploie environ 88.000 personnes dans le monde et exerce ses activités dans plus de 70 pays. Pour de plus amples informations, visitez le site http://www.3m.com ou suivez @3MNews sur Twitter.

Pour tous renseignements pour le media, veuillez contacter:

Alexandra Awad

3M Gulf

T: + 971 4 3670777

aawad@mmm.com

Venicia Vessoaker

GolinHarris Dubai

T: + 971 4 3323308

vvessoaker@golinharris.com

DURBAN, Afrique du Sud, 16 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Le premier groupe de registres et bureaux d’enregistrement d’Internet a signé de nouveaux accords avec l’ICANN (http://www.icann.org), propulsant de nouveaux noms de domaine génériques de premier niveau (gTLD) dans la dernière ligne droite avant leur activation en ligne.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/icann.jpg

Photo : http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/icann-durban-opening-ceremony.jpg (Le président et directeur général de l’ICANN, Fadi Chehadé, ouvre la 47e réunion publique de l’ICANN à Durban, en Afrique du Sud)

« Il s’agit d’un accomplissement exceptionnel », a déclaré Fadi Chehadé, président et directeur général de l’ICANN. « Nous entamons la dernière étape avant l’activation des TLD dans le serveur racine d’Internet. »

M. Chehadé a formulé ces commentaires lors de la signature officielle à l’occasion de la séance d’ouverture de la 47e réunion publique de l’ICANN à Durban, en Afrique du Sud.

Trois sociétés ont signé l’Accord de registre (AR) et cinq autres ont signé l’Accord d’accréditation des bureaux d’enregistrement (ABE), qui inclut des bureaux d’enregistrement du Sénégal, d’Australie, de France et des États-Unis.

Les registres opèrent des domaines de premier niveau. Les bureaux d’enregistrement sont les entités auprès desquelles les noms de domaine sont enregistrés.

Les trois registres ont déposé des demandes pour des noms de domaine de premier niveau utilisant des caractères linguistiques arabes, chinois et cyrilliques.

Au cours de son intervention, M. Chehadé a également rendu hommage à Nelson Mandela, l’ancien président de l’Afrique du Sud de renommée mondiale, qui est actuellement hospitalisé. M. Chehadé a affirmé que les philosophies de Mandela devraient servir de principes directeurs au sein de l’écosystème Internet.

« Nous devons réaliser que nous sommes intrinsèquement interdépendants et nous devons donc apprendre à être conciliants. L’Afrique, à l’instar de Madiba [le nom de clan de Mandela], définit cette vision », a expliqué M. Chehadé. « Nous devons conserver l’esprit de Madiba. »

Le Dr Elham Ibrahim, Commissaire de l’Union africaine chargé des infrastructures et de l’énergie, a expliqué aux participants : « Internet est l’un des plus grands cadeaux publiques du 20e siècle. »

« Les noms de domaine africains apporteront des avantages financiers, économiques et socioculturels au continent », a ajouté M. Ibrahim.

À propos de l’ICANN, le Dr Hamadoun Touré, secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications, a affirmé dans une allocution vidéo qu’il existe un besoin de définir un « objectif visant à travailler ensemble en cultivant une relation basée sur la collaboration et la coopération ».

« Dans un environnement en rapide évolution et en mouvement constant, il n’y a pas de solutions permanentes ni même à long terme », a expliqué M. Touré. « Ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera pas nécessairement demain. Nous devons ouvrir un dialogue continu. »

La réunion de Durban de l’ICANN se poursuivra jusqu’au jeudi 18 juillet.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet).

Pour télécharger des photos en haute résolution de la séance d’ouverture de l’ICANN, rendez-vous à l’adresse :

http://www.flickr.com/photos/icann/sets/72157634649384908

Pour en savoir plus sur l’Accord de registre, le groupe initial des signataires et les domaines de premier niveau concernés, rendez-vous à l’adresse : http://newgtlds.icann.org/en/announcements-and-media/announcement-15jul13-en

Pour lire un article de blog sur les accords rédigé par le président de la Division des domaines génériques, rendez-vous à l’adresse : http://blog.icann.org/2013/07/2013-raa-and-rya-signings-kick-off-icann-47-in-durban/

CONTACTS AUPRÈS DES MÉDIAS :

Brad White

Directeur des Affaires médias internationales de l’ICANN

Washington, D.C.

Tél. : +1 202.570.7118

brad.white@icann.org

Andrew Robertson

Relations publiques d’Edelman

Londres, Royaume-Uni

Tél. : + 44 (7811) 341 945

andrew.Robertson@edelman.com

James Cole

Coordinateur médias internationaux de l’ICANN

Washington, D.C.

Tél. : +1 202.570.7240

James.cole@icann.org

À propos de l’ICANN (http://www.icann.org) : L’ICANN se donne pour mission d’assurer le fonctionnement stable, sûr et unifié du réseau Internet sur le plan mondial. Pour contacter quelqu’un sur Internet, on doit saisir une adresse sur un ordinateur (un nom ou un chiffre). Cette adresse doit être unique, afin que les ordinateurs puissent s’identifier mutuellement. L’ICANN coordonne ces identifiants uniques à l’échelle planétaire. Sans une telle coordination, nous n’aurions pas de réseau internet mondial. L’ICANN a été fondée en 1998. Il s’agit d’un organisme à but non lucratif, avec des contributeurs du monde entier qui s’attachent à préserver la sécurité, la stabilité et l’interopérabilité du réseau Internet. L’organisme favorise la concurrence et développe des politiques en matière d’identifiants uniques sur Internet. L’ICANN ne contrôle pas les contenus présents sur Internet. Elle ne peut pas faire cesser les spams, et ne s’occupe pas de l’accès à Internet. Néanmoins, grâce au rôle de coordination qu’elle assume en ce qui concerne le système de noms de domaine sur Internet, l’ICANN exerce une influence importante sur l’expansion et l’évolution de ce réseau.Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.icann.org.

TUNIS, Tunisie, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA) et Donald Kaberuka, Président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) se réuniront à Tunis le 19 Juillet 2013 autour d’une table ronde axée sur les financements innovants visant à l’augmentation du financement de l’infrastructure sur le continent africain conformément à la vision de l’Afrique pour les 50 prochaines années.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank-2.png

Les leaders des principales organisations africaines impliquées dans l’élaboration et le financement de l’infrastructure sur le continent africain examineront le « Fonds Afrique 50 » adopté en mai dernier par le Conseil des Gouverneurs de la Banque Africaine de développement lors des Assemblées Annuelles du Groupe.

Ibrahim Assane Mayaki, directeur général de la Planification et de la Coordination du NEPAD, les secrétaires généraux de toutes les Communautés économiques régionales (CER) et les présidents ou directeurs généraux des institutions financières de développement sous régionales africaines (IFD) prendront également part à la rencontre.

Objet : L’accroissement du financement de l’infrastructure en Afrique conformément à la vision de l’Afrique pour les 50 prochaines années.

Date : Vendredi 19 juillet 2013

Heure : 10h30

Lieu : Hôtel Mövenpick, Gammarth – Tunis

Contact : Olivia Ndong Obiang, o.ndong-obiang@afdb.org

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement (BAfD).

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 29 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’informations veuillez consulter le site de la BAD : www.afdb.org

DAKAR, Sénégal, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, a aujourd’hui annoncé l’octroi d’un prêt de 30 millions d’euros à l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar afin de financer une partie de son plan de rénovation, ainsi que l’acquisition de nouvel équipement et la rénovation de ses bâtiments. Ces investissements permettront à l’ASECNA de continuer à améliorer la qualité de ses services et de maintenir ses excellents résultats en matière de sécurité.

L’ASECNA est présente dans 17 pays d’Afrique de l’Ouest et centrale ainsi qu’à Madagascar. L’agence prévoit d’acquérir un nouvel équipement de navigation aéroportuaire, des infrastructures énergétiques et de communication, et de rénover les bâtiments de tour de contrôle dans la majeure partie de ces pays.

« Cet accord marque le début d’une coopération entre l’ASECNA et IFC en vue de soutenir le développement d’un secteur de l’aviation sûr en Afrique subsaharienne. IFC s’engage à encourager l’augmentation des investissements dans les infrastructures, essentiels à la poursuite du développement économique de l’Afrique », a affirmé Vincent Gouarne, directeur chargé des infrastructures et des ressources naturelles pour le département Industrie mondiale d’IFC

L’ASECNA a été créée en 1959 à la suite d’un accord entre les anciennes colonies françaises en Afrique. L’agence se compose de 18 pays membres (le Bénin, la Guinée Bissau, le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, les Comores, le Congo, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale, la France, le Gabon, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo). L’ASCENA est chargée de la conception, de la mise en œuvre et de la gestion des structures et services liés à la transmission de messages et d’informations sur le trafic, du contrôle du trafic aérien, de la prévision et de la communicationd’informations météorologiques, des itinéraires, de l’approche et de l’atterrissage des appareils dans les aéroports des pays membres africains.

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — A l’issue d’un second tour de négociation tenu à Moroni du 3 au 5 juillet 2013, les délégations de l’Union des Comores et de la Commission européenne ont paraphé un nouveau protocole d’accord de pêche.

M. Mohamed Halifa, Délégué en charge de l’Agriculture et de la Pêche auprès de la

Vice-présidence en charge du Ministère de la Production, de l’Environnement, de l’Energie, de l’Industrie et de l’Artisanat était à la tête de la délégation comorienne.

Les négociations et les discussions se sont déroulées dans une atmosphère très constructive qui reflète la richesse du dialogue qui lie l’Union européenne et l’Union des Comores au niveau bilatéral, comme au niveau régional et international.

M. Emmanuel Berck (Chef adjoint de l’Unité Accords Bilatéraux et Contrôle dans les

Eaux internationales de la Direction Générale des Affaires Maritimes et de la Pêche /

Commission européenne) a souligné que ces accords, qui promeuvent une pêche responsable et durable, sont négociés dans un souci d’équité et d’amélioration de la gouvernance du secteur.

Le nouveau protocole, qui prendra effet au 1er janvier 2014 à l’expiration du protocole actuel, couvre une période de 3 ans. Il permettra à la flotte européenne de poursuivre – dans la continuité – ses activités dans la zone de pêche de l’Union des Comores et au pays de bénéficier d’un appui à la mise en oeuvre de la politique de développement du secteur de la pêche.

Le protocole octroie à l’Union européenne des droits annuels de pêche en thonidés et autres grandes espèces migratrices pour 42 senneurs et 20 palangriers sur base d’un tonnage de référence de 6.000 tonnes. Il permet également la continuité du suivi scientifique de ces ressources migratrices à travers l’Océan Indien.

En retour, les Comores recevront une redevance annuelle de 600 000 EUR, dont

300 000 EUR sont affectés à mettre en oeuvre la politique de développement du secteur de la pêche.

L’appui sectoriel de l’Union européenne doit permettre d’appuyer le développement de l’industrie de la pêche aux Comores, le renforcement des capacités techniques et humaines de l’administration comorienne avec en perspective l’amélioration de la gouvernance du secteur.

En plus de la contribution financière de l’Union européenne, les armateurs européens vont également accroitre significativement leur propre contribution financière – basée sur les captures, en conformité avec les orientations de la réforme de la politique commune de la pêche de l’UE, qui appelle les industriels européens à assumer et payer un tarif équitable et proportionné pour les ressources qu’ils exploitent.

Ce protocole va également renforcer la coopération entre les deux parties, particulièrement en matière de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Le contrôle et la surveillance des pêches seront améliorés grâce à l’introduction à terme du système de transmission électronique des captures – dit ERS (Electronic Reporting System), qui renforcera la fiabilité des déclarations de captures et alimentera en données exactes les mécanismes scientifiques d’évaluation des ressources en poissons.

En dernier lieu, les deux parties se sont engagées à respecter à la lettre toutes les recommandations formulées par la Commission Thonière de l’Océan Indien (CTOI) et à renforcer leur coopération avec cette institution.

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 15 juillet 2013/African Press Organization (APO)/ — Les efforts pour l’accélération du processus d’intégration régionale au sein de l’espace Ouest africain ont franchi un nouveau pas, avec la réunion tripartite entrela Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),L’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (L’UEMOA), et le Groupe de la Banque mondiale. Au terme de deux jours de concertations, du 11 au 12 Juillet 2013 dans la capitale ivoirienne, les trois institutions ont décidé de renforcer leur coopération en vue d’impulserle développement intégré de l’Afrique de l’Ouest qui regroupe plus de 300 millions d’habitants.

«Les bonnes perspectives économiques que connaissent la plupart des Etats de cette région ainsi que l’existence d’un potentiel de ressources naturelles et une population jeune constituent de réellesopportunités. Cependant, il existe des défis majeurs,la zone souffrant notamment du faible degré de fiabilité des systèmes de transport, d’électricité, conjugués à l’existence de nombreux obstacles au mouvement des biens, capitaux et personnes au sein de la sous-région» estime Mme Marie-Françoise Marie Nelly, Directrice des Operations de la Banque mondiale pour le Nigeria et coordonnatrice des programmes régionaux pour l’Afrique de l’Ouest. A cela s’ajoutentlesproblèmes de développement et de sécuritétransfrontalière, notamment dans la bande sahélo-saharienne qui nécessitent un leadership et une volonté politique des dirigeants de la CEDEAO.A l’ouverture de leurs travaux, les participants ont suivi un message vidéo du Vice-Président de la Banque mondiale pour la Région Afrique, MakhtarDiop, les exhortant à œuvrer pour une accélération de la mise en œuvre de l’agenda sous régional afin de répondre aux attentes des populations en matière de développement.

«Il y a eu beaucoup d’efforts qui ont été faits dans le domaine de l’intégration, en dépit des nombreuses contraintes. Il va falloir maintenant accélérer le processus,à travers des projets transformateurs et prioritaires pour notre région articulés notamment autour de la sécurité et la stabilité ; la libre circulation des biens et des personnes, l’amélioration des infrastructures telles que l’énergie etle transport, la relance de l’agriculture et le développement des capacités» a déclaré de son côté Mr.KadréDesiréOuedraogo, Président de la Commission de la CEDEAO.

Le Représentant du Président de la Commission de l’UEMOA, Mr.Christophe Joseph Dabiré, Commissaire en charge du département du marché régional, du Commerce, de la Concurrence et de la Coopération a pour sa part indiqué que son institution devra davantage s’impliquer dans la résolution des crises politiques et sécuritaires qui compromettent l’avenir de la sous-région.

A l’issue de leurs travaux les parties prenantes ont salué les avancées enregistrées puis convenu d’intensifier leurs efforts dans six grandes thématiques à savoir : l’énergie, l’agriculture et le commerce, le Transport d’une manière globale, la question sécuritaire au Sahel, le Climat des Affaires et les Centres d’Excellence. La réunion a en particulier abouti à des conclusions spécifiques suivantes :

Au titre du Transport aérien, les participants, préoccupés par les contraintes liées auxcoûts et à la connectivité ont relevé la nécessité de la mise en œuvre par les Etats des reformes déjà prises au niveau régional.

Concernantl’Energie,ils ont souligné la nécessité delibérer le potentiel de production énergétique de certains Etats membres et d’améliorer la performance des sociétés de distribution.

Pour leSahel, la réunion a souligné la nécessité d’une coordination des différentes approches et intervenions de développement dans le Sahel par les institutions régionales.

S’agissant de l’Agriculture, l’urgence dans la mise en œuvre de politiques agricoles régionales favorisant la compétitionet l’intégration des marchés a été relevée.

Au titre de l’Environnementdes Affaires et facilitation duCommerce, les participants ont, pour favoriser un marché intra-africain, recommandé une forte volonté politique pour lever les barrières et entraves au mouvement des biens.

Pour ce qui est desCentres d’Excellences, la réunion suggère de veiller à une cohérence entre le projet de la Banque mondiale des Centres d’Excellence africains et le programme de l’UEMOA.

.

La réunion d’Abidjan s’inscrit dans le cadre de l’appui à la mise en œuvre de la stratégie régionale de réduction de la pauvreté conjointement élaborée par la CEDEAO et l’UEMOA en 2006 et la vision 2020 de la CEDEAO aspirant à ériger un espace sans frontière, paisible et prospère.

Le Plan d’action pour la région ouest africaine qui définit les prioritésés et programmes d’intervention de la Banque.

Les interventions de la Banque pour la région ouest africaine sont consignées dans un plan d’action en cohérence avec les piliers stratégiques de la Stratégie d’Aide à l’Intégration Régionale (RIAS) pour l’Afrique subsaharienne adoptée en 2008.

Pour rappel, l’appui de la BM à l’intégrationrégionales’articule autour des 3 piliers du RIAS : infrastructure régionale; coopération institutionnelle pour l’intégrationrégionale;biens publics régionaux. Depuis 2001, la Banque mondiale a investi près de 1.8 milliards USD dans des projets et opérations sous-régionales en Afrique de l’Ouest, ce qui a permis de lever des co-financements auprèsd’autres bailleurs et secteurs privés.