Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, bénéficie d'un état de grâce à l'inverse de ses homologues du Nigeria et de l'Angola.
L’économie algérienne s’est contractée de 4,9% en 2020 sous l’effet conjugué de la pandémie et de la chute des cours de pétrole. C’est le principal diagnostic dressé par le FMI au terme  de sa  mission dirigée par Geneviève Verdier, tenue  par visioconférence avec les autorités algériennes du 13 septembre au 3 octobre 2021 dans le cadre des consultations de 2021 au titre de l’Article IV. Tout en saluant les mesures sanitaires prises par les autorités avec notamment l’accélération de la campagne de vaccination depuis le mois de juillet,  le Fonds monétaire international (FMI) estime qu’en plus de la forte contraction du PIB, l’Algérie


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis