A la UneLa dette souveraine entrave-t-elle la reprise de l'Afrique face...

La dette souveraine entrave-t-elle la reprise de l’Afrique face au COVID-19 ?

-

Par Professor Carlos Lopes, Université du Cap.


Bien que l’Afrique soit la région la moins endettée par rapport au PIB ou par habitant, elle est la plus touchée par la pression de la dette souveraine, elle contribue également le moins aux émissions de gaz à effet de serre mais est la plus touchée par le changement climatique. Ainsi, le triste paradoxe de l’Afrique, zone la moins infectée par le COVID-19 mais la plus éprouvée par son impact, n’est pas une surprise.

La pandémie a accéléré le traitement inégal de l’Afrique, poussé par les règles et les systèmes de gouvernance économique mondiale. Il a exposé les implications pratiques des inégalités – notamment les différences dans la capacité de l’État à limiter l’impact socio-économique des confinements – a révélé l’hyper-dépendance des chaînes de valeur essentielles, envers la Chin en particuliere, et a révélé à la fois les vulnérabilités du système de financement international et les limites de sa coordination.

Certaines questions vitales restent en dehors du don des dirigeants et des peuples africains, notamment le sujet de la dette. Jusqu'à présent, le prêt était régi par la maxime d'éviter d'alourdir le fardeau de la dette déjà élevé, «vous êtes trop endetté ; par conséquent, nous ne vous prêterons pas plus». Mais ce principe de précaution n'est pas appliqué de manière impartiale, car les banques centrales des pays riches à monnaie forte ont introduit des politiques monétaires expansionnistes qu'elles ont assimilées à «tirer un bazooka». Les mesures peu orthodoxes désormais couramment utilisées par les principales économies tournent en dérision le livre de règles de conditionnalité macroéconomique traditionnel du FMI.
Les deux premiers mois de la pandémie ont vu des  plans de relance à 10 000 milliards de dollars, les mesures de relance européennes représentant l'équivalent de 30 fois – en valeur actuelle – le total du plan Marshall. La dette mondiale a atteint un nouveau record de près de 300 000 milliards de dollars et seuls cinq pays – le Mexique, l'Argentine, le Danemark, l'Irlande et le Liban – ont réussi à maintenir un ratio dette totale/PIB inférieur aux niveaux d'avant la pandémie.  Le taux d'endettement mondial est désormais proche de 260% du PIB avec pratiquement tous les pays développés au-dessus du seuil de 100% mais l'Afrique, en revanche, reste en dessous de 60% en moyenne - un acteur vedette si cet indicateur est isolé du reste. 
 Mais suivre les économies leaders dans l'orthodoxie monétaire aurait dévalué les monnaies de l'Afrique tout en réduisant sa capacité à importer et à assurer le service de la dette souveraine. Les ministres africains des Finances ont appelé à un soutien en liquidités de 100 milliards de dollars mais ont eu du mal à se faire entendre car non seulement il n'y avait pas d'argent neuf pour soutenir les économies, mais il y avait même eu une réduction des programmes de développement et la fuite des capitaux a atteint de nouveaux records.

Systèmes obsolètes

Des appels stridents à l’allégement de la dette ont dominé les récits sur l’impact de la pandémie sur les économies africaines car, alors que les puissants ignorent de plus en plus les règles, le poids sur les autres augmente de manière exponentielle, ce qui est important par rapport à la façon dont la dette publique est régie. Des appels sont lancés en faveur d’une nouvelle approche de la restructuration de la dette, d’une réinterprétation du risque souverain pour inclure les marchés futurs et d’un réexamen de l’impact dans les pays pauvres des exigences strictes de la Banque des règlements internationaux.

L'évaluation des risques par les agences de notation de crédit est un problème particulier car elles prétendent être fondées sur des preuves mais imposent fréquemment des critères politiques tacites et sous-estiment systématiquement la taille de la plupart des économies africaines. Malgré une croissance économique stable d'environ 3,6% dans les 32 États africains évalués par les agences, presque deux fois plus d'entre eux ont reçu des évaluations négatives par rapport aux évaluations positives et seul le Botswana échappe à la catégorie «non spéculative» sur l'ensemble du continent. Mais sur des critères macroéconomiques stricts, de nombreux pays africains obtiendraient de meilleurs résultats que leurs pairs mondiaux.

Les principales agences de notation de crédit sont à l'avant-garde pour s'opposer à tout allégement de la dette de l'Afrique, arguant que l'allègement accordé par les créanciers «officiels» équivaut au non-paiement du service de la dette, de même qu'à un défaut souverain - et l'allégement de la dette par les créanciers privés peut également en certains cas constituent un défaut souverain. Une position aussi dure a tempéré le désir de nombreux pays africains d'accepter tout arrangement susceptible d'atténuer la pression sur les liquidités, et explique la mauvaise utilisation de l'offre spéciale de moratoire liée à la pandémie du G20, la Debt Service Suspension Initiative (DSSI). Des instruments tels qu'un nouveau Fonds pour la durabilité et la résilience du FMI reflètent l'approche de la liste de contrôle de la conditionnalité des arrangements existants qui se sont révélés si inadéquats pendant la pandémie, et l'allocation des droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI de 650 milliards de dollars ne fournit que 34 milliards de dollars de nouvelles ressources réelles pour l'Afrique. 

Focus sur la Chine

Les accusations de diplomatie du piège de la dette chinoise envers l’Afrique ont atteint leur paroxysme avec la publication d’un rapport d’AidData révélant 40 milliards de dollars de dette cachée accumulée par les pays africains entre 2000 et 2017, et une dette totale envers la Chine estimée à 207 milliards de dollars – soit environ 25 pour cent (100) de la dette extérieure totale du continent.

C’est à bien des égards le produit de systèmes financiers obsolètes, car la taille du PIB de l’Afrique a plus que doublé depuis 2000 et, bien que l’APD et les prêts aient également augmenté, ils n’ont pas suivi le rythme. Les pays africains ont du mal à accéder à des financements concessionnels malgré les promesses répétées de soutien aux OMD, aux ODD et maintenant à la transition climatique, car des conditions commerciales punitives les poussent à rechercher des alternatives qui évitent les règles d’airain des agences de notation de crédit – et la Chine a été de loin la source la plus importante.

Mais maintenant, même cette source peut être à sec. L’initiative chinoise « la Route de la Soie », (Belt and Road Initiative, BRI) a été gravement touchée par la pandémie et l’ère de l’accès facile au crédit pour les pays africains semble se terminer avec des exigences plus strictes susceptibles d’être mises en place. La pandémie COVID-19 a réduit l’espace budgétaire et rendu le service de la dette plus difficile et les besoins augmentent par rapport aux recettes publiques limitées par la faible croissance – le FMI prévoit une croissance de seulement 3,7% pour l’Afrique subsaharienne et que le revenu par habitant restera inférieur de 5,5% aux niveaux pré-pandémiques.

Action requise

Cela continuera pendant des années si le continent n’agit pas, une agence africaine renforcée est vitale. La Commission économique pour l’Afrique plaide pour la création d’un marché des pensions en utilisant une facilité Afreximbank adossée à 200 millions de dollars pour servir de garant afin de réduire le coût d’emprunt. Et l’émission d’euro-obligations souveraines africaines connaît également un retour avec un univers total investissable dépassant 130 milliards de dollars.

Le financement climatique prend également racine, même si la contribution de 100 milliards de dollars par an promise par l’Accord de Paris tarde à arriver. Sur le plan politique, les récentes réunions de l’Union africaine (UA) indiquent une volonté accrue d’établir enfin une zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), de réformer les organes régionaux et d’engager le continent sur une voie de développement plus ambitieuse. «Reconstruire en mieux» est désormais le discours politique dominant et les accords verts indiquent une ambition renouvelée de faire les choses différemment, notamment dans des domaines stratégiques tels que l’énergie. Mais ces mesures doivent avoir l’espace pour s’épanouir et, pour les situations exceptionnelles, des mesures exceptionnelles sont nécessaires, selon la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. La pandémie a contraint les dirigeants du monde entier à prendre des mesures sans précédent et extrêmes – et il incombe à ceux qui contrôlent les règles et les pratiques de la finance mondiale de donner aux décideurs africains l’espace budgétaire et politique pour trouver leurs propres solutions.


Cet article a été produit dans le cadre de la série Policy for Recovery in Africa, organisée en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Contributionhttp://.financialafrik.com
Les articles parus dans la rubrique «contributions» expriment le point de vue de leurs auteurs. Les contributions externes, validées  par la Rédaction de Financial Afrik en raison de leur utilité sociale, ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale du journal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X