FinanceLe traitement de la dette du Tchad par les...

Le traitement de la dette du Tchad par les créanciers privés est indispensable au redressement économique, selon le FMI

-

Le traitement de la dette du Tchad par ses créanciers privés est indispensable à son redressement économique, selon une déclaration du directeur du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Abebe Selassie, publiée le 7 septembre 2021 sur le site web de l’institution.

En effet, relève le responsable, la dette du pays « n’est pas jugée viable ». Son « traitement » est « donc indispensable », et permettrait par la suite au conseil d’administration du FMI d’approuver des financements à l’appui du programme soigneusement calibré de rééquilibrage des finances publiques du Tchad, ainsi que des réformes convenues avec les services du FMI en janvier ».

« Un tel traitement permettrait également à d’autres partenaires pour le développement de débloquer des aides financières non négligeables », fait remarquer Abebe Selassie.

Selon le FMI, la situation économique et financière du Tchad continue de se détériorer sous l’effet conjugué de la pandémie de Covid-19, de la baisse des cours du pétrole, du changement climatique et des attaques terroristes. « De récents entretiens ont confirmé les inquiétudes de plus en plus vives que suscitent les difficultés de financement auxquelles le Tchad est confronté, et qui ont contraint les pouvoirs publics à réduire des dépenses sociales et de développement essentielles ; si ces dépenses ne sont pas rapidement rétablies à leur niveau antérieur, on peut craindre de graves conséquences en matière sociale et pour la sécurité du pays », relève l’Ethiopien en poste depuis 2016 au département Afrique du Fonds.

Un programme de 560 millions de dollars

En rappel, les créanciers publics ont exprimé, en juin dernier, leur avis favorable à une négociation des conditions de restructuration de la dette du pays. Le FMI avait salué cette annonce qui, d’après sa directrice générale, constitue « une étape clé sur la voie de l’allégement de la dette dont le Tchad a besoin d’urgence ».

Premier pays de l’ère Covid à demander officiellement la restructuration de sa dette auprès des grands créanciers publics, le Tchad s’attend, auprès du FMI, à un financement de 560 millions de dollars pour son nouveau programme de réformes économiques de quatre ans, selon une annonce faite en janvier dernier par Tahir Hamid Nguilin, le ministre des Finances.

Nephthali Messanh Ledyhttp://www.financialafrik.com
Rédacteur en chef de Financial Afrik. Basé à Lomé, Nephthali Messanh Ledy est diplômé en Communication, en Marketing et en Commerce International. Passionné de l’actualité internationale, outre l'économie et les finances africaines. Il s’intéresse également aux réseaux sociaux et au football.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X