Emmanuel Macron et Paul Kagamé.
Remis le 26 mars au président Emmanuel Macron, le rapport de la commission présidée par Vincent Duclert sur le rôle de la France durant le génocide au Rwanda, d’avril à juillet 1994, éclaire sur la position de Paris dans l’appui apporté au régime de Juvénal Habyarimana jusqu’au drame ayant couté la vie à près d’un million de Tutsis et de Hutus « démocrates ». Tout au long des 1200 pages intitulées « La France au Rwanda et le génocide des Tutsi (1990-1994) » rédigées par cette commission composée de quatorze historiens, l’aveuglement des plus hautes autorités françaises, en tête desquelles François Mitterrand,


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis