Togo : deal conclu entre l’Etat et Olam pour la privatisation de la NSCT

0
La Nouvelle Société Cotonnière du Togo dans le giron d'Olam

Le deal a été bouclé plus tôt que prévu. Le groupe industriel singapourien Olam a déboursé une somme de 22,59 milliards de F CFA (environ 42 millions USD) le 30 novembre 2020 pour le payement de la cession de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT), apprend-on de sources officielles.

Les négociations avaient été entamées depuis plusieurs mois avec l’Etat togolais. Ce dernier qui se réjouit d’avoir cédé 51% des parts de l’ex-Sotoco (Société togolaise de coton) à un « partenaire de renom déjà fortement impliqué en tant qu’acheteur du coton togolais, dont l’expertise est reconnue et dont la présence dans plusieurs pays voisins est couronnée de succès ».

D’après le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, Olam s’est engagé à investir de façon substantielle dans la filière cotonnière pour doubler la production d’ici 5 ans, et améliorer le revenu des producteurs. Ceci à travers la mise en place d’un mécanisme de stabilisation des revenus leur permettant d’avoir un niveau de revenu assuré nonobstant la fluctuation éventuelle des prix du coton sur le marché international.

Pour lui, l’opération vise également à moderniser l’outil industriel sur toute la chaîne de la production à la transformation, à développer la marque « coton made in Togo » afin de jouir d’un différentiel de prix par rapport à la qualité. Cette privatisation ainsi scellée, a été mentionnée par le gouvernement comme étant un des facteurs ayant conduit à un projet d’ordonnance portant seconde loi de finances rectificative, exercice 2020.

En rappel, cet accord ne constitue pas un ballon d’essai pour le groupe Olam dans le pays. Le singapourien est actif dans la construction de la plateforme Industrielle d’Adéticopé (PIA) pour un investissement de près de 140 milliards de F CFA (environ 260 millions USD) à travers sa filiale Arise. De même, le groupe avait conclu un mémorandum d’accord de coopération avec le gouvernement pour les études et la construction d’une autoroute reliant la ville de Lomé au sud, et celle Cinkassé au grand nord, frontalière avec le Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here