GOMYCODE ouvre ses portes à Abidjan

0

Après la station F à Paris, l’Algérie, le Maroc, le Bahreïn, l’Egypte et le Nigéria, GOMYCODE s’enrichit d’un nouvel Hackerspace à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

A travers une plateforme éducative formant la prochaine génération de profils technologiques et numériques, GOMYCODE vise à devenir la plus grande communauté technologique et numérique d’Afrique et du Moyen-Orient.

Lancée en 2017 par Yahya et Amine Bouhlel, GOMYCODE compte aujourd’hui plus de 80 talents aux profils variés parmi ses employé.e.s et un réseau de plus de 100 formateurs à travers les Hackerspaces de Tunisie, d’Algérie, du Maroc, de Bahreïn, d’Egypte, du Nigeria et maintenant de Côte d’Ivoire.

Basé sur un modèle d’apprentissage mixte, entre une présence physique au sein des Hackerspaces de GOMYCODE et un apprentissage en ligne, la start-up veut avoir un impact fort en termes de formation des talents et faciliter leur intégration dans un marché du travail et une économie numérisés.

C’est avec cette vision, qu’au cours des 3 dernières années, plus de 10.000 étudiants ont été formés et ont pu acquérir de nouvelles compétences, leur ouvrant ainsi de nouveaux horizons professionnels. Avec plus de 100 partenaires de l’emploi en Europe, en Afrique et dans le monde arabe, près de 85 % des étudiants ont pu trouver un emploi.

Repensant l’éducation, le modèle GOMYCODE se veut l’école du XXIe siècle offrant, pour tous, des formations en développement web, en développement de jeux vidéo, en intelligence artificielle, en Data Science, en UX design, en Marketing digital et en Business Intelligence.

« J’ai eu l’occasion d’étudier dans une école d’ingénieurs et j’ai donc pu constater par moi-même les défauts qui existent dans le système éducatif classique, même dans une école de renom. Avec la méthode active d’apprentissage dispensée par GOMYCODE, ainsi qu’une amélioration continue de leur plateforme de formation autonome, je suis convaincu de la pertinence d’un tel modèle”, explique Théo Durand, Country launcher de la start-up en Côte d’Ivoire.

« De plus, la formation est destinée à être accessible à tous et toutes, qu’il s’agisse d’adolescents de tous les milieux sociaux ou d’adultes en quête de reconversion professionnelle. Plus de 100 entreprises nous font aujourd’hui confiance et la formation est de plus en plus reconnue grâce à la vision noble et innovante apportée par son CEO de 23 ans. Je suis convaincu de l’importance capitale de l’accès à la formation numérique dans un pays en forte croissance comme la Côte d’Ivoire ».

Pourquoi la Côte d’Ivoire?

Pour la septième année consécutive, la Côte d’Ivoire a atteint un taux de croissance supérieur à 7%, selon le rapport sur la situation économique du pays publié en février dernier par la Banque mondiale.

De ce fait, la Côte d’Ivoire est l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique subsaharienne. De plus, le pays a plus que doublé son PIB, passant de 25,4 milliards de dollars en 2010 à 58,8 milliards en 2019.

En tant que pays en développement à forte croissance, il semblait essentiel que le pays commence à se développer comme une locomotive technologique de l’Afrique de l’Ouest francophone et à inspirer ses voisins. En mars 2016, le gouvernement a lancé la Digital Youth Foundation, un incubateur de start-up doté de 500 millions de francs CFA, qui a déjà formé quelque 200 candidats.

C’est dans cette optique que GOMYCODE entend s’imposer comme promoteur de la formation numérique à Abidjan, une ville qui veut investir dans les technologies et dans sa jeunesse.

Aider la jeunesse à faire face à un monde en mutation

En octobre dernier, GOMYCODE a annoncé la levée de 850.000 dollars pour poursuivre son expansion.

En plus de Tunis, Sousse et Sfax, de nouveaux Hackerspaces ont ouvert à Alger (Algérie), Casablanca (Maroc), Manama (Bahreïn), Lagos (Nigeria), Le Caire (Egypte) et maintenant Abidjan (Côte d’Ivoire). De nouveaux Hackerspaces ont également ouvert en Tunisie (El Menzah V, Nabeul, Gafsa, Gabès, Béja et Tunis centre ville).

GOMYCODE vise également à développer sa présence sur le marché africain et moyen-oriental, où 42% des professions sont fortement impactées par la numérisation et où 65% de la main d’œuvre n’a pas les compétences nécessaires dans ce domaine.

Il y a également 400.000 offres d’emploi dans l’industrie numérique en Afrique et au Moyen-Orient.

D’ici 2030, le rapport sur le financement des entreprises et des jeunes pousses en Afrique (African Venture & Startup Funding Report 2018) estime que le nombre de jeunes en Afrique augmentera de 42 %. Cela représentera un véritable vivier pour jeunes talents, dont la plupart ne sont pas encore familiers avec les développements numériques. Ce marché concerne 1,2 milliard de personnes, dont 700 millions ont moins de 25 ans.

« Nous continuons à concrétiser notre vision d’un enseignement numérique de haut niveau avec une expérience d’apprentissage unique qui laisse des traces durables et a un impact positif sur la vie des gens. Nous allons investir massivement dans notre technologie, notre équipe et renforcer nos opérations » annonce Yahya Boulel, PDG de GOMYCODE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here