ChroniquesContributionsL’environnement, l’intrus de l’équation Covid-19 ?

L’environnement, l’intrus de l’équation Covid-19 ?

-

Par Losseni Togossy DIARRASSOUBA

« Les moins habiles d’entre nous semblent avoir trouvé dans la Covid-19 l’alibi de leur notoire et légendaire forfaiture à l’égard de l’environnement »

En réponse au COVID-19, les hôpitaux, les établissements de santé et les particuliers produisent plus de déchets que d’habitude, y compris des masques, des gants, des blouses et d’autres équipements de protection.  Il faut croire que l’instinct de survie a vite fait de prendre le dessus sur les impératifs d’ordres environnementaux.

 En effet, lorsqu’ils ne sont pas gérés correctement, les déchets médicaux infectés peuvent être déversés de façon   anormale ; entraînant ainsi des risques pour la santé publique. De même, leur combustion à ciel ouvert peut entrainer la libération de toxines dans l’environnement. Certains déchets peuvent même atteindre les sources d’eau et aggraver la pollution fluviale et marine.  Ce sont bien là, des violations des directives de l’OMS sur le traitement des déchets infectieux et tranchants des établissements de santé ; ainsi que les exigences des Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm). 

La gestion sécurisée des déchets médicaux est regrettablement inexistante ou très limitée dans une grande partie des établissements. D’ailleurs, les moins habiles d’entre nous semblent avoir trouvé dans la Covid-19 l’alibi de leur notoire et légendaire forfaiture à l’égard de l’environnement.

Les données, représentant plus de 560 000 établissements de 125 pays, indiquent que 40% des établissements de santé ne trient pas leurs déchets.  (OMS l’UNICEF, 2019) Dans les pays les moins avancés, la situation est bien pire : seulement 27% des pays disposeraient de services de base (tri et destruction sécurisée des déchets).

 Pourtant, les pratiques de gestion sécurisée des déchets médicaux appuient  incontestablement plusieurs des objectifs de développement (ODD) durable de l’ONU ; notamment l’objectif 3 (trois) relatif à la santé, l’objectif  6 (six) relatif à la gestion sécurisée de l’eau et à l’assainissement, l’objectif 7 (sept ) relatif aux changements climatiques et l’objectif 12 ( douze) relatif à une consommation et une production durables. 

Les pays devraient à juste titre, contrôler les déchets COVID-19 en maximisant l’utilisation des solutions de gestion des déchets disponibles et, en même temps, chercher à éviter les impacts potentiels sur l’environnement à long terme.  Car, même si nous semblons l’ignorer, l’environnement demeure notre meilleur partenaire de vie. N‘attendons pas que ses cries nous parviennent sous nos oreillers.

Contributionhttp://.financialafrik.com
Les articles parus dans la rubrique «contributions» expriment le point de vue de leurs auteurs. Les contributions externes, validées  par la Rédaction de Financial Afrik en raison de leur utilité sociale, ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale du journal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest news

Cameroun : nouveaux horizons pour le barrage de Nachtigal

Les travaux de construction du Nachtigal hydro power company (NHPC) se poursuivent normalement après les tensions sociales qui les...

L’hebdo des devises de l’Afrique

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier en devises non...

Santé : les États-Unis approuvent le médicament «Ebanga»de la RDC contre le virus Ebola

Le médicament «Ebanga», du nom scientifique Map 114 contre le virus Ebola fabriqué par l’équipe de la RD Congo...

Algérie: les cinq raisons du processus inflationniste et son impact sur le pouvoir d’achat

Par Abderrahmane MEBTOUL, Professeur des universités, expert international Docteur d’Etat. (1 dollar USD = 136,6 dinars algériens - DA). S'agissant...

Entretien exclusif avec Cheikh El Kebir Moulaye Taher, Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie

"Les réserves officielles de change ont enregistré une progression d’environ 40%" Monsieur Cheikh El Kebir Moulaye Taher, diplômé d’économie et...

Sous le coup d’une enquête pour corruption, SICPA démarche la Côte d’Ivoire

Par Florent Beroa, Genève. L’enquête pour «corruption d’agents étrangers» la visant depuis 2015 en Suisse n’empêche pas la société...

Must read

Cameroun : nouveaux horizons pour le barrage de Nachtigal

Les travaux de construction du Nachtigal hydro power company...

L’hebdo des devises de l’Afrique

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les...

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X