Conformément à la volonté des régulateurs, le Projet « Informal Bonds » change d’appellation. En effet, un vote s’est tenu en présence des Membres du Groupe de Travail et des Membres de l’Advisory Board qui ont rebaptisé le Projet « Inclusive Bonds ».

L’Inclusive Bond consiste à une émission obligataire spécifiquement destinée au financement des Très Petites Entreprises et du Secteur Informel. Cette émission a la particularité d’être orientée suivant un certain nombre de secteurs (Artisanat, Agriculture, Transport, …) mais surtout d’être garantie par 3 parties prenantes : L’État (entre 20% et 50%), les Institutions de Financement Internationales (entre 20% et 50%) et les Bénéficiaires de l’informel (jusqu’à 30%).

Le 17 Mars et le 7 Avril dernier, se sont déroulées les présentations des résultats de l’Étude de faisabilité de ce Projet respectivement auprès des Régulateurs du Marché Financier d’Afrique Centrale et d’Afrique de l’Ouest. C’était en présence des Présidents des dites institutions, à savoir Mr l’Ambassadeur Nagoum YAMASSOUM pour la COSUMAF et Mr Badanam PATOKI pour le CREPMF.

Lors de ces échanges, les Régulateurs ont encouragé la mise sur pied des Opérations-Pilotes tout en précisant leurs souhaits de voir le Taux d’intérêt pour les Bénéficiaires (ou emprunteurs) réduit le maximumpossible. En effet, en cas de succès des Pilotes, un effet volume sur ces opérations bénéficierait aux principalesparties-prenantes (Garants, Emetteurs, Arrangeurs, Structureurs, Agences de Notation, Groupements, FinTech, …) qui allégeraient leurs coûts/rémunérationsen conséquence.

Quant à la BCEAO, lors de la présentation de l’Étude, tout en encourageant le Projet, elle a précisé son souhaitde voir un processus de sélection qui soit le plus « Inclusif » possible, en incluant davantage de nouveaux bénéficiaires.

Il est également prévu dans le cadre de ce Projet, de la Mise en Place d’un Bureau d’Information sur le Secteur Informel, qui regrouperait un ensemble de données financières et extra-financières des micro-entrepreneurs.

Le Groupe de Travail, dorénavant coordonné par l’UNECA (Commission Économique des Nations Unis pour l’Afrique) s’est donc donné pour objectif de réaliser les Opérations-Pilotes au courant de ce deuxième semestre 2022 avec parmi les premiers secteurs ciblés, celui du Commerce intra-frontalier qui a beaucoup souffert de la pandémie de COVID-19.

Le Groupe de Travail est constitué des Administrations Publiques des 3 Pays-Pilotes (Côte d’IvoireSénégal et Cameroun) ainsi que des Institutions Internationales suivantes : UNECA, AFREXIMBANK, African Guarantee Fund, Fonds de Solidarité AfricainBOAD, BOAD Titrisation, BVMACBRVM,PROPARCO, PNUD, BPI France, BADEABIO-INVEST, GIM-UEMOA, GGGI, BOPAO – WAACEAOCTAH-WACTAF.

Ce Groupe de Travail est modéré par le Cabinet FinAfrique (Initiateur du Projet Inclusive Bond) et LB Global Consulting.

Pour rappel, dans le cadre de ce Concept, l’État et les Institutions de Financement, ont la charge de sélectionner une Structure de Microfinance crédible pour jouer le rôle d’émetteur. Il est ensuite à la charge de cette Microfinance, « émetteur désigné », de sélectionner pour un secteur donné, des Groupements/Coopératives ayant fait preuve de bonne gouvernance opérationnelle et financière car ce sont ces derniers qui procèdent à la désignation au sein de leurs adhérents, des Emprunteurs « bénéficiaires désignés » de cette opération.

Pour une émission de grande taille et qui attirerait ainsi les grands investisseurs, c’est un FCTC (Fonds Commun de Titrisation de Créances) qui jouerait le rôle d’émetteur et qui contractualiserait ensuite avec les Microfinances (préalablement sélectionnées) des différents pays concernés par l’émission.

Le 1er Juin dernier, sur invitation de la BVMAC et de l’ASEA (Association des Bourses Africaines) le Concept Inclusive Bond a été présenté lors de la 10èmeEdition du BAFM – Building African Financial Markets Seminar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here