Le président gabonais, Ali Bongo, le 25 juin 2021 à Libreville. (Image d'illustration) © WEYL LAURENT/AFP
Par Jacques Dominique, Libreville Le 8 mars, alors que la communauté célébrait la Journée internationale des droits de la femme, Ali Bongo Ondimba, le président gabonais a remanié, à la surprise quasi générale, son gouvernement. Ce n’est pas un véritable chamboulement, mais les choix du numéro un gabonais laissent aisément croire qu’il pousse déjà ses pions dans la perspective de la présidentielle de 2023. Au ministère de l’Intérieur, le verrou Lambert Noël Matha n’a pas bougé. Ce natif de Brazzaville à la silhouette longiligne est au cœur du système électoral gabonais depuis 4 décennies. C’est le cerveau électoral du système


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis