Initiée par Orla Enright et Diana Boadu Amoatin, la Green Exchange, la Bourse des obligations vertes, entend lever 2 millions de dollars d’ici juillet pour construire une plateforme virtuelle dette et equity. La Green Exchange table sur 5 milliards de dollars d’émissions d’obligations vertes sur les 5 prochaines années principalement au Nigéria, au Ghana et au Kenya. Instrument essentiel de la finance climat, la Bourse verte permettra d’attirer des capitaux pour le financement des projets participant à la lutte contre le rehaussement climatique et à la transition énergétique.Selon les estimations, 1000 milliards de dollars d’obligations vertes seront émises au courant


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis